Parti québécois: Maka Kotto appuie le candidat Alexandre Cloutier

Québec — Un 10e député du Parti québécois (PQ) a signifié son appui à la candidature d’Alexandre Cloutier au leadership du parti.

Maka Kotto était à ses côtés jeudi matin, devant le Parlement de Québec.

Le député de la circonscription de Bourget sur l’île de Montréal a semblé soutenir que le destin était déjà tracé pour Alexandre Cloutier. À son avis, le jour où M.Cloutier devra accéder à de hautes fonctions au PQ arrive.

L’appui du député âgé de 54 ans survient quelques jours après celui que Nicole Léger a donné au candidat Cloutier. Le whip en chef péquiste Harold LeBel ainsi que la leader parlementaire adjointe Agnès Maltais ont quant à eux récemment quitté leurs fonctions pour appuyer M. Cloutier.

Les autres candidats au leadership sont Véronique Hivon, qui compte sur la collaboration de cinq députés jusqu’ici, et Jean-François Lisée, pour lequel aucun élu péquiste ne s’est encore commis.

La députée de Vachon, Martine Ouellet, pourrait annoncer sous peu sa participation à la course à la direction.
 
2 commentaires
  • Raymond Labelle - Abonné 19 mai 2016 11 h 37

    Des appuis à des candidats qui n'ont pas encore présenté un programme.

    Jusqu'à date, M. Cloutier et Mme Hivon n'ont pas présenté de programme. JFL a émis une position claire sur la question qui tue. Martine Ouellet aussi, mais elle n'est pas encore officiellement candidate.

    Me semble qu'on devrait savoir ce que les candidats proposent avant d'en choisir un.

    À la dernière course, au moins JFL avait présenté des propositions détaillées sur plusieurs sujets (je suivais son blogue) malgré un retrait précoce, peut-être d'autres candidats aussi.

    À la dernière course, on n'a su à peu près rien du programme de celui qui a finalement gagné... Malgré une très longue course et beaucoup de débats.

    On avait choisi justement de faire cette longue course et ces nombreux débats parce que, disait-on avec raison, le PQ devait faire un examen de conscience après sa terrible défaite. Discuter.

    C'est presqu'un exploit dans ces circonstances pour le candidat qui a finalement gagné que d'avoir dit si peu en tellement d'occasions sur une si longue période.

    Et quand un autre candidat ou un intervenant demandait des précisions à ce candidat, il se faisait huer.

    Et ce candidat a été élu triomphalement au premier tour.

    De quoi se poser des questions sur une grande partie des militants du PQ.

  • Nicole Delisle - Abonné 19 mai 2016 11 h 42

    Curieuse façon de faire!

    Comment peut-on appuyer un candidat alors qu'il n'a pas encore expliqué sa vision
    et sa façon de concevoir la direction à prendre pour l'avenir? Il me semblerait plus logique d'attendre les discours de ceux-ci, de mieux comprendre où il veut amener
    son parti que de lui donner déjà un chèque en blanc. Ces appuis m'apparaissent bien plus comme un positionnement en vue d'un poste ministériel advenait le cas que le candidat devienne chef et éventuellement premier ministre lors d'une élection. Tous ces appuis m'apparaissent prématurés et quelque peu inconcevables!