Couillard dénonce le «nationalisme d'assiégés» de Lisée

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Le nationalisme prôné par Jean-François Lisée en est un d'assiégés et de peureux, proche des partis populistes d'Europe, selon le premier ministre Philippe Couillard, qui n'a pas tardé à passer en mode attaque, quelques heures à peine après l'élection du nouveau chef du Parti québécois (PQ).
 

Il dit même voir dans le discours tenu par le nouveau chef de l'opposition officielle une parenté certaine, sur le plan idéologique, avec certains partis européens réputés d'extrême droite, reconnus pour leur rejet de l'immigration.

 

Questionné à savoir s'il faisait référence plus précisément au Front national de Marine Le Pen, il a refusé d'identifier aucun des partis auxquels il tentait d'associer le PQ de Jean-François Lisée.

 

Mais chose certaine, sous la gouverne de M. Lisée, le PQ s'annonce pour être le parti de l'exclusion, de l'humiliation, de la fermeture et du repli sur soi, selon M. Couillard, qui n'était pas à court d'épithètes pour qualifier l'approche du chef péquiste élu vendredi, lors d'un point de presse samedi, tenu en marge de sa participation à la conférence internationale Arctic Circle.

 

M. Lisée « va se trouver dans une parenté familière » avec les chefs de partis politiques européens qui prônent la fermeture des frontières de leur pays aux immigrants.

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, qui a appuyé M. Lisée lors de la course à la direction, s'est indigné des propos du premier ministre. « C'est la panique du premier ministre au premier jour de l'arrivée de Jean-François Lisée. Ça va être quoi aux élections de 2018 ?, a-t-il dit. Évidemment, c'est ridicule. M. Couillard manque de courtoisie [...]. Lui qui veut constamment nous faire des leçons, il a manqué une belle façon de le faire. »

 

Sur le plan idéologique, le PQ va désormais tenir selon lui « le discours d'une sorte de nationalisme d'assiégés, nationalisme de peureux, des gens qui ne veulent pas faire face à la diversité, qui préfèrent que le Québec reste replié sur lui-même, c'est ce qu'on voit ailleurs dans le monde ».

 

M. Couillard y voit rien de moins que l'émergence « d'un mouvement foncièrement négatif pour l'humanité ».

« C'est une accusation très grave. J'espère qu'il a encore le temps de s'excuser avant d'aller se coucher »,
a rétorqué M. Bérubé.

 

Le Québec accueille quelque 50 000 immigrants par année. M. Lisée a suggéré que c'était peut-être trop et que le Vérificateur général devrait être mandaté pour fixer les seuils d'immigration, en fonction de la capacité d'accueil.


Laïcité de l'État

Sur la question de la laïcité de l'État, il a prôné d'appliquer le rapport Bouchard-Taylor, qui recommandait d'interdire aux employés de l'État exerçant une fonction d'autorité (policiers, juges, gardiens de prison) de porter des signes religieux ostentatoires.

Pour ce qui est des autres employés de l'État, dans une approche graduelle, il propose de leur indiquer la « préférence » du gouvernement pour l'absence de signes religieux ostentatoires, mais sans en faire une interdiction.
 

Il a dit aussi vouloir lancer une discussion sur la pertinence d'interdire la burqa dans l'espace public, pour des raisons de sécurité.

Projet de loi 62

M. Couillard s'est défendu d'avoir tardé à faire adopter, comme il avait promis, une loi proclamant la neutralité religieuse de l'État et imposant d'avoir le visage découvert pour donner ou recevoir des services de l'État.

En 2014, en campagne électorale, il s'était pourtant engagé à agir dans ce dossier rapidement, en début de mandat. Or, le gouvernement a entamé sa troisième année de mandat et le projet de loi 62, qui porte sur ces questions, n'est toujours pas à l'étude.

 

Samedi, il s'est engagé à faire adopter le projet de loi 62 d'ici 2018. « On ne laissera pas de désert législatif », a-t-il promis.

 

Il ne croit pas Jean-François Lisée quand il affirme qu'il votera pour le projet de loi 62. « Il va trouver une façon de pas faire ça », selon lui.
 

La consultation sur le projet de loi 62 devrait débuter cet automne.

 

En Chambre, le premier ministre s'attend à ce que le chef de l'opposition officielle pratique une « politique négative, [une politique] du dénigrement, parce qu'il n'a pas autre chose à dire ».

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

79 commentaires
  • Christian Montmarquette - Abonné 8 octobre 2016 10 h 32

    Ce n'est que du vent!

    « Un mouvement foncièrement négatif pour l'humanité ».. dit Couillard

    Après un bref épisode en poésie..

    Voilà que Couillard tombe dans désormais l'enflure verbale.. Alors que ce que l'on sent surtout, c'est son désarroi.

    Je me ferai donc un plaisir de lui rendre la pareille, en lui disant que tenir de tels propos pour une simple réduction du taux d'immigration, alors que le Québec peine déjà à intégrer les 50,000 nouveaux arrivants.tes qu'il reçoit déjà..

    Ce n'est que du vent!

    Christian Montmarquette

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 9 octobre 2016 00 h 01

      Bravo M.Monmarquette,quel changement de cap?

    • Donald Bordeleau - Abonné 9 octobre 2016 00 h 55

      L'humanisme de franc maçom retrouvé de Monsieur Couillard.

      « Vénérable Maître Applebaum (Père et fils), Frère Dr. Porter (Père et fils), Monsieur le ministre Couillard, nos invités distingués, mesdames, mes frères…

      Je vous souhaite la bienvenue au Temple maçonnique de la Grande Loge du Québec, de Maçons Anciens, Francs et Acceptés.

      La franc-maçonnerie est la plus ancienne et la meilleure institution au monde, dédiée à la fraternité des hommes, à l'humanisme sous la paternité du Grand Architecte de l’Univers.

      Sa mission consiste à accueillir des hommes bons et à les rendre encore meilleurs. Elle est accessible aux hommes qui ont atteint la maturité, qui croient en un Être Suprême, sans distinction d’origine ou de croyance. »

      Si Michael Applebaum et Arthur Porter (Couillard tient encore debout) étaient « des hommes bons » en 2006, l’histoire démontre que la franc-maçonnerie n‘a visiblement pas fait d’eux des hommes meilleurs depuis.


      http://villemariefqs.blogspot.ca/2014/02/franc-mac

    • Christian Montmarquette - Abonné 9 octobre 2016 04 h 06

      "Quel changement de cap?" - Jean-Pierre Grisé

      Il n'y a aucun changement de cap, sinon, l'attrait d'un adversaire plus intéressant que les autres.

      J'ai toujours détesté les libéraux, ce sont les péquistes qui refusent de le croire.

      Le problème, c'est que le PQ n'arrête pas singer les politiques libérale depuis plus de 20 ans.

      - Changement de cap au PQ avec Lisée M, Grisé?

      C'est loin d'être certain.

      Christian Montmarquette

    • André Mainguy - Inscrit 9 octobre 2016 11 h 13

      Si monsieur Couillard a à coeur le sort des immigrants qui ont déjà choisi le Québec, et qu'il désire en avoir en plus grande nombre, il vous faut d'abord leur ouvrir les portes à l'emploi. Si il y a un groupe qui mérite que l'on dénonce leur fermeture aux immigrants, ce sont les membres de sa propre profession, les médecins. Au pouvoir à Québec et avec le contrôle du vote libéral dans la région où vivent le plus grand nombre d'immigrants, Montréal, donnez-nous la preuve que vous êtes intéressé à leur sort, au-delà des mots.

    • Donald Bordeleau - Abonné 9 octobre 2016 21 h 47

      Il devra puiser son humanisme auprès de d'autres sources.


      Lors de sa visite au Temple maçonnique de la Grande Loge du Québec, de Maçons Anciens, Francs et Acceptés.

      La franc-maçonnerie est la plus ancienne et la meilleure institution au monde, dédiée à la fraternité des hommes, sous la paternité du Grand Architecte de l’Univers.

      Sa mission consiste à accueillir des hommes bons et à les rendre encore meilleurs par humanisme.

      Le gouvernement Couillard est embourbé dans de multiples dossiers avec l'éthique élastique avec toutes les traces laissées par les multiples subventions et interventions récentes au différents ministères.

      Probablement la Franc Maçonnerie pourra faire comprendre à Monsieur Couillard.


      http://villemariefqs.blogspot.ca/2014/02/franc-mac

    • Donald Bordeleau - Abonné 10 octobre 2016 17 h 45



      Couillard fait de l'humanisme en avantageant ses ministres comme Lessard en autorisant au Conseil des Ministres les subventions pour les entreprises de Yvon Nadeau.


      Yvon Nadeau a fait un bon travail pour le financement de 100,000$ pour atteindre et dépasser ses cibles. Il est logique d'avoir de multiples subventions en retour.

      http://www.journaldequebec.com/2016/09/08/un-proch

      Yvon Nadeau avec des liens Pyrobion est devenu en avril dernier, une filliale du groupe Rémabec, qui compte parmi ses actionnaires et administrateurs de généreux donateurs libéraux dont Joey Saputo.


      http://www.lapresse.ca/actualites/national/201110/

      Il ne semble pas avoir de liens entre les dons au PLQ et les contrats reçus du MTQ.

      Plus de 8 millions de dons au PLQ pour des contrats au MTQ.

      http://www.journaldemontreal.com/2014/04/11/financ

      Beaucoup de questions sur plusieurs dossiers de subvention en retour de dons au parti, c'est une façon de faire comme éthique élastique.

      Lessard sera blanc comme neige après l'enquête. Se sont les journalistes d'enquêtes qui feront le plus mal.

  • Pierre Jacques - Abonné 8 octobre 2016 11 h 04

    La vérité choque !!

    Se faire dire que l'on est le pire gouvernement véreux de l'histoire du Quévec , ça n,est pas la même chose que des vers de Molières !!

  • Christian Montmarquette - Abonné 8 octobre 2016 11 h 07

    Couillard l'humaniste..

    "M. Couillard y voit rien de moins que l'émergence « d'un mouvement foncièrement négatif pour l'humanité » écrit Le Devoir.

    Philippe Couillard semble vouloir faire appel aux valeurs humanistes, quand il parle du PQ en tant que «mouvement foncièrement négatif pour l'humanité ».

    Et pourtant, comment Philippe Couillard est-il le moindrement en position de donner des leçons d'humanisme à qui que ce soit, quand on sait qu'il est sur le point de faire adopter son infâme loi 70; une loi scélérate qui s'attaque aux plus pauvres et aux plus démunis.es permettant au gouvernement de réduire les prestations d'aide sociales déjà plus de deux fois en dessous du minimum vital pour survivre de 600$ à 400$ par mois?

    Christian Montmarquette

  • Raymond Chalifoux - Inscrit 8 octobre 2016 11 h 19

    On sent quoi, là?

    La panique.

  • Jacques Morissette - Inscrit 8 octobre 2016 11 h 23

    Couillard prend beaucoup de raccourci démagogique ou n'a pas dû écouter le discours de Lisée au complet. À moins qu'il n'ait pas compris, trop obnubilé par son idéologie.

    • Claude Bariteau - Abonné 9 octobre 2016 08 h 36

      À l'évidence, ce PM se prépare à charger à l'aveugle au nom des intérêts de la « clique libérale » qui ressemble à la « clique du château » au début du XIXième siècle qui regroupait de riches familles anglaises et des collaborateurs « canadiens » choisis par elles pour contrer un mouvement de sujets d'origines diverses (britanniques, américaines, canadiennes et acadiennes) dont les membres voulaient changer l'ordre politique en en instaurant un sur le contrôle du peuple.

      Aussi faut-il s'attendre à des charges plus musclées, l'objectif recherché, comme en 1836-1838, étant d'éradiquer toute opposition à cette « clique libérale » à la recherche d'alliés organiques qui se trouvent à la CAQ, aussi au PQ. Le recours à des membres de la CAQ et le poème de ce PM, imbu d'une mission canadienne depuis son passage au Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), comme sa désolation de la défaite de Cloutier, en sont des révélateurs.

      Son objectif transparaît : il entend tendre la main à des gens dont il voit en eux des alter-ego et foncer à bras raccourci sur ceux et celles qui s'opposent à son désir de réaliser les objectifs canadiens recherchés par sa clique.

      Il ne s'agit pas d'idéologie mais d'une vision du Québec dans les termes de Trudeau-père et de Trudeau-fils, ceux de Harper et ceux de Mulcair, surtout pas dans ceux qui prônent, comme moi, une démarche patriotique et citoyenne pour instituer un pouvoir sous le contrôle des électeurs et des électrices. Aussi, charge-t-il sur Lisée de crainte de le voir chausser les souliers de Papineau plutôt que ceux de Lévesque.