La course est lancée au PQ

Moins de 24 heures après le départ abrupt de Pierre Karl Péladeau, la course à la chefferie du Parti québécois (PQ) s’est mise en branle. La garde rapprochée d’Alexandre Cloutier — considéré comme un des favoris — croise les doigts pour que Véronique Hivon se rallie une nouvelle fois, mais la députée de Joliette songe à se porter candidate.

La décision de Véronique Hivon de plonger ou non dans la course pèse lourd dans la balance. La présence d’un tandem Cloutier-Hivon pourrait dissuader les autres candidats pressentis — Martine Ouellet, Nicolas Marceau, Jean-Martin Aussant — de tenter leur chance, suggère-t-on. «Il n’y aurait pas de course coûteuse. Il y aurait un couronnement. Les [péquistes] pourraient rapidement concentrer leurs attaques sur le gouvernement libéral», indique un membre influent du parti.

C’était un atout pour le Parti québécois et ça pourra encore être un atout

 

En parallèle, le chef de la jeune formation Option nationale (ON), fondé par Jean-Martin Aussant, verrait d’un bon oeil le retour d’Aussant au PQ. Sol Zanetti ouvre la porte à une fusion d’ON et du PQ advenant un retour de l’ancien député, considéré comme un des meilleurs atouts du mouvement indépendantiste. « À Option nationale, on ne le verrait pas du tout comme une trahison si Aussant allait présenter au Parti québécois les idées qu’il a défendues au sein d’ON », affirme-t-il.

Jean-Martin Aussant représenterait un «atout» pour le PQ, estime la députée Martine Ouellet. « C'était un atout pour le Parti québécois et ça pourra encore être un atout au PQ, a-t-elle dit à La Presse Canadienne. Mais à quel poste et comment, je pense qu'il faisait partie de notre équipe et je pense que malgré son départ, le PQ et lui, on partage un grand nombre de valeurs et d'idéaux.»

En privé, les péquistes considèrent comme acquise la candidature d’Alexandre Cloutier. Le député de Lac-Saint-Jean s’était illustré en terminant deuxième (avec 29% des voix) dans la course à la chefferie de 2015. Martine Ouellet, elle, avait terminé troisième. Si elle se présente, elle devra peut-être affronter Véronique Hivon, étoile montante du PQ qui a piloté la Loi concernant les soins de fin de vie.

L’effet Hivon

L’entrée en scène de la députée Hivon brouillerait les cartes, conviennent des stratèges péquistes. «Si elle plonge, elle enlève [à Alexandre Cloutier] le tiers, voire la moitié de ses appuis», fait valoir un membre du parti qui est hors de l’orbite de Véronique Hivon.

La députée de Joliette, elle, écarte à ce moment-ci tout scénario dans lequel est jouerait le rôle de «faiseur de roi». Ni pour Alexandre Cloutier ni pour Jean-Martin Aussant.

Véronique Hivon étudie sérieusement la possibilité de prendre part à la course à la direction du PQ. «Il y a une réflexion à faire et je vais la faire», a-t-elle répété sur les ondes du 98,5 FM mardi matin. «Il ne faut fermer aucune porte en ce moment […] sur le “qui”, le “quoi” […] et le “pourquoi”», a-t-elle dit. Elle invite le PQ à accepter les candidatures provenant autant de «l’intérieur que de l’extérieur du parti».

Le député de Saint-Jean, Dave Turcotte, estime de son côté que le PQ «n’a pas le luxe de se payer une longue course» assortie de débats. Il n’est «pas contre» un couronnement. Il dissuade seulement le PQ de s’engager dans un débat de consensus, entre des personnes correspondant à un «même profil» et partageant des «mêmes idées». «Avant de présenter, toute personne doit réfléchir à ce qu’elle apporterait de plus ou de différent des autres», a-t-il soutenu.

La députée de Vachon, Martine Ouellet, n’écarte pas la possibilité de sauter dans la mêlée. «Soufflée» par la démission-choc de Pierre Karl Péladeau, elle juge qu’«il est encore un peu trop tôt » pour décider si elle briguera une seconde fois la chefferie du PQ.

Martine Ouellet appelle à la tenue d’une «réflexion plus large» sur l’ADN du PQ: projet d’indépendance du Québec, une «sociale démocratie pragmatique». «Au-delà des individus et des personnalités, il faut travailler sur la capacité du PQ de rassembler plus large pour battre les libéraux. Il faut avoir une idée où est le PQ et où il ira», fait-elle valoir dans un entretien avec Le Devoir.

Aussant «rassembleur»

Sol Zanetti affirme que les militants d’ON seraient tentés de militer au Parti québécois si Jean-Martin Aussant revenait au PQ. « Il est extrêmement rassembleur. Avec son approche cohérente et claire sur la question de l’indépendance, je trouve que [son retour] serait une excellente nouvelle », dit le chef d’Option nationale.

Jean-Martin Aussant a fondé ce parti indépendantiste après avoir claqué la porte du PQ de Pauline Marois, en juin 2011. Sa tentative de se faire réélire député de Nicolet-Yamaska, au scrutin de septembre 2012, avait échoué. Aussant avait abandonné la politique — et la direction d’ON — à l’été 2013 en évoquant lui aussi des «raisons familiales», comme Pierre Karl Péladeau. Il avait ensuite accepté un poste chez Morgan Stanley Capital International, à Londres.

L’économiste de 45 ans est revenu au Québec en juillet dernier, deux ans après s’être exilé au Royaume-Uni. Il est devenu directeur du Chantier de l’économie sociale. Cet organisme sans but lucratif fait la promotion de plus de 7000 entreprises qui emploient 150 000 personnes et injectent 35 milliards par année dans l’économie québécoise — plus que l’industrie minière ou le secteur de la construction.

Chef intérimaire

Pour l’instant, c’est le choix d’un chef intérimaire qui fait l’objet d’un «bon débat» au sein de l’aile parlementaire.

Sylvain Gaudreault a pris de vitesse Agnès Maltais, qui était à l’extérieur du pays pour quelques jours de la relâche parlementaire. Il a multiplié les appels téléphoniques afin de solliciter des appuis.

Le député Mathieu Traversy appuie la candidature de M. Gaudreault. L’ex-ministre a «fait ses preuves». Il projetterait l’«image d’un PQ renouvelé […] dans les médias tous les jours». Le député Bernard Drainville réfléchirait de son côté à se présenter comme chef intérimaire.



À voir en vidéo