Poète officiel: les libéraux divisés à Québec

Le premier ministre, Philippe Couillard
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre, Philippe Couillard

Les libéraux sont apparus divisés jeudi face à l’éventuelle création d’un poste de poète officiel à l’Assemblée nationale.

Au lendemain d’une prestation du premier ministre Philippe Couillard en Chambre, des représentants de l’opposition se sont montrés ouverts à cette proposition.

À Ottawa, le Parlement a créé en 2001 un poste de poète officiel, dont le mandat est d’une durée maximale de deux ans.

Son traitement annuel est de 20 000 $, auquel s’ajoutent des frais de déplacement d’un maximum de 13 000 $ et un budget pour ses frais de programmation, d’administration et de traduction, indique le site Internet du Parlement.

En l’absence de M. Couillard en raison d’un déplacement, jeudi, la vice-première ministre Lise Thériault a manifesté peu d’intérêt pour que l’Assemblée nationale imite Ottawa.

Mme Thériault a rappelé que M. Couillard a offert un au revoir en alexandrins, mercredi, au chef intérimaire péquiste Sylvain Gaudreault, dont c’était la dernière période des questions dans cette fonction.

« Je pense que notre premier ministre a démontré clairement qu’il avait beaucoup de talent. Est-ce qu’on a besoin d’un poste ? Je ne crois pas nécessairement », a dit Mme Thériault.

Son collègue ministre de la Culture, Luc Fortin, a pour sa part déclaré qu’il est favorable à la création d’une charge de poète à l’Assemblée nationale.

« La poésie, c’est une bonne façon de [faire] passer des messages, le pouvoir des mots est infini, a-t-il dit. C’est une décision qui appartient au Bureau de l’Assemblée nationale, mais comme ministre de la Culture je ne peux pas être contre. »

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a envoyé un signal d’ouverture à cette proposition. « Moi, je suis ouvert à contribuer à la culture québécoise, donc on pourrait en discuter, a-t-il dit. […] Ce serait peut-être une meilleure job pour notre premier ministre que ce qu’il fait actuellement comme premier ministre. »

M. Legault a affirmé qu’il lui arrivait de lire de la poésie, mais qu’il n’en écrit pas. « Je ne suis pas poète comme M. Couillard », a-t-il dit.

9 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 7 octobre 2016 03 h 03

    La transparence des choses existent au delà des prétentions.

    Le poète est un être amoureux de la liberté. Et de libertés.
    Cela fait partie intégrale de la démarche qui règle sa vie.
    C'est dire comment il est imposssible à Monsieur Couillard et ses sbires politiques d'en être et combien trompeurs leurs sparages linguistiques peuvent être.

    La transparence des choses existent au delà des prétentions, pour peu bien entendu, qu'on n'accepte pas de dormir au gaz.

    Tourlou !

  • Patrick Daganaud - Abonné 7 octobre 2016 06 h 28

    QUESTION DE TALENT

    Monsieur Couillard est un poète égal à ce qu'il est comme PM.

    Tout est dit...

    • Hélène Paulette - Abonnée 7 octobre 2016 09 h 06

      Vous m'enlevez les mots de la bouche...

  • Hélène Gervais - Abonnée 7 octobre 2016 06 h 37

    Ça pourrait apporter ...

    de l'humour durant la période des questions où tout me semble tendu et faire rire.

  • Patrick Daganaud - Abonné 7 octobre 2016 06 h 40

    UN POÈTE?

    Je propose plutôt que Monsieur Couillard est un barde à l'égal d'Assurancetourix.

    Après tout, c'est aussi un Gaulois...

    Sauf qu'il ne défend pas bien la langue française, pas plus dans ce rôle emprunté.

  • Patrick Daganaud - Abonné 7 octobre 2016 07 h 10

    33 000 dollars pour pallier le manque de talent

    Ça, c'est une éducatrice spécialisée de moins pour des enfants handicapés...

    Poésie indécente!