Rendre les régions attrayantes pour les jeunes

Pour rendre les régions plus attrayantes pour les jeunes, le Conseil permanent de la jeunesse suggère la mise en place d'incitatifs fiscaux et administratifs au nombre desquels figurent un crédit d'impôt pour l'emploi en région et un remboursement d'une partie de la dette d'études d'un étudiant qui désire s'y établir.

Dans un rapport rendu public hier et intitulé Pour donner un coup de jeunesse aux régions!, le groupe de travail rappelle que l'exode des jeunes est avant tout un problème de planification. «Les régions continuent de connaître un exode important. Il faut agir, et dès maintenant!», a exigé hier le président du Conseil permanent de la jeunesse, Patrick Lebel, par voie de communiqué.

Puisque c'est au moment de l'obtention de leur diplôme que les jeunes sont les plus mobiles, le groupe a retenu plusieurs mesures facilitant l'emploi en région. Au nombre de sept, ces recommandations suggèrent la levée de toutes les barrières administratives qui restreignent la mobilité interrégionale, l'instauration d'un système de vidéoconférences et la mise en place d'une politique de régionalisation de l'immigration et d'un programme de soutien aux stages en collaboration avec les partenaires locaux et régionaux.

«Le rapport contient des mesures efficaces et très réalistes. Elles peuvent avoir un effet direct sur le flux migratoire et, surtout, elles peuvent être mises en application dès cette année», a expliqué M. Lebel. Le financement de ces mesures proviendrait d'une partie des 200 millions prévus dans le programme du Parti libéral pour les régions.

Selon les données les plus récentes de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), 19,7 % de la population québécoise est âgée de 15 à 29 ans. Toujours selon l'ISQ, des prévisions démographiques réalistes mènent à penser que d'ici 2041, cette même proportion de jeunes aura passé à 15,3 %.