Lisée propose de réduire les cibles d'immigration

Jean-François Lisée estime que «50 000 immigrants par année, c’est la recette de l’échec».
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Jean-François Lisée estime que «50 000 immigrants par année, c’est la recette de l’échec».

L’immigration massive est un échec, juge Jean-François Lisée. Le candidat à la direction du Parti québécois propose d’abaisser substantiellement le nombre d’immigrants admis au Québec et de demander au Vérificateur général (VG) du Québec de déterminer les seuils d’immigration optimaux.

« Cinquante mille immigrants par année [le seuil actuel], c’est la recette de l’échec, a affirmé Jean-François Lisée dans une entrevue accordée au Devoir. On ne rend service à personne. On ne rend pas service surtout à ces néo-Québécois à qui on doit donner les outils de la réussite. » Il a rappelé qu’en 2002, sous un gouvernement péquiste, le nombre d’immigrants admis ne dépassait guère les 37 000.

C’est le gouvernement Charest qui a haussé les seuils d’immigration, d’abord à 45 000, puis à 50 000, puis à un maximum de 55 000, pour un retour sous le gouvernement Couillard à 50 000. Ce « chiffre magique » de 50 000 immigrants par année n’a jamais reposé sur une évaluation objective de la réussite des nouveaux arrivants, a déploré le député de Rosemont. « Ç’a été idéologique. Ç’a été peut-être poussé aussi par des organisations d’entreprises qui aiment avoir un bassin de main-d’oeuvre bon marché. »

On ne rend pas service à ces néo-Québécois à qui on doit donner les outils de la réussite

 

Dépolitiser

Le troisième candidat en lice pour succéder à Pierre Karl Péladeau propose de dépolitiser la fixation des seuils d’immigration. Il suggère qu’on demande au VG de les évaluer objectivement. « Si les libéraux veulent 50 000, et même Philippe Couillard disait que c’était intolérant de ne pas vouloir 60 000, ils sont soupçonnés de vouloir importer des électeurs. Et si le Parti québécois en veut moins, on est soupçonné de ne pas vouloir importer des électeurs libéraux », a-t-il fait valoir.

Jean-François Lisée estime que plusieurs données indiquent que le Québec accueille trop d’immigrants par rapport à sa capacité de les intégrer décemment. « Les signaux récents sont assourdissants », a-t-il dit.

Parmi ces signaux, le député a cité le taux de chômage élevé qui afflige les nouveaux arrivants. Chez les immigrants francophones qui sont au pays depuis cinq ans ou moins, le taux de chômage frôle les 25 %, un chiffre identique pour les immigrants qui ne connaissent ni le français ni l’anglais. Mais il y a plus. Les immigrants n’occupent souvent pas un emploi dans le domaine de leur formation et à la hauteur de leurs compétences. « Ils ne s’épanouissent pas comme ils devraient le faire et nous ne profitons pas de leurs talents comme on devrait le faire », a fait remarquer l’élu péquiste.

Selon lui, on devrait fournir rapidement aux candidats, alors qu’ils n’ont pas encore quitté leur pays, un préavis sur la reconnaissance de leurs qualifications. Il préconise aussi la création d’un fonds d’aide à la qualification professionnelle qui accorderait des prêts à bas taux d’intérêt aux nouveaux arrivants pour parfaire leur formation.

Jean-François Lisée a souligné le fait que près de la moitié des immigrants sélectionnés qui ne parlent pas français quittent le Québec. « C’est un échec pour eux et c’est un échec pour nous », juge-t-il. En outre, 60 % des immigrants qui ne parlent pas français ne s’inscrivent pas aux cours de français qui leur sont offerts. « Ce n’est pas de leur faute. D’abord, ils doivent travailler, ils doivent gagner leur vie. Et ils se trouvent des jobs dans des PME où l’anglais suffit, où ils baragouinent et ils se débrouillent », a-t-il poursuivi.

Le député péquiste a rappelé que le VG, dans un rapport pour l’année 2010-2011, a descendu en flammes la gestion de l’immigration par le ministère. Le VG avait notamment relevé l’inadéquation entre la formation des immigrants et le marché du travail, ainsi que l’absence de vérification de leurs compétences linguistiques.
 


 
35 commentaires
  • Colette Pagé - Inscrite 19 mai 2016 17 h 41

    Sage proposition !

    Augmenter le nombre d'immigrants sans vérifier au préalable la réussite ou l'échec des programmes d'accueil c'est une démarche irresponsable qui rend service ni au Québec ni aux nouveaux arrivants.

    Augmenter le seuil d'immigration , comme souhaite le Gouvernement libéral et ce, sans égard à cette prémisse vise essentiellement à augmenter le nombre d'électeurs libéraux.

    Dans la même veine, malgré les cris d'orfraies de certains, il serait appropriét de ne pas accorder le droit vote aux nouveaux arrivants avant un certain délai d'apprentissage.

    Le délai nécessaire leur permettant de connaître les institutions démocratiques et le programme des partis.

    Agir autrement pourrait avoir comme conséquence, en cas de référendum, de répéter le stratagème du Gouvernement fédéral qui avait exigé des commissaires de l'immigration qu'ils accélèrent la délivrance des visas d'immigrants.

    Ces derniers, après avoir prêté serment à sa Majesté la Reine, considérait que voter OUI devenait un crime de lèse-majesté. Comme un chat, un chien ou une personne averti en vaut deux, il ne faudrait pas rejouer dans le même film.

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 20 mai 2016 06 h 10

      Avec le vieillissement de la population, on a besoin des immigrants.

      Si le PQ les faisait enfin sentir les bienvenues, avec leurs différences, peut-être qu'il serait possible de les intégrer au projet souverainiste.

      J'ai connu des immigrés ou des enfants d'immigrés souverainistes.

      Mais c'est sur que si le PQ continue de faire de belles propositions qui montrent qu'ils sont vus comme des indésirables, ils resteront avec raison des votes libéraux.

      C'est la pire suggestion qu'il pouvait faire.

      Il s'assure de perdre le prochain référendum encore une fois a cause du vote ethnique.

  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 19 mai 2016 18 h 25

    Racoleur...

    ...de la vieille génération!

    • Lise Déziel - Abonné 20 mai 2016 08 h 40

      Ce genre de commentaire n'est aucunement constructif...

    • Jean-Yves Verreault - Inscrit 20 mai 2016 09 h 52

      Mme. Bouchard je lis vos commentaires et ça me fait bien rire. Avant de prendre le mors aux dents et de vous élever en défenderesse de l'immigration et d'invoquer des relents de xénophobie relisez les chiffres quant au taux de chomage et posez-vous la question: ne serait-ce pas le PLQ qui souhaite un maximum d'immigrants pour assurer sa réélection sans se soucier du sort des immigrants? Ou prenez-vous que le PQ fait des propositions qui montrent que les immigrants sont vus comme indésirables? Vous ne trouvez pas qu'il est plus sage de s'assurer comme société que les nouveaux arrivants aient une meilleure chance de réussite?

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 20 mai 2016 12 h 31

      M.Verreault, la proposition de la charte à fait exploser partout dans la province les discours les plus xénophobes possible. Je crois que plusieurs immigrants se sont sentis comme des indésirables pour les amis du PQ...

      Je suis d'avis qu'il y a encore en masse de place pour des immigrants, les baby boomers étaient 8 par famille et n'ont pas fait plus de 2 enfants.

      Régis se vantait justement de son si faible taux de chômage et invitait les travailleurs de Fort Macmurray a venir travailler à Québec. Mais les syriens, il ne veut que les orphelins(!!!)

      Le multiculturalisme n'est pas la peste quand même, il faut s'adapter.

  • Lise Bélanger - Abonnée 19 mai 2016 18 h 37

    Proposition des plus raisonnables. Enfin, on pense au bien du peuple québécois! Ça fait du bien.

  • Michel Lebel - Abonné 19 mai 2016 19 h 15

    Populisme?

    Jouer sur la question de l'immigration est un jeu dangereux. Tous partis de droite en Europe et Trump en Amérique jouent sur cette question populiste . Lisée le sait certainement. Danger!

    M.L.

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 20 mai 2016 09 h 52

      On dirait que je suis presque tout le temps la seule, mais je les trouve très lucides, vos commentaires!

    • - Inscrit 20 mai 2016 10 h 02

      Des chiffres

      Les États-Unis, un pays qui n’a pas les problèmes d’intégration qu’a le Québec a accueilli en 2012, 1 031 631 immigrants pour une population de 314 000 000. Ceci équivaut à 3,28 pour mille habitants.

      La même année, le Québec accueillait 55 036 immigrants pour une population de 8 000 000. Ceci équivaut à 6.88 pour mille habitants, plus du double relativement.

      Si le Québec avait le même taux d’immigration que les USA, il en accueillerait 26 240 (8 000 000 X .00318).

      Alors, où est le problème de réduire le taux d’immigration au Québec ? Lisée = Trump ?

      [les chiffres sont tirés de Wikipedia, population et immigration du Québec, population et immigration des États-Unis]

    • Jean-Yves Verreault - Inscrit 20 mai 2016 15 h 58

      M.Lebel comparer Lisée à Trump, franchement! Seraient-ce les commentaires élogieux de Mme. Bouchard qui vous montent à la tête? Il n'est aucunement question ici d'interdire l'entrée des musulmans au Québec. À moins que comme Mme. Bouchard, dont le jupon dépasse, vous ne soyez vous auusi un fan du multiculturalisme à la Trudeau père et fils?

    • Michel Lebel - Abonné 20 mai 2016 21 h 58

      @ M. Verreault,

      C'est le choix du thème de l'immigration, en début de campagne, par Lisée qui me laisse fort songeur. Je ne crois pas que ce choix soit innocent. C'est tout.

      M.L.

  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 19 mai 2016 19 h 28

    Appât a républicains...

    On a notre petit Trump québécois!

    • - Inscrit 20 mai 2016 10 h 03

      Des chiffres

      Les États-Unis, qui sont un pays qui n’a pas les problèmes d’intégration qu’a le Québec a accueilli en 2012, 1 031 631 immigrants pour une population de 314 000 000. Ceci équivaut à 3,28 pour mille habitants.

      La même année, le Québec accueillait 55 036 immigrants pour une population de 8 000 000. Ceci équivaut à 6.88 pour mille habitants, plus du double relativement.

      Si le Québec avait le même taux d’immigration que les USA, il en accueillerait 26 240 (8 000 000 X .00318).

      Alors, où est le problème de réduire le taux d’immigration au Québec ? Lisée = Trump ?

      [les chiffres sont tirés de Wikipedia, population et immigration du Québec, population et immigration des États-Unis]

    • Serge Morin - Inscrit 20 mai 2016 12 h 49

      Répéter une sottise n'en fait pas une vérité

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 20 mai 2016 15 h 16

      M. Morin, je vais prendre pour acquis que vous vous adressez à M. Hubert comme ça mon cœur ne sera pas brisé!

    • Pierre Robineault - Abonné 20 mai 2016 17 h 57

      Pour vous rassurer, madame Bouchard, lisez-bien ce qu'une personne lectrice a affiché dans la chronique des lecteurs du Devoir. Sinon je serai obligé de croire à une mauvaise foi de votre part.

      "Celui qui fait peur au PLQ

      Je suis la course au PQ avec une certaine distance et je remarque que ni l’annonce d’Alexandre Cloutier, ni celle de Véronique Hivon de se lancer dans la course n’ont suscité de réaction chez les libéraux. Lisée se lance et en moins de 24 heures, pas moins de trois ministres font des sorties pour attaquer ses positions. Conclusion ? Lisée leur fait peur. Juste pour ça, j’ai presque envie de pren- dre ma carte du PQ pour voter pour lui…

      Mathilde Loiselle

      Montréal, le 19 mai 2016 "