Dominique Savoie se défend d’avoir tenté de cacher des informations

L’ex-ministre Robert Poëti a fait une sortie fracassante en affirmant au journaliste Louis Lacroix qu’il avait été mis au courant de pratiques douteuses qui auraient toujours cours au MTQ.
Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir L’ex-ministre Robert Poëti a fait une sortie fracassante en affirmant au journaliste Louis Lacroix qu’il avait été mis au courant de pratiques douteuses qui auraient toujours cours au MTQ.

La sous-ministre du ministère des Transports, Dominique Savoie, se défend d’avoir tenté de cacher des informations concernant des allégations d’irrégularités. Bombardée de questions en commission parlementaire mercredi, à la suite d’une enquête fracassante de L’Actualité, elle minimise ces allégations sur lesquelles elle dit avoir enquêté et affirme avoir fait un rapport verbal à l’ex-ministre Robert Poëti.

Dominique Savoie dit avoir été mise au courant d’allégations « de possible harcèlement ou d’intimidation » exercée auprès de certains vérificateurs en 2014 et avoir dès lors demandé une enquête. Pendant deux jours et demi, tous les vérificateurs ont été rencontrés par un enquêteur qui lui a fait un premier rapport verbal dans les jours suivants.

La sous-ministre adjointe dit qu’elle voulait connaître l’état de la situation le plus rapidement avant même le rapport officiel. « On m’a confirmé que personne n’avait dit avoir été victime de harcèlement ou d’intimidation. Tous les gens ont dit que c’était correct. » C’est alors qu’elle aurait contacté l’ex-ministre des Transports pour lui transmettre cette information. « C’est malheureux, à mon souvenir, j’ai briefé le ministre verbalement. Quand il dit qu’il n’a pas eu le rapport, compte tenu que le rapport est venu après, c’est vrai que je ne lui ai peut-être pas donné, mais il n’y avait rien [de problématique] là-dedans et il le savait. »

Elle minimise la nature des allégations d’irrégularités soulevées par l’ex-ministre et rapportées par L’Actualité. « C’est un rapport qui m’a déçu, il y a encore beaucoup d’irrégularités, mais aucun problème de collusion ou de corruption. »

Les problèmes évoqués par Robert Poëti et son enquêtrice, Annie Trudel, sont toutefois assez importants pour être envoyés à l’UPAC. En effet, juste avant de démissionner, le mois dernier, l’enquêtrice Annie Trudel, engagée par Robert Poëti pour faire la lumière sur les pratiques au MTQ, a envoyé une clé USB contenant toutes les informations. Ce dernier a confirmé mercredi avoir envoyé cette clé à l’UPAC.

Plus tôt mercredi matin, Jacques Daoust affirmait avoir été mis au courant de certaines « préoccupations face à certains comportements administratifs » de la part de son prédécesseur, Robert Poëti et avoir agi en conséquence. « Ce que j’ai fait, c’est que j’ai continué le travail qu’il avait fait. On a colligé les documents qui avaient été trouvés dans tout ça par Mme Trudel, qui avait fait les enquêtes, et on a transmis tout ça à l’UPAC. Alors si l’UPAC veut prendre des décisions à partir de ça, de pousser une enquête plus loin, on n’a aucun problème avec ça. »

Il a, par ailleurs, réitéré sa confiance à la sous-ministre Dominique Savoie. « J’ai confiance en ma sous-ministre jusqu’à ce qu’on me dise que je ne dois pas lui faire confiance », a répondu le ministre en impromptu de presse.

Les partis d'opposition se questionnent
À Québec, les oppositions ont rapidement fait le lien entre les questions pressantes de l’ex-ministre Robert Poëti et le fait qu’il perde son poste lors du dernier remaniement ministériel en janvier dernier. « Sous les libéraux, quand on essaie d’en savoir plus sur les contrats, on se fait tasser », a soutenu le chef de l’opposition officielle par intérim, Sylvain Gaudreault, pendant la période de questions.

« On a le droit de savoir pourquoi Philippe Couillard s’est débarrassé de Robert Poëti », a déclaré plus tôt François Legault en conférence de presse. « Est-ce que c’est parce que Robert Poëti posait des questions trop embarrassantes à propos des révélations de Jacques Duchesneau, de la comptabilité, parce qu’il voulait revoir l’organigramme ? Est-ce que la sous-ministre au ministère des Transports protège le gouvernement face à l’UPAC ? Je pense qu’il y a beaucoup de questions ce matin et M. Couillard, nous doit des réponses. C’est très grave, c’est très préoccupant. »

Philippe Couillard s'explique
Le premier ministre nie catégoriquement avoir voulu « tasser » l’ex-ministre du Transport, Robert Poëti, lors du dernier remaniement ministériel. « Je veux réprouver fortement les insinuations que mon collègue répète, je regrette, ça n’a rien à voir, absolument rien à voir, et je voudrais qu’on s’assure de rester en contact avec la réalité ici. [C’est] un remaniement fait en janvier pour des raisons qui n’ont rien à voir avec les compétences, l’intégrité et les personnes touchées. »

Le premier ministre affirme qu’il n’était pas au courant du dossier. « La première fois dont j’ai entendu parler de toute cette histoire, c’est ce matin. Mon chef de cabinet a rencontré l’ancien titulaire du ministère des Transports le lendemain de l’envoi de sa lettre, et auparavant, il n’y a pas eu de conversations sur ces questions du moins entre mon chef de cabinet et l’ex-ministre des Transport ou moi-même. Ceci dit, ça n’en est pas moins très important. »

Jouant la carte de la transparence, le premier ministre a rapidement accepté de déposer les documents dont faisait mention l’ex-ministre Robert Poëti dans l’article de L’Actualité, notamment l’audit des professionnels en conformité des processus de décembre 2014, un plan d’action pour l’amélioration de la conformité du processus d’octroi des contrats et la lettre de Robert Poëti à son successeur Jacques Daoust. Mais il s’est bien gardé de défendre sa sous-ministre. « La sous-ministre sera à la Commission de l’administration publique cet après-midi, elle aura donc tout le loisir de répondre aux questions », a-t-il répondu aux oppositions.

Il a toutefois invité la Vérificatrice générale à se pencher sur le dossier. « On veut agir en toute transparence, et j’ajouterais même, sans avoir à lui donner d’instructions, parce que l’Assemblée ne peut pas donner d’instructions nécessairement à la Vérificatrice générale, que sa participation au processus est bienvenue », a répondu le premier ministre, bombardé de questions sur le sujet pendant la période de question mercredi.

Poëti était au courant
Pressé de questions à son arrivée à la période de questions mercredi matin, Robert Poëti a confirmé qu’il avait bel et bien été au fait d’allégations d’irrégularités et qu’il avait entamé des procédures pour faire la lumière sur ces questions avant d’être démis de ses fonctions par le premier ministre. « J’ai eu des inquiétudes avec certaines informations et j’ai demandé aux gens responsables de s’en occuper. Maintenant, quand arrive un remaniement, c’est le choix du chef et je l’ai accepté. »

En entrevue à L’actualité, il affirmait qu’à son arrivée au ministère en avril 2014, il a tenté de savoir si les pratiques dénoncées dans le rapport de Jacques Duchesneau avaient toujours cours. Il a dépêché une agente de renseignements de l’UPAC qui l’a mis au fait de plusieurs situations irrégulières, notamment d’une « comptabilité opaque » qui permet de camoufler les extras et l’attribution de contrats à d’anciens employés.

Il avait également émis des doutes sur les raisons de son départ, invoquant une possible intervention de la sous-ministre Dominique Savoie, qui avait une grande influence selon diverses sources du journaliste Louis Lacroix. « Il ne faut jamais sous-estimer la force d’un sous-ministre », affirmait Robert Poëti.

Mercredi matin, ce dernier s’en tenait au discours officiel. « Moi, je l’ai du premier ministre les raisons pour lesquelles [j’ai perdu le ministère des Transports] et je l’ai exprimé à une seule reprise très clairement. Donc, les orientations du premier ministre sur les jeunes, sur les gens des régions et plus de femmes. Je l’ai compris. Il me l’a dit clairement. Et je ne doute pas des paroles du premier ministre. »

Ce dernier a également réitéré sa confiance envers son successeur, Jacques Daoust et ce, même si l’article de L’Actualité laissait plutôt entendre que ce dernier n’avait pas donné suite aux inquiétudes émises par Robert Poëti. « Ce qui est important pour moi, c’est de m’assurer que celui qui me suit — et j’ai confiance que Jacques va continuer le travail — il avait besoin de cette information-là. Il y a deux ans de travail qui a été fait là et moi je pense qu’il a en mains aujourd’hui et être capable de continuer à corriger s’il y a des erreurs administratives. »

Il réitère toutefois que l’intimidation dont certains fonctionnaires auraient été victimes est un problème potentiellement « criminel » et que l’UPAC doit y voir.


Lisez la correspondance entre Robert Poëti et Jacques Daoust, déposée aujourd'hui, ci-dessous.




 

L'UPAC confirme l'existence de plaintes

La porte-parole de l’UPAC a confirmé que des plaintes émanant d’employés du ministère des Transports ont été reçues (sans préciser la date ou le nombre de plaintes). «Tout ça demeure confidentiel», indique Anne-Frédérick Laurence.

 

Les articles 28 et 29 de la Loi concernant la lutte contre la corruption indiquent qu’une plainte fait d’abord l’objet d’une analyse pour juger de son importance. À la suite de cette analyse, «le commissaire [Robert Lafrenière] peut refuser d’y donner suite s’il estime que celle-ci est frivole ou qu’elle ne relève pas de sa mission.» Autrement, il transmet le dossier aux équipes d’enquête concernées.

 

Concernant la relation entre le MTQ et l’UPAC, Mme Laurence parle du ministère comme étant à la fois un «partenaire» (comme le Bureau de la concurrence, le Directeur général des élections et d’autres organismes de ce type)… et une «cible».

 

Partenaire parce qu’il y a des canaux de communication privilégiés avec le MTQ, qui permettent à l’UPAC d’avoir accès à des documents plus rapidement, dit-on. Mais cible parce qu’il s’agit aussi du plus gros donneur de contrats au Québec. «Le MTQ est susceptible d’être enquêté», affirme Mme Laurence.

 

Guillaume Bourgault-Côté
19 commentaires
  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 18 mai 2016 09 h 26

    Au PLQ plus ca change plus c est pareil

    Que voulez-vous?La magouille fait partie de leurs genes.Et le ministre Coiteux l encourage au municipal en faisant passer de 25 000$ a 100 000$ les contrats sans appel d offre. Usque tandem :jusque a quand endureront nous ces turpitudes? J-P.Grise

  • François Dugal - Inscrit 18 mai 2016 09 h 42

    "Les vraies affaires"

    Nous voulions "les vraies affaires, et nous avons "vraies affaires".
    Non mais, c'est quoi tout ce chiâlage porteur de zizanie et de chicane.
    Fallait y penser avant, amigos.

  • Pierre Beaulieu - Abonné 18 mai 2016 10 h 40

    Il va de soi...

    Il va de soi que l'Enquête Charbonneau n'est pas complète et que l'Enquête Bastarache a servi à couvrir certaines pratiques dans le système.
    On y était presque, ne restait qu'à enquêter la machine qu'est la fonction publique provinciale, incluant certains politiciens.
    La Commission Gomery avait fait ressortir certaines odeurs même si elle n'avait qu'effleuré le sujet.
    Finalement, il y a des jours où l'on se croirait au Brésil. Il ne nous manque que le gang des olympiques.

  • Nicole Delisle - Abonné 18 mai 2016 10 h 51

    Bien étrange tout cela!

    La sous-ministre semble en mener assez large, selon ces articles. Je crois qu'après
    tout ce qui s'est dit au sujet de ce ministère à la Commission Charbonneau, une enquête indépendante devrait être entreprise. La non- transparence et les possibles irrégularités ne devraient pas s'y retrouver. Est-ce que c'est trop demander à un ministre et son gouvernement après toutes les éclaboussures de la dite Commission? Ce n'est pas en se fermant les yeux que l'on va redonner confiance à la population. On est porté à croire que dans le fond rien n'a vraiment changé au ministère. Les pratiques douteuses semblent se poursuivre de plus belle et quand quelqu'un ose trop mettre son nez là, on l'écarte tout simplement! Une enquête est essentielle pour dissiper tous les doutes. Dans le cas contraire, nous en déduirons que rien n'a changé
    au royaume de la corruption!

    • Pierre Beaulieu - Abonné 18 mai 2016 12 h 14

      Nous sommes peut-être dus pour une commission permanente???

  • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 18 mai 2016 10 h 55

    Go

    « J’ai confiance en ma sous-ministre jusqu’à ce qu’on me dise que je ne dois pas lui faire confiance ».

    Ok, ben, go!