Pierre Duchesne remplacé à la tête du cabinet de Pierre Karl Péladeau

Pierre Duchesne a demandé à être relevé de ses fonctions.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Pierre Duchesne a demandé à être relevé de ses fonctions.

Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a annoncé mardi que son chef de cabinet Pierre Duchesne a demandé à être relevé de ses fonctions.

M. Péladeau a déclaré que M. Duchesne, ex-ministre de l’Enseignement supérieur, aura le poste de conseiller principal au sein de son équipe.

« Il considérait qu’il était au moment où ses tâches devaient être allégées », a-t-il dit dans un point de presse.

Selon M. Péladeau, M. Duchesne a lui-même formulé il y a quelques jours le souhait d’un allégement de ses responsabilités. « C’est l’ouverture à son souhait, a-t-il dit. On ne peut pas rétrograder quelqu’un si éventuellement quelqu’un souhaite effectivement donc voir alléger ses fonctions. »

Le chef péquiste a affirmé qu’il était trop tôt pour savoir si M. Duchesne sera de nouveau candidat aux prochaines élections, après avoir été défait dans la circonscription de Borduas en 2014.

Dans ses nouvelles fonctions, M. Duchesne sera chargé des relations avec les grands partenaires tels que les organisations agricoles et syndicales.

M. Duchesne sera remplacé par Annick Bélanger, qui exerçait jusqu’ici les fonctions de directrice de cabinet adjointe et directrice des communications. « Elle travaille fort », a déclaré M. Péladeau.

Un ancien attaché de presse de Bernard Drainville, Manuel Dionne, se joindra à l’équipe de communications du chef péquiste.

Rumeurs

En début d’année, M. Péladeau avait déjà démenti des rumeurs qui faisaient état du congédiement imminent de M. Duchesne.

L’automne dernier, le chef péquiste avait notamment minimisé des informations relatives à de possibles tensions entre son directeur de cabinet et l’aile parlementaire.

Plusieurs employés des cabinets péquistes l’ont quitté, l’automne dernier ainsi que plus récemment, à la suite du départ de la conseillère Catherine Fournier et de l’attachée de presse Antonine Yaccarini.

« Ces changements-là, je vous l’ai dit, se font dans le cours normal, entre guillemets, des affaires, a-t-il dit. Maintenant, est-ce qu’il y a eu des départs à la direction des communications ? Oui. Mme Yaccarini a souhaité donc aller au privé. Il y a Mme Fournier qui a souhaité donc considérer la perspective de se présenter à la direction d’une formation politique. »

Mardi, M. Péladeau n’a pas été en mesure de dire si le départ de M. Duchesne de ses fonctions de direction empêchera ce genre de situations de se produire. « Au Parti québécois, il y a des débats, c’est une formation politique qui a toujours, justement, mis en valeur les débats, a-t-il dit. Est-ce qu’il y a une uniformité, une homogénéité ? Non, ce n’est pas le cas. »