Le bureau d'affaires de la Caisse de dépôt devient l’édifice Jacques-Parizeau

Le premier ministre Philippe Couillard et Lisette Lapointe, veuve de Jacques Parizeau
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le premier ministre Philippe Couillard et Lisette Lapointe, veuve de Jacques Parizeau

L’édifice de la Caisse de dépôt et placement du Québec, au coeur de la Cité internationale de Montréal, porte désormais le nom d’édifice Jacques-Parizeau.

La décision de renommer le bureau d'affaires de l’institution avait été prise au lendemain de sa mort, il y a un an.

Elle faisait suite au dépôt d’une motion en ce sens par le chef péquiste de l’époque, Pierre Karl Péladeau, motion qui avait été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale.

Rôle clé

Premier Québécois à obtenir un doctorat de la prestigieuse London School of Economics, en 1955, M. Parizeau a participé activement à la mise sur pied de plusieurs instruments économiques au Québec.

Il a entre autres été un des principaux architectes de la CDPQ — qui célèbre son 50e anniversaire cette année —, de la Société générale de financement ainsi que de la Société québécoise d’exploration minière.

Avant de prendre les rênes du Parti québécois, M. Parizeau a été élu en 1976, devenant ministre des Finances de René Lévesque, avant de démissionner avec fracas, en 1984.

Comme ministre, en plus de mettre en place le Régime d’épargne-actions qui a permis la croissance de plusieurs entreprises établies au Québec, M. Parizeau a également permis la création du Fonds de solidarité FTQ.

1 commentaire
  • Denis Paquette - Abonné 2 juin 2016 17 h 00

    A chaque fois nous apprenons de nos erreurs

    Merci, monsieur Parizeau le mérite bien, n'est-il pas celui qui nous fit prendre conscience de l'importance des finances, imaginez s'il n'avait pas été la pour nous y projeter, ce que l'on serait aujourd'hui, nous lui devons bien ca, meme s'il n'a pas réussi a nous donner le pays que nous méritons, ce n'est qu'une partie remise, car a chaque fois nous apprenons de nos erreurs