Couillard dit voir plus d’entrepreneurs en manque de travailleurs que de chômeurs

Pour Philippe Couillard, les pénuries de main-d’oeuvre sont un problème beaucoup plus criant que le chômage au Québec.

« Dans mes déplacements, je rencontre beaucoup plus souvent des petits entrepreneurs qui me disent qu’ils manquent d’employés qualifiés, de travailleurs qualifiés, que des personnes qui ne sont pas capables de trouver de job », a affirmé le premier ministre dans une allocution qu’il a prononcée, vendredi, devant les membres de la Chambre de commerce de Lévis.

Philippe Couillard avait choisi une région — Chaudière-Appalaches — et une ville — Lévis — où le taux de chômage est de 5 % — le plein emploi ou presque — pour livrer un discours consacré à l’économie. À titre de comparaison, le taux de chômage est de 7,6 % pour l’ensemble du Québec et de 10,9 % à Montréal (ou 8,6 % pour la grande région de Montréal).

Le nombre d’emplois offerts au Québec est passé de 38 500 en 2014 à 56 000 en 2016, a signalé Philippe Couillard. « Le problème qu’on a, c’est qu’il n’y a pas la rencontre entre l’emploi offert et l’employé disponible », juge-t-il.

Mais il a présenté la démographie, c’est-à-dire le vieillissement de la population et son effet sur la population active, comme le principal enjeu pour l’économie du Québec. « C’est un problème très important, extrêmement important au Québec, qui n’a pas encore l’attention qu’il mérite », s’est-il inquiété. La différence de croissance du groupe des 15-64 ans au Québec et en Ontario explique « une bonne partie de l’écart » entre les deux économies, selon lui. Il a par ailleurs affirmé que « le grand problème de l’économie du Québec, c’est la productivité ».

M. Couillard a premièrement cité l’immigration comme solution aux problèmes de pénurie de main-d’oeuvre. « L’immigration bien intégrée, l’immigration bien sélectionnée », a-t-il précisé. Il a ensuite mentionné la réussite scolaire et l’adéquation entre la formation et le marché du travail.


« Un gouvernement intègre »

Philippe Couillard a pris la défense de Jean Charest vendredi : il a affirmé n’avoir « jamais rien vu d’autre » qu’un gouvernement honnête et intègre quand il a servi sous son ancien chef. Il réagissait aux déclarations de l’ancien premier ministre libéral, qui avait affirmé lundi qu’il avait dirigé un gouvernement « honnête et intègre », malgré les soupçons, les allégations et les accusations qui entachent certains anciens membres de son cabinet. Or, M. Couillard a soutenu qu’il n’a été témoin que de pratiques exemplaires dans l’exercice de ses fonctions de ministre du cabinet Charest. « Pendant les années où j’étais dans ce gouvernement [...], il n’y a jamais personne qui est venu me voir pour me parler de projets en échange de contributions financières, de tout ce qu’on lit parfois dans les journaux », a-t-il dit.
4 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 16 avril 2016 08 h 15

    Cela montre bien avec qui il se tient!

    « Dans mes déplacements, je rencontre beaucoup plus souvent des petits entrepreneurs qui me disent qu’ils manquent d’employés qualifiés, de travailleurs qualifiés, que des personnes qui ne sont pas capables de trouver de job »

    Il y avait pourtant plus de 330 000 personnes en chômage en mars 2016! Il est clair qu'il ne se tient pas avec elles...

  • Bernard Terreault - Abonné 16 avril 2016 08 h 38

    Le problème des entreprises

    Elles veulent des employés hautement compétents, diplômés, ayant des années d'expérience, travailleurs, enthousiastes, mais payés au minimum. Pas étonnants qu'elles ne les trouvent pas, ces gens vont où on les paie en conséquence.

  • Jean Richard - Abonné 16 avril 2016 08 h 54

    La productivité

    Sorti de la bouche de Philippe Couillard, le mot « productivité » sonne creux, comme s'il était dépourvu de sens. Ce mot est plutôt un paravent qui sert à mieux cacher l'impuissance de ce gouvernement dont les politiques sont loin d'être propices à une économie plus saine.

  • Donald Bordeleau - Abonné 17 avril 2016 20 h 24

    Déplorable.

    Très négatif comme message envers les entrepreneurs.

    Le gros problème s'est d'avoir aboli les Forums Jeunesse qui orientait les jeunes vers les métiers avec l'aide de mentor bénévole pour les orienter vers une formation adéquate.

    Tous cela a été détruit en 2 ans.