Martine Ouellet s’est sentie menacée par Lisée, dit Alexandre Cloutier

Alexandre Cloutier
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Alexandre Cloutier

La candidate à la direction du Parti québécois, Martine Ouellet, s’est sentie menacée par son adversaire Jean-François Lisée lors d’un caucus, a déclaré jeudi Alexandre Cloutier.
 

M. Cloutier, également dans la course, a affirmé que Mme Ouellet lui a confié cette impression, mercredi, à la suite d’une intervention de M. Lisée pendant une réunion des députés.
 

M. Lisée s’est défendu d’avoir menacé d’exclure sa collègue, dont les déclarations des derniers jours ont été source de tensions dans les rangs péquistes.
 

Qualifiant les propos de M. Cloutier d’ouï-dire, M. Lisée a reconnu qu’il avait lancé un appel à Mme Ouellet, afin qu’elle fasse preuve d’esprit d’équipe.
 

Mme Ouellet était absente, jeudi matin, de l’habituelle réunion des députés péquistes précédant la période des questions.
 

Son porte-parole, Louis-Philippe Dubois, a précisé qu’elle sera toutefois au Salon bleu cet avant-midi.
 

Mme Ouellet a également convoqué la presse parlementaire, en début d’après-midi, au sujet de « la course à la direction de son parti ».
 

Mercredi, en soirée, Mme Ouellet a publié sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle elle déclare à plusieurs reprises qu’elle aime le Parti québécois.
 

La semaine dernière, Mme Ouellet avait accusé ses deux principaux rivaux de vouloir l’exclure de l’attention médiatique.
 

Mardi, la candidate a attaqué le chef intérimaire Sylvain Gaudreault après la diffusion d’une publicité incluant la quasi-totalité des députés, sauf elle.
 

Dans une mêlée de presse, M. Cloutier, qui était absent du caucus de mercredi où M. Lisée est intervenu, s’est fait le porte-parole de Mme Ouellet.
 

« Je n’étais pas présent [mercredi], ce que je comprends c’est qu’il l’a menacée, a-t-il dit. […] C’est ce qu’on m’a dit, j’ai parlé avec Mme Ouellet tout de suite après. Elle m’a raconté ce qui s’était passé. »
 

M. Lisée s’est ensuite défendu d’avoir menacé son adversaire d’exclusion.

 

12 commentaires
  • Yvon Bureau - Inscrit 22 septembre 2016 10 h 11

    Hors de l'eau maudite

    Que le débat se fasse sans se débattre dans l'eau maudite !
    Merci.

    Sans cela, que le débat cesse et que l'on attende le vote.

  • Raymond Chalifoux - Abonné 22 septembre 2016 10 h 20

    Ça y est!

    Les gros mots sont lâchés. Effectivement, je vois très boien Lisée s'en prendre physiquement à la pauvre Martine.

    Ce parti, cou donc, porte vraiment bien son nom!

  • Denis Paquette - Abonné 22 septembre 2016 11 h 33

    des commis du roi près a tous les compromis

    j'ai l'impression que ce Lisé aime en mener large, vous imaginer cet autocrate comme premier ministre, je ne crois pas qu'il soit nécessaire d'en ajouter, j'ai horreur de ces gens qui croient posséder la science infuse quand René Lévesque l'est voyait arriver, il se mettait a sacré, tellement que ces éminences grises m'ont dégoutées de la politique pour tres longtemps heureusement que j'ai reussi a gagner ma vie sans eux, quels gens infâmes des commis du roi pres a tous les compromis

    • Serge Morin - Inscrit 22 septembre 2016 15 h 14

      Injuste de dire une telle chose, les eminences grises ou pas , n'arrivent pas toutes seules auprès des dirigeants.

    • Cécile Comeau - Abonnée 23 septembre 2016 00 h 59

      Vous avez raison, monsieur Paquette. Avant son élection en 2012, Lisée n'était qu'un porteux de valise qui s'auto-admirait dans son blogue. Ce qui me navre, dans ce débat est le manque de rattachement de Lisée et de Cloutier à l'indépendance du Québec. Et puis, si vous voulez en apprendre un peu plus sur Lisée, lisez donc ceci :
      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/480199/du
      Vous en apprendrez de bonnes au sujet des ticouneries de Lisée. On y parle très peu de burka, mais de bien d’autres choses.

  • Bernard Terreault - Abonné 22 septembre 2016 12 h 57

    Il me semble

    que c'est à Martine Ouellette de le dire, si elle s'est sentie menacée, pas à Cloutier.

  • Raymond Chalifoux - Abonné 22 septembre 2016 13 h 08

    Déception

    Je ne connaissais pas du tout monsieur Cloutier. Or à la lumière des péripéties de cette campagne, ma toute nouvelle opinion sur ce prétendant à la direction du PQ est que s'il décrochait le poste, il se ferait bouffer tout rond, en Chambre, par l'inénarrable Couillard.

    Du potentiel? Certes! Prêt pour "la" job? Sorry, no go! Plus tard peut-être.