«Certainement qu’il aurait dû être plus prudent», reconnaît Couillard

Pour la première fois depuis le début de la crise, le premier ministre Philippe Couillard a pris ses distances du ministre Sam Hamad mercredi.

En Chambre, M. Couillard a reconnu que Sam Hamad avait été imprudent d’entretenir des liens avec Marc-Yvan Côté, qui l’a sollicité pour obtenir l’aide financière du gouvernement à l’entreprise qu’il représentait, Premier Tech.

Pour la deuxième journée de suite, sauf pour une question, la période de questions à l’Assemblée nationale a été monopolisée par les allégations de trafic d’influence qui pèsent sur le ministre Sam Hamad, en lien avec l’ex-ministre libéral Marc-Yvan Côté, qui fait l’objet d’accusations de corruption et d’abus de confiance.

M. Hamad, critiqué pour être parti en Floride alors qu’il est au centre d’une crise, sera de retour à Québec, à l’Assemblée nationale jeudi. Il aura alors l’occasion pour la première fois de répondre en personne aux questions des médias et de l’opposition, depuis qu’il fait l’objet d’allégations présentement sous enquête du Commissaire à l’éthique et du Directeur général des élections.

« Certainement qu’il aurait dû être plus prudent », a dit le premier ministre Couillard, en réponse aux questions de l’opposition.

4 commentaires
  • Jean-Marc Simard - Inscrit 6 avril 2016 12 h 23

    Voilà...

    «En Chambre, M. Couillard a reconnu que Sam Hamad avait été imprudent d’entretenir des liens avec Marc-Yvan Côté, qui l’a sollicité pour obtenir l’aide financière du gouvernement à l’entreprise qu’il représentait, Premier Tech.»

    VOILÀ ! Pourquoi est-ce si difficile à dire ? Pourquoi est-ce si difficile d'avouer ses tords ? Pourquoi est-ce si difficile de faire son examen de conscience, et de reconnaître ses erreurs ? N'est-ce pas là une condition sine qua non à la garantie que les problèmes vont être réparés ? Ou bien est-ce parce que on ne veut pas changer un système dont le parti a bénéficié depuis trop longtemps, et que l'on ne veut pas avoir à rembourser l'argent sale gagné par divers stratagèmes magouilleux ? Si le PM Couillard a l'intention de changer réellement la situation de pourriture politique qui affecte tous les élus québécois depuis l'avènement du gouvernement Charest, s'il est vraiment sincère, alors tous les membres de son cabinet, tous ceux qui ont été mis sous pression indue par la politique du $100,000 de Charest, tous ceux qui déjà ont baigné dans l'illégalité, devraient passer aux aveux...La correction des problèmes et l'application des recommandations de la CECI seraient grandement facilitées, au grand plaisir du trop bon peuple québécois...Un peu de grandeur d'âme de la part de certains politiciens serait certainement grandement appréciée, par ce peuple...

  • Jacques Lamarche - Inscrit 6 avril 2016 13 h 31

    Edulcorer, le propre du PM!

    La faute tient moins à un manque de prudence qu'à une absence de probité et de transparence! Pour noyer le poisson, M. Couillard en maitrîse l'art!

  • - Inscrit 6 avril 2016 16 h 43

    L'affaire Hamad...

    ... pour moi c'est de la "corrupion ordinaire", comme dirait Hannah.

    La quesion, c'est comment les Québécois le perçoivent ?

  • André Lajoie - Inscrit 6 avril 2016 20 h 53

    C'est vrai M. Couilard

    Il s'est fait prendre, il n'est pas à la hauteur d'un vrai libéral.