Véronique Hivon veut instaurer un cours d’histoire obligatoire

La candidate à la chefferie du Parti québécois, Véronique Hivon, veut accroître la connaissance de l’histoire du Québec. Pour y arriver, elle propose notamment d’inscrire un cours obligatoire en vue de l’obtention d’un diplôme d’études collégiales (DEC).

« Au Québec, il est grand temps qu’on renforce l’enseignement de l’histoire, qu’on s’intéresse davantage à nous, ce qui nous a forgés, ce qui fait notre force, ce qui devrait aussi faire notre fierté individuelle et collective », insiste-t-elle dans un entretien avec Le Devoir. À ses yeux, « il n’y a pas de raison — parce qu’on est rendu à 17 ans, de surcroît qu’on comprend mieux le monde qui nous entoure —, de ne pas être en mesure d’avoir un enseignement et des connaissances supplémentaires ».

Les cégeps doivent « former » des techniciens ou des étudiants voulant entreprendre une formation universitaire, mais d’abord et avant tout « des citoyens ». « C’est important qu’on ne perde pas ça de vue. Et l’histoire de sa nation, de sa société c’est certainement au coeur de la formation d’un citoyen », insiste-t-elle entre deux votes dans le Salon bleu de l’Assemblée nationale. Qui plus est, la connaissance de « notre histoire commune » constitue, selon elle, « un facteur de cohésion sociale [et] d’intégration sociale ».

L’ex-ministre s’offusque de voir les détracteurs du PQ pousser les hauts cris lorsque des indépendantistes proposent de donner du souffle à l’histoire du Québec. « Il est grand temps qu’on arrête d’essayer de penser que parce que c’est quelqu’un qui est souverainiste qui parle d’histoire, ça veut dire qu’on veut endoctriner nos jeunes. […] C’est une chose normale pour une nation qui se respecte de vouloir étudier son histoire indépendamment des idéologies politiques. »

Soutenir la recherche

La députée de Joliette veut aussi stimuler la recherche en histoire du Québec dans les universités. « Il y a de moins en moins de recherche fondamentale qui se fait en Histoire du Québec dans nos universités », déplore-t-elle dans son bureau de l’Hôtel du Parlement.

Pour preuve, elle pointe la Chaire de recherche du Canada en histoire du droit civil au Québec à l’époque contemporaine (19e et XXe siècles). Il s’agit de la seule Chaire de recherche du Canada en histoire québécoise, fait-elle remarquer. D’ailleurs, le gouvernement fédéral « oriente complètement les champs prioritaires de recherche avec le financement qu’il accorde » aux institutions universitaires québécoises, selon elle. « Bien entendu, si on était un Québec indépendant, tout cet argent-là qui nous échappe et toute cette orientation-là qui ne correspond pas nécessairement aux priorités de recherche dont le Québec voudrait se doter nous amèneraient à pouvoir avoir une Politique nationale de la recherche et de l’innovation beaucoup plus cohérente », lance-t-elle.

Pour renverser la vapeur, elle propose de mettre sur pied des groupes de recherche de haut calibre voués à approfondir les connaissances dans cette discipline.

À la question « y a-t-il un champ de recherche nécessitant d’être labouré ? » Mme Hivon répond du tac au tac : « Il y a toute la question notamment des rébellions. Des chercheurs avaient fait ressortir qu’il n’y a à peu près pas d’expertise au Québec sur cette question-là. »

Enfin, la candidate à la succession presse le gouvernement libéral d’implanter le cours d’histoire « revu » dans toutes les écoles secondaires au plus tard en 2017. Elle dit adhérer au « consensus » entourant la nécessité de privilégier « un meilleur équilibre entre l’histoire sociale et l’histoire politique » dans les cours offerts. « L’important, c’est que pour les élèves de 3e et 4e secondaire, le tout soit présenté dans un récit qui a du sens et qui est chronologique », a-t-elle souligné.
 

À voir en vidéo