Jean Charest défend ses ex-ministres Normandeau et Hamad

Des manifestants ont interrompu la conférence de l'ancien premier ministre Jean Charest.
Photo: Marco Fortier Twitter Des manifestants ont interrompu la conférence de l'ancien premier ministre Jean Charest.

Jean Charest a défendu lundi deux de ses anciens ministres, Nathalie Normandeau et Sam Hamad, qui, pour des raisons différentes, font l’objet de controverses ces temps-ci.

En marge d’une allocution à l’Université McGill, l’ex-premier ministre a estimé que M. Hamad avait « posé un bon geste » en décidant de faire appel au Commissaire à l’éthique.

D’après des courriels internes de l’entreprise Premier Tech dévoilés par Radio-Canada, M. Hamad, qui s’est retiré volontairement de ses fonctions de président du Conseil du trésor, aurait transmis des informations stratégiques à l’ex-ministre libéral et organisateur politique Marc-Yvan Coté, qui occupait le poste de vice-président du conseil d’administration de l’entreprise.

Quant à l’ancienne vice-première ministre Normandeau, visée par une kyrielle d’accusations — dont complot, corruption, fraude envers le gouvernement — après avoir été arrêtée par l’Unité permanente anticorruption (l’UPAC) le mois dernier, M. Charest a réitéré sa confiance à l’égard de cette dernière.

 
« Je la connais très bien et depuis très longtemps, a-t-il dit en mêlée de presse. J’ai toujours eu confiance et j’ai toujours confiance en Mme Normandeau. »
 

C’était la première fois que M. Charest commentait la rafle de l’UPAC, au cours de laquelle M. Côté a notamment été appréhendé.

Même si les faits allégués s’étaient déroulés alors que M. Charest était premier ministre, celui-ci n’a pas voulu dire si une part de responsabilité lui revenait.

« Il faut mettre les choses en perspective, a dit l’ancien premier ministre. Il y a un processus qui est engagé et on va laisser les gens faire ce qu’ils ont à faire. On verra les résultats. »

L’allocution de M. Charest, qui portait entre autres sur les moyens de rétablir la confiance du public à l’endroit des institutions publiques, a par ailleurs été perturbée par des manifestants qui l’ont invectivé en plus de brandir des affiches dénonçant le Plan Nord ainsi que les oléoducs.

Cela a même forcé ce dernier à écourter sa présence pour ensuite quitter l’établissement.

23 commentaires
  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 4 avril 2016 16 h 24

    Jean Charest s'en sort beaucoup trop bien!!!

    Ce n'est pas de l'université McGill qu'il devrait faire ses allocutions mais du pénitencier.

    C'est sur qu'il ne dira pas que les ministres qu'il a lui-même mis en poste sont des crapules!!!

    Je ne vois pas pourquoi on s'occuperait de son opinion.

    C'est lui le magouilleur en chef!!!

    Dommage que c'est aussi lui qui a choisi la Charbonneau qui devrait plus se regarder le nombril avant de faire la morale aux autres, sinon, on aurait au moins pu espérer un blâme!

    Faites un ménage total chez les rouges!!! Tout ce qui date de l'ère Charest est à son image: cupide et pourri, y compris la justice!

    • Maxime Parisotto - Inscrit 4 avril 2016 18 h 27

      mais enfin tout ces gens sont totalement innocents, c'est évident!

    • Serge Morin - Inscrit 4 avril 2016 19 h 41

      Le ménage!
      Oui si Philippe Couillard est mis aux poubelles.
      On ne s'achète pas une virginité

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 4 avril 2016 22 h 15

      M.Parisotto ( j'adore votre patronyme, il a de la gueule!), je n'ai jamais défendu les ministres de Charest, j'ai même dit il y a bien longtemps que Hammad et Normandeau étaient très patibulaires, qu'elle serait magnifique et sexy comme à chacune de ses sorties en livrée de geôlière, il y a près de 4 ans de cela dans un commentaire ici, j'ai juste pris La Défense de mon pote Renaud Lachance et je persiste dans cette voie, c'est France Charbonneau qui a été nommée par Charest et c'est elle qui a choisi de ne pas le citer et ne citer que des pantins qui ne savaient rien. Elle peut bien se regarder le nombril en effet!

      M.Morin, M.Couillard, même si c'était fort probablement stratégique et qu'il fomentait en fait son ascension ultérieure, était en grippe avec Charest et a même quitté la politique sous sa tutelle. Il faut au moins lui donner ça! Qui est vierge en politique? Qui est vierge dans la cité? Vous êtes puceau M.Morin? Vous êtes au moins souillé d'une obsession a prendre mon contrepied quoi que je dise!!!

  • Gilles Delisle - Inscrit 4 avril 2016 17 h 00

    Le beau parleur!

    Défendre ces deux personnages , mais quel politicien ou ex-politicien oserait faire une chose pareille? Jean Charest, bien évidemment.

    • Réal Ouellet - Inscrit 4 avril 2016 18 h 54

      Moi je me dis qu'il se doit de ménager ces deux personnages parce que si ses propos ont pour effet de les blesser ou de les incriminer, ils peuvent se mettre à table et l'incriminer lui-même!

  • Bernard Plante - Abonné 4 avril 2016 17 h 04

    Le chef

    Le chef qui passait les commandes en défenseur de ceux qui étaient en charge de les exécuter. Quelle crédibilité!

    Une vraie parodie. Espérons que la suite sera aussi drôle.

    • Pierre Hélie - Inscrit 4 avril 2016 17 h 19

      Vous pourrez au moins lui reconnaitre une qualité: la fidélité!

    • Richard Lupien - Abonné 4 avril 2016 17 h 24

      Cet homme ose encore aller donner des conférences sur l,administration publique... Vivre dans sa bulle, c'est vivre au dessus de nous tous, avec un peu de mepris avec cela...

  • Arthur Desgagnés - Inscrit 4 avril 2016 17 h 05

    Confiance et fourberie

    ne vont pas ensemble. Charest devrait se taire et espérer s'en sauver. Un premier ministre ne doit pas proner l'aveuglement volontaire comme Couillard le si bien lui aussi.

  • Colette Pagé - Inscrite 4 avril 2016 17 h 42

    La présomption d'innocence !

    Laissons les affaires suivrent leur cours et nous verrrons bien si le PM Charest avait raison de soutenir ses anciens collègues.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 4 avril 2016 17 h 50

      Pourquoi se donner cette peine alors que tout le monde sait déjà ce que les tribunaux devront bien naisement établir, voyons donc. Vivement le marteau de la justice aux gérants d'estrade. Les jugements péremptoires qu'ils prononcent de leur bulle ne les désennuye manifestement pas assez...

    • Maxime Parisotto - Inscrit 4 avril 2016 18 h 44

      ouais ouais, libéral innocent...tout le monde y croit...

    • Sylvain Lévesque - Abonné 4 avril 2016 21 h 36

      M.Maltais Desjardins, les condamnations publiques qui fusent, j'en conviens, manquent parfois de justesse ou de rigueur quand on veut faire le pointilleux, mais je les entend comme une contrepartie à la frustration causée par la lenteur du système. Les faits (allégués) qui sont reprochés à ces tristes personnages sont survenus il y a déjà 5,6,7 ans et davantage. Il y a longtemps que la vérité aurait dû se pointer le bout du nez, et justice se rendre. En lieu et place, le gouvernement a étiré les procédures tant et si bien qu'ils ont réussi à se faire réélire, en se cachant derrière une rhétorique minable : "les enquêtes suivent leur cours et n'ont rien prouvé jusqu'ici".
      Si ça continue encore un bout de temps, ils seront bientôt autorisés à dire que ces "affaires" datent d'une époque lointaine et révolue, qu'on ne peut donc plus leur reprocher quoi que ce soit. Et vogue la galère...
      Plutôt que cette mascarade, plusieurs finissent par porter jugement tant bien que mal eux-mêmes, écoeurés.