Québec solidaire rabroue de nouveau Lisée

<p>Iil est «hors de question»<em> </em>que sa candidate cède sa place lors de l’élection partielle dont le déclenchement paraît imminent.</p>
Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir

Iil est «hors de question» que sa candidate cède sa place lors de l’élection partielle dont le déclenchement paraît imminent.

La tentative d’alliance des forces progressistes contre le gouvernement Couillard, lancée par le chef péquiste Jean-François Lisée, se heurte une fois de plus à Québec solidaire.

Le parti de Françoise David a rejeté deux fois en 24 heures la proposition jugée « cavalière », « peu sérieuse » et bien peu progressiste de Jean-François Lisée. Cette proposition du chef péquiste, c’est celle d’une candidature commune du Parti québécois (PQ), de Québec solidaire (QS) et du Parti vert (PV) à l’élection partielle imminente dans la forteresse libérale de Verdun.

M. Lisée soutient qu’une union des partis progressistes est « la seule façon » de vaincre les libéraux dans cette circonscription montréalaise qui a toujours voté rouge depuis un demi-siècle. Le libéral Jacques Daoust l’avait emporté par 8901 voix, en avril 2014, avant de démissionner de son poste de député et ministre, au mois d’août dernier.

Jean-François Lisée soutient qu’il faut envoyer un « coup de semonce » au gouvernement Couillard. « On a des élections partielles qui peuvent servir à envoyer un signal au gouvernement : il y a un prix à payer pour des décisions aussi néfastes [que l’austérité] », a dit le chef du PQ lundi lors d’un point de presse.

Le candidat péquiste dans Verdun, l’homme d’affaires Richard Langlais, a confirmé qu’il est prêt à céder sa place à un candidat indépendant qui serait désigné durant une assemblée d’investiture commune aux trois partis. « C’est le prix à payer et ça ne me dérange pas de le payer, a-t-il dit. Ça nous prend un candidat commun, c’est obligatoire [pour espérer battre les libéraux]. »

Divergences

M. Lisée affirme avoir discuté de cette éventuelle candidature commune avec la députée Françoise David, porte-parole de QS, le 27 septembre. Le président de l’exécutif péquiste dans Verdun, André Julien, a indiqué qu’il n’a jamais eu de réponse officielle à une offre de partenariat faite à l’exécutif local de QS (ce que nie le parti de Françoise David).

Chez Québec solidaire, on se montre sidéré par la stratégie du chef péquiste. M. Lisée (alors candidat à la direction du PQ) a lancé sa proposition d’alliance dans Verdun au mois d’août, avant même d’en parler officiellement à Québec solidaire, indique-t-on. Le 27 septembre, Françoise David dit avoir informé M. Lisée que QS doit d’abord discuter de convergence en conseil national en novembre 2016 et au congrès, prévu en mai 2017.

Québec solidaire a aussi critiqué sévèrement le court passage au pouvoir du Parti québécois, entre septembre 2012 et avril 2014 : en disant oui à l’exploitation du pétrole sur Anticosti, en investissant dans la cimenterie McInnis en Gaspésie, en omettant d’augmenter le salaire minimum, en coupant à l’aide sociale et en proposant une « charte des valeurs québécoises électoraliste », le gouvernement Marois a raté une belle occasion de mettre en place des politiques progressistes, selon QS.

88 commentaires
    • Pierre Laliberte - Abonné 17 octobre 2016 13 h 44

      En effet.

      Dixit Khadir: " j’ai formulé une proposition — appelons-la « primaire sociale » — pour faire converger les luttes sociales en cours avec une lutte électorale afin de produire un gain pour les souverainistes.

      Voici la proposition : une combinaison ad hoc d’acteurs du mouvement social — assez volontaristes pour se positionner en faveur de la souveraineté — regroupe ses forces à l’occasion d’une élection partielle dans un comté détenu par le gouvernement afin de déloger le PLQ. Ce regroupement — groupes populaires, syndicats, organisations locales ou regroupements nationaux et associations citoyennes mobilisées autour de luttes spécifiques — établit une plateforme faisant converger les revendications sociales avec le projet d’indépendance et organise une « primaire sociale » entre les partis souverainistes en vue de choisir une candidature commune. Le candidat qui en émerge porte la plateforme définie par la primaire et conserve la couleur de son parti. Les deux autres formations s’engagent à lui céder la place et à mobiliser la population."

    • Benoît Landry - Inscrit 17 octobre 2016 14 h 04

      Trop peu trop tard.

    • Raymond Labelle - Abonné 17 octobre 2016 16 h 42

      Il s'agit de la première élection depuis la publication de cette proposition par M. Khadir dans le Devoir en avril 2016 - donc, la première occasion de la tester.

      Trop peu trop tard?

      La proposition de JFL n'est toutefois pas encore aussi précise que celle faite par M. Khadir dans l'article ici cité.

      Toutefois, il y aurait peut-être ouverture à quelque chose de proche. Le candidat du PQ est même prêt à se retirer s'il le faut. Il ne serait peut-être pas exclu que la candidate de QS soit la candidate commune.

      Peut-être faut-il distinguer les déclarations faites en public par les partis de ce qui se passe peut-être dans le cadre d'échanges moins publics entre ceux-ci.

    • Hélène Paulette - Abonnée 17 octobre 2016 18 h 02

      Franchement, monsieur Landry, PKP a démissionné le 2 mai et le nouveau chef vient d'être élu...

    • Christian Montmarquette - Abonné 17 octobre 2016 19 h 59

      "Trop peu trop tard." - Benoît Landry

      Comme de fait.. Si gouverner c'est prévoir..

      Le moins qu'on puisse dire c'est que le PQ n'est pas un grand prévoyant.

      L'improvisation est à l'honneur, il semble..

    • Benoît Landry - Inscrit 18 octobre 2016 06 h 38

      Trop tard entre autre car il serait impossaible de financer ce candidat indépendant selon la loi électorale du Québec.

    • Benoît Landry - Inscrit 18 octobre 2016 06 h 41

      Mme Paulette si le PQ est à ce point en retard, il n'aurait pu que s'assumer et donner son appui à la candidate de Qs

    • Raymond Chalifoux - Abonné 18 octobre 2016 08 h 13

      QS = Rhinocéros

      Rhino présentait des clowns?
      QS présente des candidats qui au final, font des clowns d'eux-mêmes.

      Se lancer en politique pour changer le monde? Soit! J'applaudis.

      Sauf que pour ça, pour que quelques-uns de ces idéaux, quelques-unes de ses idées de génie deviennent réalité, il faut préalablement avoir accès au Pouvoir; ce qui échappera Toujours à QS, c'est l'évidence.

      Comme nous n'avons pas (encore) la proportionnelle, les souverainement bien intentionnés apôtres de QS, selon moé, devraient se coller à Lisée qui est le seul, sur l'échiquier, susceptible de faire quoi que ce soit pour mettre de l'avant, une fois élu, un ou qui sait même plusieurs des programmes de QS.

      À moins que... ce que visent VRAIMENT tout candidat QS soit, tout comme pour les candidats Libéraux, le salaire, la pension, la tite notoriété dans Verdun, et les courbettes lors des soirées de dégustation pour fin de levée de fonds...

    • Christian Montmarquette - Abonné 18 octobre 2016 11 h 14

      À Raymond Chalifoux au Devoir :

      " QS = Rhinocéros" (...) QS devraient se coller à Lisée" - Raymond Chalifoux

      C'est avec des commentaires comme celui-là qu'on se rend compte que le véritable objectif du PQ n'est pas de combattre les libéraux, mais de combattre Québec Solidaire. On crache pas et on n'insulte pas son prétendu allié quand on négocie et qu'on soi-disant recherche une entente. Et ceci s'adresse à l'ensemble des commentaires désobligeants, inexcates, faussés et irrespecteux des péquistes.

      "Tout ce qui est excessif est insignifiant", disait à raison Jacques Parizeau.

      Et comparer QS au Rhinocéros, c'est définitivement excessif.

      S'il y a un parti qui s'apparente à des clowns, des carriéristes et autres opportunistes et chercheurs de pensions.. C'est bien le Bloc québécois! l'aile fédéraliste du PQ, qui milite pour l'indépendance en faisant fonctionner le Canada.

      Un conseil M. Chalifoux.

      Si vous êtes sincère dans votre volonté que Québec Solidaire se rapproche de Lisée.. Commencez donc par cessez donc de le dénigrer.

      - Vive un Québec sans pauvreté!

      Christian Montmarquette

      .

    • André Joyal - Inscrit 18 octobre 2016 14 h 10

      @ M. Montmarquette; Tout ce qui est excessif est insignifiant", disait à raison Jacques Parizeau.

      C'est de Tayllerand

    • Christian Montmarquette - Abonné 18 octobre 2016 22 h 23


      "Tout ce qui est excessif est insignifiant", disait à raison Jacques Parizeau.C'est de Tayllerand." - André Joyal

      Après vérifiaction faite sur le Web, il semble bien que vous ayez raison M. Joyal.

      Ce qui n'empêche pas la déclaration de M. Chalifoux d'être exessive et conséquemment...

      - CM

    • Raymond Labelle - Abonné 20 octobre 2016 10 h 20

      "(...) ce que propose le PQ à QS, c'était une idée d'Amir Khadir (...)" Frank Jette.

      J'avais lu le texte de M. Khadir où il présente sa proposition, mais j'avais oublié de lire ce qui suit immédiatement après son nom: "Député de Mercier pour Québec solidaire, il s’exprime toutefois ici à titre personnel".

      M. Khadir montre une certaine ouverture, mais ne s'exprime pas au nom de QS. Il veut peut-être faire réfléchir tout le monde à la chose (y compris les membres de QS) en prévision des congrès à venir de QS où des décisions seront prises. Avant ces congrès, QS est tenu aux positions adoptées antérieurement par ses membres: pas d'alliance.

  • Christian Montmarquette - Abonné 17 octobre 2016 11 h 24

    La main tendue de Québec Solidaire


    La main tendue de Québec Solidaire au PQ, ou comment élire une progressiste dans Verdun...

    Si le PQ est honnête dans sa volonté de faire élire un progressiste dans Verdun, et que Lisée est est vraiment sincère dans sa volonté d'avoir représentation proportionnelle à l'Assemblée nationale comme il l'a mentionné dans son dernier discours à la chefferie du PQ,

    - Que le PQ se retire de Verdun et appelle à voter Québec Solidaire, qui est en lourd déficit de représentation et de plusieurs députés au Québec à cause d'un monde de scrutin inéquitable et infecte comme l'appelait René Lévesque.

    Il y a déjà suffisamment longtemps que QS paye le prix du vote stratégique au profit du Parti québécois pour le PQ lui rende la pareille pour une fois.

    Christian Montmarquette

    • Colette Pagé - Inscrite 17 octobre 2016 13 h 42

      Bonne idée ! En revanche, comme geste de bonne foi, ne serait-il pas raisonnable que QS prenne l'engagement de travailler sérieusement avec le PQ afin de trouver une solution à la Convergence lors du scrutin de 2018.

    • Gilles Théberge - Abonné 17 octobre 2016 17 h 12

      Est-ce qu'il va y avoir du dindon avec la farce, où seulement de la farce.

      Parce que l'idée d'une candidature unique et progressiste, c'est une idée d'Amir Khadir.

      En refusant, QS obligé le PQ à combattre. Et automatiquement, cela donne le comté aux libéraux.

      En passant, à la sœur de Françoise dont la candidate vient de son cabinet.

      Ce qui va arriver monsieur Montmarquette, malgré vos atermoiements c'est que les membres de Québec Solidaire vont se tanner de perdre, et vont se tourner vers le PQ. Dans Verdun puis dans d'autre comtés aussi.

      Il y a des limites à la mauvaise foi que les gens intelligents ne franchiront pas.

      L'urgence Nationale, c'est de se débarrasser de Couillard... Et c'est pas en votant pour QS qu'on va y parvenir.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 17 octobre 2016 18 h 02

      Je suis d'accord avec la totalité de votre commentaire,M.Gélinas.C'est un grand signe d'ouverture.Nous devons nous libérer des libéraux de Couillard.

    • Christian Montmarquette - Abonné 17 octobre 2016 23 h 01

      "Ce qui va arriver monsieur Montmarquette, malgré vos atermoiements c'est que les membres de Québec Solidaire vont se tanner de perdre, et vont se tourner vers le PQ. Dans Verdun,' - Gilles Théberge

      Le PQ a DES MOIS de retard.

      La campagne de QS est commencée.

      Véronique Martineau fait déjà son porte-à-porte.

      Les dés sont jetés.

      Le coordonnateur de QS-Verdun a dit qu'il est hors de question que Véronique Martineau se retire.

      Si le PQ se présente, ce sera lui qui divisera le vote.

      Point barre.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 18 octobre 2016 09 h 01

      Aux prochaines olympiques demandons à Usain Bolt de ralentir parce que le petit dernier à de la misère à suivre.

      PL

  • Michel Barbeau - Abonné 17 octobre 2016 11 h 46

    Confirmation

    Par dogmatisme, on concède donc la victoire aux Libéraux.

    • Patrick Boulanger - Abonné 17 octobre 2016 15 h 08

      Dogmatisme? QS a seulement rejeté l'offre du PQ, M. Barbeau. C'est comme si je vous disais que le PQ est dogmatique puisq'il a refusé l'offre inintéressante (pour cette formation politique) que QS vient de lui faire.

    • Gérald Caouette - Abonné 17 octobre 2016 15 h 16

      '' Or, ce sont les membres de QS qui doivent se prononcer sur de tels enjeux, en conseil général en novembre et en congrès au printemps prochain, fait valoir Andrés Fontecilla''. ___ tiré de l'article ci-haut.

      Ou voyez-vous du dogmatisme ?

      Pourtant ça me semble clair que Qs est démocratique.

    • Jean Jacques Roy - Abonné 17 octobre 2016 21 h 20

      "Par dogmatisme"? Faudrait placer un point d'interrogation?
      Quel est le véritable "calcul" de Lisée avec sa proposition dans Verdun? Battre une candidature "libérale"? Vraiment?
      Si c'était le cas et si du même coup il considère que la candidate QS, indépendantiste, présente un programme anti-libérale, pourquoi ne ferait-il pas l'appel aux membres de son parti de soutenir cette candidature?

      Et supposons qu'on chercherait un candidat ou une candidate "indépendant"! Sur quels critères QS, ON et PQ devraient s'entendre pour l'accepter? Par exemple, si GND se présentait comme candidat indépendant, les 3 partis accepteraient-ils de retirer leurs candidats ou candidates?

      Ce qui à première vue semble une proposition honnête de Lisée, n'est en fait qu'un ballon lancé par un chef, habile tacticien, qui n'a que "l'image" du progressiste indépandantiste.

    • Gilbert Turp - Abonné 18 octobre 2016 17 h 22

      Dogmatisme, peut-être. Esprit de concurrence, certainement.
      Le mode de scrutin et la partisanerie font que, par la force des choses, QS se perçoit comme un concurrent au PQ. Ne pouvant battre les libéraux dans leurs comtés, les seuls comtés prenables pour QS sont exclusivement les comtés possiblement péquistes.
      Tant que le mode de scrutin sera ce qu'il est, ça va rester comme ça, à moins qu'un des deux partis implose...

    • Gilles Théberge - Abonné 18 octobre 2016 17 h 52

      Lisée à offert à Françoise de choisir un candidat ou une candidate en dehors des rangs du PQ, de QS et des verts, pour donner un signal.

      Quelle ouverture...!

    • Christian Montmarquette - Abonné 19 octobre 2016 17 h 48

      À Gilbert Turp,

      "Ne pouvant battre les libéraux dans leurs comtés, les seuls comtés prenables pour QS sont exclusivement les comtés possiblement péquistes." - Gilbert Turp

      C'est faux.

      Andrès Fontecilla est arrivé deuxième dans la circonscription libérale de Laurier-Dorion, et c'est le PQ qui a divisé le vote et fait passer le libéral Gerry Sklavounos.

      Référence : Directeur général des Élections du Québec (DGEQ):

      http://www.electionsquebec.qc.ca/francais/provinci

  • Maxime Parisotto - Inscrit 17 octobre 2016 12 h 20

    QS...les seuls avec qui ils sont d'accord pour faire une coalition c'est avec eux-mêmes.
    En attendant le PLQ s'amuse au pouvoir. J'ai hâte que QS disparaisse!

    • Christian Montmarquette - Abonné 18 octobre 2016 07 h 44

      À Maxime Parisotto,

      "QS...les seuls avec qui ils sont d'accord pour faire une coalition c'est avec eux-mêmes. En attendant le PLQ s'amuse au pouvoir. J'ai hâte que QS disparaisse!" - Maxime Parisotto

      1) Option nationale AUSSI rejette la convergence de Lisée, qui n'est même plus une convergence souverainiste.

      2 ) Même si QS se retirait, le PLQ regagnerait Verdun, qui est une forteresse libérale où le PQ avait 25% des voix contre 50% pour le PLQ.

      3 ) La seule véritable campagne que font le PQ et Lisée est d'essayer d'attaquer QS avec une fausse proposition d'alliance.

      Lisée n'a même pas digner téléphoner au national de QS. Il s'est contenté de balancer ses histoires dans dans les médias, exactement comme PKP pour tenter de faire porter le chapeau de la division à QS alors que c'est le PQ qui a rejeté le scrutin proportionnel en 2011.

      Christian Montmarquette

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 19 octobre 2016 07 h 03

      «Lisée n'a même pas digner téléphoner au national de QS.»
      Il est difficile de savoir «à qui» s'adresser au QG de Qs, vous n'avez que des portes paroles et des représentants. Peut-être un tête à tête avec la téléphoniste...

      PL

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 17 octobre 2016 12 h 21

    De l'authenticité du souci de rapprochement du PQ

    Il faut que le Parti Québécois renonce à présenter un candidat et valorise la candidature de la candidate choisie par Québec solidaire. J'espère simplenent que les négociations ne sont pas terminées.