Alexandre Cloutier

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Alexandre Cloutier
Indépendance et Constitution


•Attendre l’approche des prochaines élections pour dire à la population si, oui ou non, un référendum sur la souveraineté se tiendra dans un premier mandat. •Dévoiler avant les élections un projet de Constitution d’un Québec indépendant et diffuser un document étoffé sur l’indépendance. •Lancer une mobilisation citoyenne en faveur de la souveraineté d’ici 2018. •Réaliser six « actions fondatrices de l’État du Québec » : rédiger une Constitution pour le Québec actuel ; créer un Conseil constitutionnel ; instaurer une déclaration de revenus unique à la suite d’une entente avec Ottawa ; appliquer la loi 101 aux entreprises de compétences fédérales ; mettre fin au financement de la fonction du lieutenant-gouverneur ; abolir le serment d’allégeance à la reine prêté par les élus.


Environnement, énergie et transport


•Réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2030, soit le même objectif que l’Union européenne plutôt que celui du gouvernement Couillard, de 37,5 %. •Adopter un plan national en mobilité durable. •Doubler les investissements dans les transports collectifs. •Développer une filière de fabrication de véhicules électriques. •Remplacer graduellement les autobus consommant du pétrole par des autobus électriques à compter de 2019. •Électrifier les véhicules de la fonction publique. •Lancer un programme de recharge nocturne gratuite des véhicules électriques. •Adopter une politique de transport interrégional. •Repenser l’aménagement du territoire pour favoriser les solutions de remplacement à l’automobile.


Identité, langue et immigration


•Étendre l’application de la Charte de la langue française aux entreprises de 26 à 49 employés et aux entreprises de compétence fédérale. •Renforcer le mandat et les moyens financiers de l’Office québécois de la langue française. •Modifier la loi 101 pour imposer qu’un descriptif en français accompagne l’affichage d’une marque de commerce dans une autre langue. •Inscrire le droit à la francisation dans la Charte québécoise des droits et libertés, tout en améliorant et en simplifiant l’accès aux classes de francisation pour les immigrants. •Développer une stratégie internationale de la francophonie afin de profiter, sur le plan économique notamment, de l’essor de « l’espace francophone mondial ». •Reconnaître officiellement la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.


Économie, emploi et justice sociale


•Agir pour conserver les plus importants sièges sociaux du Québec, notamment en permettant le recours aux droits de vote variables en fonction de la durée de la détention des actions des sociétés. •Moderniser la Loi sur les sociétés par actions du Québec afin d’outiller les entreprises qui affrontent des offres publiques d’achat (OPA) hostiles. •Assouplir les règles fiscales pour favoriser la participation des travailleurs au capital de leur entreprise. •Demander à Investissement Québec de prendre des mesures pour favoriser 100 PME à forte croissance ou prometteuses, ces « futurs fleurons » de l’économie québécoise, afin de les aider, notamment, à s’inscrire en Bourse.


Éducation et culture


•Investir un milliard de dollars par année, tirés, notamment, du rétablissement de la taxe sur le capital des institutions financières. •Fournir gratuitement le matériel scolaire à toutes les familles. •Déployer la maternelle 4 ans dans tous les milieux défavorisés. •Inscrire le droit à l’alphabétisation et à la francisation dans la Charte des droits et libertés de la personne. •Moderniser la politique d’adaptation scolaire pour les élèves en difficulté. •Former des « équipes de réussite » dans chaque école. •Accorder la gratuité de l’université à la moitié des familles. •Créer des bourses à la persévérance destinées aux étudiants de milieux défavorisés. •Lancer un programme de mobilité collégiale en faveur des régions. •Hausser à 3 % du PIB les dépenses en recherche.


Santé et services sociaux


•Favoriser l’essor de cliniques sans médecin, pilotées par des infirmières praticiennes, sur le modèle de la clinique SABSA à Québec. •Revoir le cadre réglementaire afin d’octroyer davantage d’autonomie aux infirmières praticiennes et de leur permettre de fournir des traitements mineurs dans les urgences. •Rendre les médecins accessibles les soirs et les fins de semaine en exigeant des groupes de médecine familiale d’un même territoire qu’ils concluent des ententes entre eux, afin d’assurer les services dans ces plages horaires. •Mettre fin aux compressions dans le réseau de la santé.

alexandrecloutier.quebec
 

À lire également: De nouveau l'errance, la chronique de Michel David

Consultez notre tableau comparatif des principaux engagements et propositions des candidats à la direction du Parti québécois:

Consultez la suite du dossier