Nathalie Normandeau fait du spectacle, selon le ministre Gaétan Barrette

Nathalie Normandeau a notamment découpé en direct sa carte du PLQ.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Nathalie Normandeau a notamment découpé en direct sa carte du PLQ.
Nathalie Normandeau « fait du spectacle » en découpant sa carte du Parti libéral du Québec (PLQ) et en dénonçant le gouvernement Couillard, a conclu mercredi le ministre de la Santé Gaétan Barrette.

Il a ainsi réagi à la sortie de l’ancienne vice-première ministre libérale accusée de fraude et de corruption, mais le premier ministre Philippe Couillard s’est plutôt montré compréhensif envers elle.

À sa première émission à l’antenne d’une radio de Québec mardi, Mme Normandeau a déclaré que l’Unité permanente anticorruption (UPAC), qui l’a arrêtée le 17 mars, lui avait déclaré la guerre.

Elle a attaqué son ancien collègue Philippe Couillard, qui a donné comme mot d’ordre aux membres de son gouvernement de ne pas lui accorder d’entrevue. Elle a aussi découpé en direct sa carte du PLQ.

Dans un point de presse avant d’entrer à la réunion des élus libéraux qui préparent la rentrée parlementaire à Gatineau, mercredi, M. Barrette a rappelé que Mme Normandeau est maintenant une animatrice de radio, en ajoutant qu’il lui « apparaît censé » qu’elle n’ait pas d’affiliation politique.

« C’est son choix de faire le spectacle qu’elle a fait, a-t-il tranché. Elle est animatrice de radio, une radio commerciale, dans laquelle elle doit développer une cote d’écoute, et elle a fait un coup d’éclat, point. »

Le premier ministre a été plus compréhensif envers celle qui a été à ses côtés dans le cabinet de Jean Charest.

« Mme Normandeau a fait ce qu’elle devait faire en ce qui la concerne », a pour sa part déclaré M. Couillard, en rappelant notamment le principe de la présomption d’innocence, qui permet à son ancienne collègue de rester membre du PLQ, après qu’un comité a étudié la question.

Cependant, pour le gouvernement, il y a aussi le principe de précaution, compte tenu des procédures judiciaires en cours, a-t-il poursuivi.

Mme Normandeau avait aussi affirmé qu’elle était « déçue » de M. Couillard. Le premier ministre a quant à lui répondu : « Je la comprends. Humainement, c’est une situation extrêmement difficile. Je la connais bien, Mme Normandeau. C’est une bonne collègue de travail. »

La vice-première ministre, Lise Thériault, a quant à elle affirmé qu’elle « aime Nathalie » et que c’est son « amie ». Elle a ajouté que c’était « son choix personnel » de déchirer sa carte du PLQ.

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, n’a pas totalement écarté la possibilité d’aller au micro de Normandeau, mais a affirmé qu’il fallait avoir « beaucoup de prudence à cet égard ».

Fraude et corruption

Nathalie Normandeau a été accusée notamment de fraude et de corruption avec six autres personnes à la suite d’un vaste coup de filet de l’UPAC le 17 mars.

Elle fait face à un total de sept chefs d’accusation de complot, de corruption, d’abus de confiance et de fraude. Elle est passible d’un maximum de 14 ans d’emprisonnement.

Ancienne mairesse de Maria, en Gaspésie, Nathalie Normandeau a été députée de Bonaventure pendant 12 ans, vice-première ministre, ainsi que titulaire du portefeuille des Affaires municipales et des Ressources naturelles dans le gouvernement de Jean Charest, jusqu’à sa démission en 2011.

Elle est devenue plus tard animatrice au FM93, à Québec. Elle poursuit actuellement son ancien employeur, Cogeco, qui l’a suspendue sans solde, puis congédiée à la suite de son arrestation.

Elle a maintenant retrouvé un microphone : elle est à l’antenne de BLVD 102,1, toujours dans la région de Québec, mais tous les partis représentés à l’Assemblée nationale ont fait savoir qu’ils allaient la boycotter. Cependant, des élus fédéraux ont indiqué qu’ils accepteraient ses invitations.

Un groupe de Gaspésiens a mis sur pied un fonds de défense qui collecte des dons pour appuyer Nathalie Normandeau dans ses démarches judiciaires contre son ancien employeur.

Les six autres accusés arrêtés en même temps que Mme Normandeau sont son ex-directeur de cabinet, Bruno Lortie, trois anciens dirigeants du cabinet de génie-conseil Roche, Mario Martel, France Michaud et l’ex-ministre et organisateur libéral Marc-Yvan Côté, de même que l’ancien maire de Gaspé, François Roussy, et l’ancien responsable du bureau de circonscription de Pauline Marois dans Charlevoix, Ernest Murray.

À la suite des arrestations, le commissaire de l’UPAC, Robert Lafrenière, avait déclaré que les sept prévenus étaient soupçonnés d’avoir participé à « des stratagèmes criminels reliant à la fois des activités frauduleuses de financement politique et l’obtention indue de subventions gouvernementales ou de contrats publics ».

Les accusés et leurs avocats seront de retour au palais de justice de Québec le 28 septembre, à la demande du juge Jean-Louis Lemieux, pour poursuivre les discussions en vue d’une enquête préliminaire à leur procès.
 
6 commentaires
  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 7 septembre 2016 13 h 02

    Couillard egal a lui-meme

    Il parlr pour rien dire:le vide total.

  • Michel Lebel - Abonné 7 septembre 2016 13 h 30

    Du théâtre!

    Mme Normandeau fait du spectacle, Gaétan Barrette fait de la rhétorique, et Philippe Couillard fait le sage. Chacun son rôle!

    M.L.

  • Jean-Charles Morin - Abonné 7 septembre 2016 13 h 35

    Madame Normandeau n'est pas seule.

    Madame Normandeau n'est pas la seule à être déçue de Philippe Couillard. J'en connaît bien d'autres...

  • Fernand Turcotte - Abonné 7 septembre 2016 14 h 08

    Du spectacle?

    Il ne faut pas oublier que le ministre GB ( pour Gaétan Barette et non grand bouffon) sait de quoi il parle quand il parle de spectacle. Donc, à ne pas prendre à la légère comme il est de mise pour plusieurs de ses interventions.

  • Colette Pagé - Inscrite 7 septembre 2016 19 h 02

    Le boomerang !

    Se pourrait-il qu'à la suite du traitement déraisonnable subit par son ancien parti qui lui a refusé la présomption d'innocence que l'ex- vice PM déballe son sac et parle des vraies affaires.

    Avec de tels amis la ministre Normandeau n'a pas besoin d'ennemis.

    Assez curieusement dans les dossiers hors de sa compétence le Ministre de la santé y va de ses déclarations à l'emporte pièece pour par la suite rétropédaler.

    Ce qui évite au PM d'exercer son leadership.

    • François Masseau - Abonné 7 septembre 2016 19 h 32

      Malheureusement, faut pas rêver. Ce n'est pas dans l'ADN libérale de parler de ces choses, les secrets sont toujours bien gardés !