Véronique Hivon est la première candidate officielle à la direction du PQ

Véronique Hivon est devenue lundi la première candidate officielle à la direction du Parti québécois (PQ).

Mme Hivon s’est présentée à la permanence du parti avec son équipe pour y déposer notamment son bulletin de candidature accompagné de 2245 signatures amassées dans différentes régions du Québec, soit beaucoup plus que les 1500 requises, ainsi qu’un dépôt de garantie de 10 000 $.

Malgré un récent sondage qui a vu Jean-François Lisée la doubler de justesse pour la reléguer au troisième rang derrière le favori, Alexandre Cloutier, Mme Hivon s’est dite extrêmement confiante à la lumière des appuis qu’elle reçoit sur le terrain.

« Comme vous le savez, une course ne se décide pas avec un sondage, comme une hirondelle ne fait pas le printemps », a-t-elle lancé avec le sourire.

Elle accorde d’ailleurs une grande importance à la symbolique d’être la première candidate officielle et d’avoir ainsi réussi en moins de deux semaines à réunir toutes les conditions requises.

« Ça montre qu’une organisation qui est jeune peut se mettre en mouvement très rapidement », a-t-elle fait valoir.

« Ça montre aussi que les gens embarquent dans notre mouvement et que ce mouvement-là ne s’arrêtera pas. »

Un premier engagement

Mme Hivon a pris lundi un premier engagement, soit que la prochaine campagne électorale du PQ soit carboneutre, indiquant que sa propre campagne à la direction le sera.

Véronique Hivon a également promis une campagne de propositions, que ce soit en environnement, en santé, en éducation, en économie, en affaires sociales ou en culture, autant de questions qui non seulement touchent les citoyens, mais pavent la voie au discours sur l’indépendance.

« Je suis convaincue que des convictions fortes pour apporter des réponses concrètes aux problèmes, aux aspirations et aux ambitions des Québécois, c’est ce que les Québécois souhaitent ; et avoir des convictions fortes, c’est aussi se mettre en mouvement pour le projet d’indépendance », a déclaré la candidate.

Les députés Mathieu Traversy et André Villeneuve étaient parmi les supporters accompagnant Mme Hivon.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

5 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 13 juin 2016 15 h 42

    Les chercheurs de richesses devenants de moins en moins a la mode

    Elle est diplomé de McGuill va-t-elle avoir le courage de poser l'existence du Canada lui-meme, voila la vraie question depuis que les anglais ont faits de nous leur possession,enfin nous verrons bien ce qu'ils vont faire avec l'Europe,car le monde est en train de changer les chercheurs de richesses devenant de moins en moins a la mode

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 14 juin 2016 04 h 31

    Bonne chance Véro !

    « Comme vous le savez, une course ne se décide pas avec un sondage, comme une hirondelle ne fait pas le printemps » (Véronique Hivon, PQ)

    Bien sûr que certes, mais avec le départ de Bernard, cette course risquer le monde de la désuétude !

    Bonne chance Véro ! - 14 juin 2016 -

  • Jean Lapointe - Abonné 14 juin 2016 07 h 33

    J'ai hâte quelle accouche.

    «Véronique Hivon a également promis une campagne de propositions, que ce soit en environnement, en santé, en éducation, en économie, en affaires sociales ou en culture, autant de questions qui non seulement touchent les citoyens, mais pavent la voie au discours sur l’indépendance.»(Pierre St-Arnaud)

    J'ai hâte de les connaître ses propositions. C'est là-dessus que nous les membres du Parti québécois devrons nous appuyer pour décider pour qui nous allons voter.

    Qu'elle soit la première candidate officielle et qu'elle ait en moins de deux semaines satisfait les conditions requises, cela pour moi a peu d'importance. Ce sont de simples modalités. C'est le fond qui compte.

    J'ai hâte qu'enfin elle accouche. Elle nous dit avoir de très fortes convictions mais ne lui en déplaise, ce sera à nous d'en juger. Nous ne pouvons quand même pas la croire sur parole.

  • Andrée Phoénix-Baril - Abonnée 14 juin 2016 08 h 20

    Bravo, Véronique Hivon

    Véronique Hivon est une femme extraordinaire,intelligente et éduquée, elle pourrait
    mener un parti au pouvoir, mais pas le désuet, dépassé, PQ, il faut être rassembleur
    pour gagné et les membres atifs PQ empèchent ça ave leurs demandes exessives ,
    et manque de préparation, de programme, et de bons candidats pour arriver leur but premier. Voila!

  • - Inscrit 14 juin 2016 09 h 09

    Perception actuelle

    Manifestement, Véronique Hivon est une candidate de très grande valeur. Parmi les candidats de la présente course, c’est elle qui représente le mieux ce qu’est « faire la politique autrement » (expression galvaudée maintenant).

    Mme Hivon sait être convaincante par la raison, sans la hargne feinte qu’on nous sert trop souvent en politique, avec un mauvais théâtre en prime. Hivon parle autant avec la raison qu’avec le cœur et sa sincérité ne sera jamais mise en doute. C’est le genre de politicienne qui recueillera toujours estime et sympathie.

    La question qui tue est celle-ci : est-ce ce que veut la masse des électeurs ?
    Si on regarde le profil des plus populaires politiciens du Québec actuellement qu’y voit-on ? Le populisme criard (Coderre et Labaume) la vacuité du contenu (Trudeau), la duplicité (Mulcair), le calcul politicien (Legault), l’arrogante suffisance (Couillard et Barrette).

    Je ne dis pas que le meilleur politicien serait le monstre qui résulterait de la combinaison de ces tares. Mais Mme Hivon me semble une politicienne trop polie, trop lisse pour survivre dans la jungle qu’est la politique actuellement.