Alexandre Cloutier n’est pas pressé

Alexandre Cloutier en compagnie de sa mère, Lise Duchesne
Photo: Marco Bélair-Cirino Le Devoir Alexandre Cloutier en compagnie de sa mère, Lise Duchesne

Le candidat à la direction du Parti québécois, Alexandre Cloutier, n’était pas pressé vendredi de redémarrer la machine référendaire. « Notre niveau de préparation actuel est insuffisant », a-t-il affirmé sans ambages aux dizaines de personnes agglutinées dans la Boîte à Bleuets, à Alma.

L’élu de 38 ans a officialisé sa candidature à la succession de Pierre Karl Péladeau dans cette salle multifonctionnelle du chef-lieu de la région du Lac-Saint-Jean.

Il était entouré de l’ex-chef intérimaire Stéphane Bédard et de huit membres du caucus péquiste. En moins de deux semaines, M. Cloutier a réussi le tour de force d’obtenir l’appui du doyen de l’Assemblée nationale, François Gendron, ainsi que des députés Agnès Maltais, Harold Lebel, Dave Turcotte, Martin Ouellet, Sylvain Roy, Sylvain Rochon et Guy Leclair dans sa deuxième tentative pour prendre les commandes du PQ.

« Le Parti québécois est et demeurera, sous ma gouverne, une vaste coalition nationale, mais il le fera cependant en étant clair dans ses orientations et en restant fidèle à son ADN : un parti progressiste et souverainiste », a déclaré le député de Lac-Saint-Jean à un jet de pierre de la rivière La Petite Décharge.

L’ex-ministre délégué à la Gouvernance souverainiste a décidé de mettre au rancart la proposition de tenir un référendum après qu’un million de Québécois aient apposé leur signature dans un registre officiel. « Je crois toujours à cette idée fondamentale de créer une grande mobilisation citoyenne en faveur de l’indépendance. […] On aura des discussions entre autres sur la meilleure façon de créer cette mobilisation populaire », a expliqué le Bleuet diplômé de l’Université Cambridge, se disant largement inspiré par la démarche référendaire écossaise. « En Écosse, il y en avait un registre et ils ont eu leur million et malgré tout ils n’ont pas atteint leur objectif », a-t-il fait remarquer.

Les indépendantistes québécois ne doivent pas s’y tromper : « le travail à accomplir est énorme », a-t-il soutenu à deux ans et demi des prochaines élections générales québécoises. « L’heure est au travail, au rassemblement des Québécois et à la préparation d’un nouveau projet de pays. » Selon lui, l’Institut de recherche sur l’indépendance légué par l’ex-chef Pierre Karl Péladeau sera fort utile pour y arriver. « Je ne me présenterai pas aux Québécois sans leur dire concrètement ce qui va arriver en votant pour le PQ », a-t-il conclu.

La « priorité nationale » : l’éducation

S’il se voit confier les rênes du pouvoir, M. Cloutier accorderait la « priorité nationale » à l’éducation, ainsi qu’au développement économique de tout le Québec. L’avocat s’était drapé vendredi avant-midi dans les habits d’un défenseur acharné du « nationalisme économique » déterminé à « poursuivre les grands chantiers » entrepris par l’ancien chef péquiste Pierre Karl Péladeau. « La prospérité économique et la création d’emplois doivent aussi être au coeur de notre action politique », a-t-il ajouté.

M. Cloutier a aussi insisté sur l’importance d’assurer non seulement la protection, mais également la promotion de l’« identité », la « langue » et la « culture » de la nation québécoise.

Deux candidats en lice, pour l’instant

M. Cloutier a été présenté à la centaine de personnesagglutinées dans la Boîte à Bleuets par l’homme fort — et « fébrile » — de Chicoutimi Stéphane Bédard. « C’est un joueur d’équipe. C’est surtout un leader », a fait valoir l’ex-chef intérimaire du PQ. « On le voit aujourd’hui : Alexandre rassemble ! »

D’ailleurs, M. Cloutier a rejeté l’étiquette de « candidat de l’establishment » du PQ, se disant fort d’une « diversité d’appuis tout à fait exceptionnelle ».

En mai 2015, le « jeune premier » du Lac-Saint-Jean avait terminé un « véritable marathon de sept mois » au second rang, obtenant 29 % des votes des membres du PQ — contre 58 % pour Pierre Karl Péladeau et 13 % pour Martine Ouellet. « Cette course m’a beaucoup appris. Elle m’a fait évoluer. Elle a forgé l’homme politique que je suis devenu », a-t-il soutenu, précisant du même souffle « supporte[r] mieux la pression » aujourd’hui. « Je pense que ma femme est d’accord. »

Alexandre Cloutier a officialisé sa candidature à la chefferie du PQ quatre jours après son « amie » Véronique Hivon. « À la fin [de la course], comme l’a si bien écrit Shakespeare, nous pourrons toutes et tous dire : “Tout est bien qui finit bien” », a écrit la députée de Joliette sur le réseau social Facebook.


La marche à suivre

Les candidats devront déposer, au plus tard le 30 juin, leur bulletin de mise en candidature assorti de deux chèques de 10 000 $ chacun — datés du 30 juin et du 30 août — en plus d’une liste de 1500 signatures à la permanence du PQ, selon un scénario qui sera soumis à la conférence nationale des présidentes et des présidents (CNPP) à la fin mai. Le PQ compte organiser deux débats — un à Montréal, un autre à Québec — en septembre, puis convier les membres de la formation politique à se prononcer sur le successeur de Pierre Karl Péladeau, par téléphone, entre le 5 et le 7 octobre.
46 commentaires
  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 13 mai 2016 11 h 23

    Youpi!!!

    Go Cloutier, go!!!

  • Christian Montmarquette - Abonné 13 mai 2016 12 h 14

    Alexandre Cloutier : La candidature de la vielle garde

    Il semble de plus en plus qu'Alexandre Cloutier sera la candidature de la vielle garde péquiste.

    Ainsi appuyé par ces indécrottables néolibéraux que sont les Bernard Landry, Agnès Maltais, Lucien Bouchard et Cie.

    Cette candidature aux allures de jeune progressiste est particulièrement discutable quand on sait qu'Alexandre Cloutier a fait les éloge d'un des pires réactionnaires du Québec en ces termes :

    " Lucien Bouchard est un grand parmi les grands"-Alexandre Cloutier

    - Lucien Bouchard.. Un grand quoi??

    - Un grand arrogant?

    Christian Montmarquette

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 13 mai 2016 13 h 50

      sauf votre respect M. Montmarquette, vous êtes de mauvaise foi.

    • Colette Pagé - Inscrite 13 mai 2016 14 h 10

      Sévère vous l'êtes ! N'est-ce pas Lucien Bouchard qui a pris le relais de Jacques Parizeau et qui a conduit le Québec le plus près du projet de pays alors que sans lui le référendum se dirigeait vers un mur.

      Pour son engagement, sa passion et son charisme, il faut lui être reconnaissant. Quant au reste qui vous turlupine, l'histoire le jugera.

      Se pourrait-il que lors de la dernière course à la chefferie, Véronique Hivon et François Gendron se soit trompés en appuyant un néo-libéral de la vieille garde ?

      Ce qui est rassurant c'est qu'aucun parti politique n'a une relève d'aussi grande qualité que le PQ. Une diplômé du London School of Economics et un candidat diplômé de Cambridge. Ce qui n'est pas rien !

      En plus, ce qui ne gâchent pas la sauce, les deux candidats souhaitent Faire de la Politique Autrement, réduire les inégalités et favoriser la Convergence. Comme social-démocrate, ce programme devrait vous réjouir.

    • Pierre Beaulieu - Abonné 13 mai 2016 14 h 12

      Qu'est-ce que vous avez contre les vieux, monsieur Montmarquette? Qu'ils soient fédéralistes ou séparatistes, je ne vois pas pourquoi on s'en prendrait à eux.
      Ils ont fait ce que le Québec est, aussi bien que le Canada qu'évidemment vous défendez sans trop savoir pourquoi.
      Monsieur Cloutier est un homme équilibré et son idée est excellente de vouloir obtenir un million de signatures avant de s'engager dans la trappe du PLQ, c'est-à-dire, un référendum, une institution qui vous fait peur ou dont vous et des gens comme vous, se servent pour faire peur.
      Il ne faut pas dire n’importe quoi, monsieur Montmarquette!

    • Christian Montmarquette - Abonné 13 mai 2016 15 h 05

      À Claude Gélinas,

      " Lucien Bouchard qui a pris le relais de Jacques Parizeau et qui a conduit le Québec le plus près du projet de pays.." - Claude Gélinas

      - Faites-moi rire!

      Non seulement Lulu, qui a traité les Québécois de paresseux improductifs et décrit comme un "déclinologue" par Jacques Parizeau lui-même, est-il le père du déficit zéro et des politiques néolibérales d'austérité au Québec.. Mais est-il aussi le fossoyeur de l'indépendance avec ses conditions gagnantes qu'on attend encore depuis plus de 20 ans au Québec!

      - Ajoutons à cela qu'il est le sordide instigateur du "Manifeste pour un Québec lucide" et s'est dissocié de l'indépendance en 2010 qu'il a qualifié d'irréalisable.

      En plus que de couper dans les médicaments à l'aide sociale et exactement comme les libéraux aujourd'hui d'instaurer le "Workfare" (mériter son chèque) et de défendre le déménagement du Casio dans le quartier pauvre de Pointe-Saint-Charles; un projet accueilli avec des oeufs, des tomates et des huées par la population locale et les spécialistes en dépendances au jeu de hasard et plusieurs intervenants en santé publique. Sachons que Lucide Bouchard, ex-président de l'Association pétrolière et gazière du Québec, s'est fait l'avocat du développement des gaz de schiste au Québec.

      - Wow!

      - Quel beau testament politique ce conservateur rétrograde va-t-il nous laissé en nous quittant!

      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 13 mai 2016 15 h 18

      " Qu'est-ce que vous avez contre les vieux, monsieur Montmarquette?" -Pierre Beaulieu

      Je n'ai strictement rien contre les vieux, c'est contre les vielles idées que j'en ai. Et la preuve, c'est ma critique envers Alexandre Cloutier qui semble vouloir marcher dans les souliers des Maltais, Landry, Bouchard et Cie, et qui n'a pourtant que 38 ans.

      Sachons aussi qu'il semble qu'Alexandre Cloutier lui-même ait abandonné sa propre idée du million de signatures pour revenir à la vielle attentes des conditions gagnantes de Lucien Bouchard.

      À cette effet, vous êtes complètement à côté dans l'erreur quand vous prétendez que les référendum me font peur, puisque mon parti, QS, en garanti un dans un premier mandat depuis sa fondation!

      Je vous renvoie donc moi-même la balle, en vous demandant de ne pas dire n'importe quoi, d'autant plus que c'est le PQ et non QS qui n'a pas de référendum au programme depuis plus de 20 ans et que les référendum font surtout peur aux péquistes.. Peur de perdre leurs élections, bien entendu...

      Christian Montmarquette

    • Réal Ouellet - Inscrit 13 mai 2016 18 h 21

      Vous feriez mieux de penser à rajeunir votre propre establisment. Vous devez savoir que Mme David a 68 ans. Ce n'est pas une génération que vous avez à récupérer mais deux!

    • Christian Montmarquette - Abonné 13 mai 2016 21 h 48

      " Vous feriez mieux de penser à rajeunir votre propre establisment. Vous devez savoir que Mme David a 68 ans. ." - Réal Ouellet

      Pour autant que je sache, contrairement aux innombrables têtes grises qui constituent une forte proportion de la horde péquiste. Québec Solidaire est le parti dont le membreship accuse le plus fort pourcentage de jeunes. Et selon les dernière informations, Françoise David ne se représentera pas en 2018.

      En espérant que cela calme vos inquiétudes.

      Mais question de vieillissement général des partis puisque vous voulez en parler. À mon avis, c'est le PQ et non QS qui a du pain sur la planche pour attirer plus de jeunes dans ses rangs.

      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 mai 2016 03 h 09

      À remarquer ici le nouveau titre du présent article pour le moins révélateur :

      " RÉFÉRENDUM Alexandre Cloutier n’est pas pressé "

      Qui, à mon avis, ne fait que confirmer l'influence de la vielle garde péquiste cette candidature et du retour à l'attentisme des "conditions gagnantes" de Lucien Bouchard; des "mille jours d'attente" de Bernard Landry et de la gouvernance souverainiste de Pauline Marois.

      Mais soyez certain que l'influence de cette vielle garde ne se limitera pas à la question référendaire, notre jeune et influençable Alexandre deviendra la marionnette docile de ses mentors, de droite Landry, Bouchard et compagnie...

      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 mai 2016 03 h 13

      Corrigé.

      À remarquer ici, le nouveau titre du présent article pour le moins révélateur:

      " RÉFÉRENDUM Alexandre Cloutier n’est pas pressé "

      Qui, à mon avis, ne fait que confirmer l'influence de la vielle garde péquiste sur cette candidature et du retour à l'attentisme des "conditions gagnantes" de Lucien Bouchard; des "mille jours d'attente" de Bernard Landry et de la gouvernance souverainiste de Pauline Marois.

      Et soyez certain que l'influence de cette vielle garde ne se limitera pas à la question référendaire. Notre jeune et influençable Alexandre deviendra la marionnette docile de ses mentors de droite Landry, Bouchard et compagnie...

      Christian Montmarquette

    • Jean-Pierre Roy - Abonné 14 mai 2016 06 h 46

      Monsieur Montmarquette, je vous remercie de bien vouloir nous préciser la notion ne "néo-libéral" que vous utilisez à profusion.

    • Normand Carrier - Abonné 14 mai 2016 07 h 20

      La vielle garde se trouve dans votre parti monsieur Montmarquette .... Votre cheffe double presque l'age d'Alexandre Cloutier .... La bonne foi se présume mais malheureusement dans votre cas ......

    • Hélène Paulette - Abonnée 14 mai 2016 07 h 52

      J'abonde monsieur Montmarquette. La venue de Bouchard dans la campagne référendaire étaiten réalité un putsch dont j'ai été témoin...Mais c'est de l'histoire. L'adoration de Cloutier pour Lulu me fait tiquer mais c'est un homme qui sera élu chef du PQ (Hivon et Ouellette ne semblent pas rallier beaucoup d'appui). Je préférerais Lisée mais la détestation des intellectuels ne me laisse pas beaucoup d'espoir.

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 mai 2016 16 h 40

      À Normand Carrier,

      " La vielle garde se trouve dans votre parti monsieur Montmarquette .... Votre cheffe double presque l'âge d'Alexandre Cloutier" -Normand Carrier

      Vous donnez dans l'âgisme plutôt que dans les idées le renouvellement des idées politiques en disant ça; sans compter qu'on ne parle pas du tout de la même chose.

      1) Françoise David n'est pas contrôlée par une ancienne garde de puisque Québec Solidaire n'est même pas assez vieux pour compter une ancienne garde dans ses rangs. C'est une porte-parole qui représente les décisions de son Congrès, pas d'une vielle garde.

      2) Les idées et les valeurs défendues par Françoise David ne sont pas les vielles idées néolibérales conservatrices poussées par derrière par des non-élus comme Bouchard et Landry avec Cloutier, ou Paul Martin et Jean Chrétien avec Justin Trudeau.

      3) Comme je l'ai expliqué plus haut, Québec Solidaire est le parti qui a le plus haut pourcentage de jeunes dans ses rangs, alors que tout le monde sait que la base du PQ est une basse vieillissante en difficulté de renouvellement, qui plus est, a perdu plus de 90,000 membres depuis 2005.

      4) L'admiration béate d'Alexandre Cloutier pour son idole Lucien Bouchard est aussi révélatrice qu'inquiétante.

      Révélatrice d'un faux changement de génération, puisque malgré son jeune âge, Alexandre Cloutier semble contrôlé par la vielle garde du PQ. Et révélatrice d'un changement purement cosmétique de doctrine politique, en associant une image de jeunesse à de vielles idées.

      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 15 mai 2016 00 h 05

      " Monsieur Montmarquette, je vous remercie de bien vouloir nous préciser la notion ne "néo-libéral" que vous utilisez à profusion" - Jean-Pierre Roy

      Si je l'utilise la notion de néolibéralisme à profusion, c'est que cette idéologie que l'on pourrait qualifier de "néo-capitaliste" ou de capitalisme exacerbé, est elle-même largement utilisée, non seulement au Québec, mais au Canada et dans le monde entier.

      Je vais tenter de revenir pour vous résumer ma propre définition en contexte québécois. Mais entre-temps, je vous recommande tout simplement d'aller voir la page "néolibéralisme" dans Wikipédia.

      Ça donne déjà une bonne idée.

    • Normand Carrier - Abonné 15 mai 2016 07 h 05

      Que de palabres monsieur Montmarquette .....
      Alexandre Cloutier semble controlé par la vieille garde ...... Avoir l'applui de neuf députés au départ ne veut en rien dire qu'il est controlé .....

      Comment croire que le libéralisme économique et la social démocratie ne sont pas des vieilles idées car elles existent depuis des siècles ..... Les vieilles idées pour vous ne sont pas nécessairement vieilles pour l'ensemble de la population ....

      Le PQ vient de collecter $350,000. de financement populaire , ce qui est plus que tous les autres partis réunis et la course a la chefferie commence ......

      Tous ces palabres finalement pour dire que vous avez peur d'Alexandre Cloutier et chercher a la démoniser comme vous avez fait avec PKP , Marois Landry et Bouchard .... Il n'y a personne pour croire que vous aller aimer et appluyer un chef du PQ un jour ..... QS est devenu un dodme intouchable et indiscutable .....

      Comme madame Bouchard l'affirmait , Saul votre respect monsieur Montmarquette , vous êtes de mauvaise foi .....

    • Christian Montmarquette - Abonné 15 mai 2016 09 h 49

      Question de vieille garde..

      - Voici ce qu'en disait un journaliste du Devoir pas plus tard qu'hier :

      La « vieille garde », l’establishment du parti, se range derrière Alexandre Cloutier. " - Marco Fortier, Le Devoir, 14 mai 2016

      Il faut croire que je ne suis pas le seul à penser qu'il s'agit bien d'une "vielle garde" et pas le seul non plus à utiliser cette expression.


      Source :

      " Le dilemme référendaire du PQ " - Marco Fortier, Le Devoir

      Les candidats à la chefferie devront se prononcer sur la marche vers le «pays» |

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/470903/le

      .

    • Patrick Daganaud - Abonné 15 mai 2016 18 h 49

      Je ne suis ni QS ni PQ.

      Vos échanges sont stériles quand il chiffre les idées en âge : il y a des jeunes vieux et des vieux jeunes. Il a aussi des vieux vieux et des jeunes jeunes.

      C'est l'idée qui fait l’âge, pas l'inverse.

      J'ignore si Cloutier est ou non, de près ou de loin, acoquiner avec la vieille garde péquiste embourgeoisée et démocratiquement stérile.

      Quand il louange le trop lulucide Lulu, il louange l'exécrable néolibéralisme qui a corrompu et corrompt le PQ.

      Et ce n'est pas bon signe.

      Le PQ doit revisiter la démocratie : le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple.

      Pas pour les pétrolières de Lulu et de la vieille garde vendue à l'establishment.

      Alors, ne vous déplaise, Montmarquette a raison sur le fond, quelles que soient vos répliques douteuses.

  • Patrick Boulanger - Abonné 13 mai 2016 13 h 51

    C'est pour quand la candidature de M. Lisée?

    " S’il se voit confier les rênes du pouvoir, M. Cloutier accorderait la « priorité nationale » à l’éducation, ainsi qu’au développement économique. "?

    M. Cloutier reprend ici les deux grandes priorités de la CAQ. C'est pour quand la candidature progressiste de M. Lisée au PQ? S'il veut se lancer, je lui conseille de le faire sans tarder avant que la majorité du caucus péquiste se range derrière M. Clouitier ou Mme Hivon.

    Allez, Lisée, allez!

    • Colette Pagé - Inscrite 13 mai 2016 14 h 31

      Lisée aurait le mérite de brasser la cage et de provoquer l'aggirnamento du PQ dont le parti a fait l'économie. Préférant se précipiter dans la course à la chefferie sans identifier les causes de la défaite.

      Que dire des propositions concrètes que pourraient formuler JF Lisée en regard du référendum ? Des idées innovantes. Une nouvelle perspective.

    • Michel Lebel - Abonné 13 mai 2016 23 h 30

      @ Claude Gélinas,

      Il y a belle lurette que j'ai choisi mon train! Les choix politiques, quant à moi, sont fondés sur sa vision des choses, de l'Histoire et des Hommes. Le défi canadien me paraît plus beau (et difficile) que le défi québécois. La politique demeurera toujours de l'ordre du relatif et non de l'absolu. La vérité n'y est pas au rendez-vous et l'erreur est toujours possible. L'Histoire le montre bien! ''C'est la vie'', comme disait un certain politique de Shawinigan!

      Quant à Jean-François Lisée, mieux vaut pour lui de demeurer un conseiller. Son image d'être plus intelligent que tous ne passerait pas auprès de l'électorat. Et c'est le temps de l'image! Et de plus l'anti-intellectualisme n'est pas disparu des gênes de plusieurs Québécois!

      M.L.

    • Patrick Boulanger - Abonné 14 mai 2016 09 h 37

      @ M. Lebel

      M. Lebel, je suis malheureusement assez d'accord avec vous en ce qui a trait à M. Lisée.

    • Normand Carrier - Abonné 15 mai 2016 07 h 12

      Comment expliquer monsieur Boulanger que l'humain désire toujours avoir celui qui ne se présente pas comme vous avez exprimé votre choix pour Jean-Martin Aussant dans une autre chronique et maintenant J-F. Lisée qui peut-être se présentera ?
      Peut-on affirmer que l'on est jamais content avec ceux qu'on a ?
      Mais une chose est certaine , c'est que le PQ regorge d'individus talentueux et possède un potentiel extraordinaire .....

    • Patrick Daganaud - Abonné 15 mai 2016 18 h 52

      @ M. Gélinas

      aggiornamento

    • Patrick Boulanger - Abonné 16 mai 2016 09 h 37

      @ M. Carrier

      " Comment expliquer monsieur Boulanger que l'humain désire toujours avoir celui qui ne se présente pas comme vous avez exprimé votre choix pour Jean-Martin Aussant dans une autre chronique et maintenant J-F. Lisée qui peut-être se présentera ? "?


      M. Carrier, je n'ai pas fait de " choix ". J'ai seulement exprimé mon désir de voir MM. Lisée et Aussant dans la course à la chefferie du PQ.

  • Michel Lebel - Abonné 13 mai 2016 14 h 24

    Le meilleur candidat

    Si j'étais péquiste, je n'aurais aucune hésitation: Alexandre Cloutier serait mon choix. C'est le meilleur candidat à la direction du PQ.

    M.L.

    • Patrick Boulanger - Abonné 13 mai 2016 15 h 20

      Que pensez-vous de la candidature possible de M. Lisée? Trop " hautain ", peut-être, ce monsieur?

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 13 mai 2016 15 h 59

      Faites comme moi et devenez péquiste pour l'encourager...

      ...c'est si rare un bon candidat!

      Paris vaut ben une messe; Québec vaut ben un yes!

    • Colette Pagé - Inscrite 13 mai 2016 18 h 47

      Pour vous rendre au bout de votre choix pourquoi ne pas devenir membre du PQ et voter pour votre candidat préféré. Ne faut-il pas prendre le train lorsqu'il passe ?

    • Patrick Daganaud - Abonné 15 mai 2016 18 h 59

      Vous rêvez aussi de jour?

      Michel Lebel - Abonné
      13 mai 2016 14 h 24
      Le meilleur candidat
      « Si j'étais péquiste »

      Je corrige le conseil de Monsieur Gélinas : « Pour vous rendre au bout de vos rêves, pourquoi ne pas devenir membre du PQ? »

      Ou alors vous rêvez en gris?
      Fédéralisme respectueux de la nation québécoise, assorti d'un néolibéralisme obtus et abstrus.

  • Michel Thériault - Abonné 13 mai 2016 14 h 29

    De kossé ?

    Le PQ a été fondé dans le but précis de réaliser l'indépendance du Québec. Péladeau a certes un CV trouble en matière de gestion mais, il avait au moins comme but premier de nous donner notre propre pays. Cloutier, comme Yvon sont sur un autre registre. La souveraineté oui mais....un jour, dans cent ans, si possible, quand les conditions gâgnantes et bla-bla-bla.

    À mon avis, tout candidat à la chèferie de cet ex-parti indépendantiste, devrait avoir comme objectif premier de faire l'indépendance mais, malheureusement, Cloutier n'est pas de ceux-là. Il semble bien être de ce clan affairiste de politiciens professionnels qui font du Québec leur outil d'émancipation personnel plutôt que de se mettre au service de leur peuple et de leurs terres. Les Bouchard, les Cloutier, les Boisclair, les Johnson, Marois, Landry et cie, on les connait, on a déjà donné. TOUS DES ÉTEIGNOIRS.

    Il y a longtemps que je n'ai plus de carte de membre du PQ. La triste période Bouchard m'a définitivement écoeurré. Je suis de plus en plus indépendantiste mais, je suis persuadé que le PQ n'est en rien l'instrument de la liberté. C'est triste mais ce parti est devenu un vieux parti qui n'aspire qu'au pouvoir et au prestige discutable des parvenus.

    Compte-tenu des apréhensions que cette course m'inspire, je prévois que le PQ prépare son suicide politique, faute de faire ce pour quoi il a été fondé. Cela nous fera une belle jambe avec les Couillardiens éternels.
    Le moindre mal: Martine Ouellet mais, elle sera politiquement et médiatiquement trucidée avec violence et rapidement.

    • Patrick Boulanger - Abonné 13 mai 2016 20 h 07

      Êtes-vous membre de ON?

    • Patrick Daganaud - Abonné 15 mai 2016 19 h 12

      Michel Thériault a parfaitement raison :

      1-Le PQ a été fondé dans le but précis de réaliser l'indépendance du Québec.

      2-La clique des bourgeois dédiés au prestige des parvenus, les Bouchard, les Cloutier, les Boisclair, les Johnson, Marois, Landry et cie, on les connait, ne renferme que des éteignoirs.

      3-Le PQ préparera son suicide politique, faute de faire ce pour quoi il a été fondé et, s'il se ravise, s'il ne le fait pas pour le peuple et la social-démocratie.

      J’ajoute que les fondements doivent guider le chef et que le PQ les a perdus de vue depuis longtemps.

      Là, tout fonctionne à l'envers et le PQ fonce contre le mur.