Dans les coulisses du gouvernement Marois

Dominique Lebel a été le directeur de cabinet adjoint de la première ministre Pauline Marois.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Dominique Lebel a été le directeur de cabinet adjoint de la première ministre Pauline Marois.

Le gouvernement Marois a été le théâtre de sérieux tiraillements, expose Dominique Lebel dans l’ouvrage «Dans l’intimité du pouvoir : journal politique 2012-2014».

Grâce à des dizaines et des dizaines de notes qu’il a colligées minutieusement dans des petits carnets noirs, l’ex-directeur de cabinet adjoint de la première ministre Pauline Marois offre une nouvelle perspective — à partir du centre du pouvoir — sur les débats houleux de l’équipe aux commandes de l’État entre la « victoire en demi-teinte » du 4 septembre 2012 et l’ « humiliation totale » du 7 avril 2014.

Les rumeurs d’un saut de l’actionnaire de contrôle de Québecor, Pierre Karl Péladeau, dans l’arène politique, suscitent de vives craintes au sein du Conseil des ministres, mentionne-t-il sans détour dans son « journal politique » de plus de 425 pages. « [Un ministre] met en garde la première ministre contre un candidat très à droite. Il laisse entendre que son arrivée pourrait brouiller l’équipe en place. [Il a dit] : “Vous avez réussi l’équilibre au sein du Parti, pourquoi mettre cela à risque ?”», note Dominique Lebel le 11 février 2014. Un autre ministre parie deux semaines plus tard que M. Péladeau « ne durera pas trois mois » au sein d’un éventuel deuxième gouvernement Marois. « Les prises de position passées du propriétaire de Québecor en dérangent plusieurs. »

M. Lebel jette aussi un nouvel éclairage sur l’unanimité de façade du Conseil des ministres à l’égard du projet de charte de la laïcité signée Bernard Drainville. « Le débat est rapidement empreint d’émotion », note-t-il. Selon lui, « au moins la moitié des ministres ne sont pas à l’aise avec certains aspects [du document] ».

M. Lebel partage également ses impressions sur un certain nombre des ministres ayant accompagné « Madame » au pouvoir. Parfois, il laisse même entrevoir celles de Mme Marois. Dans cet esprit, il rapporte un tête-à-tête entre son « amie » Marie Malavoy et elle, et ce, seulement à quelques minutes du déclenchement de la campagne électorale de 2014. « Elle estime qu’elle ne s’est pas investie suffisamment dans son rôle à l’Éducation. “Si tu te présentes, tu ne seras pas ministre” [lui a-t-elle dit]. »

La formation du Conseil des ministres avait été, 18 mois plus tôt, une opération difficile. Yves-François Blanchet avait « violemment réagi » à sa nomination comme whip, « une députée a refusé net le poste qui lui était offert, alors qu’un autre a fait savoir que, s’il n’accédait pas au Conseil, cela constituerait un affront à la nation tout entière ! », rappelle Dominique Lebel. Par la suite, la première ministre s’est notamment « inqui [étée] à voix haute du moral » de Véronique Hivon, qui « se voyait ministre à part entière ». La députée de Joliette « semble manquer parfois de réflexes politiques, [mais] elle est une excellente plaideuse et sa crédibilité se bâtit de belle façon », juge M. Lebel.

Martine Ouellet « est une battante qui défend ses idées jusqu’à l’extrême limite ». « Elle ne lâche jamais. Il y a quelque chose d’à la fois exaspérant et attachant chez elle », estime l’ancien bras droit de Mme Marois, qui a travaillé étroitement avec la députée de Vachon lors de la révision du régime minier. Pour sa part, Jean-François Lisée « a une conscience aiguë de sa valeur qui le place au-dessus de la mêlée », tandis que Bernard Drainville s’est « démarqué par ce côté Don Quichotte qui lui a d’ailleurs valu quelques ennuis avec ses collègues ». « C’est que Drainville a bien de la difficulté à ne pas faire savoir ce qu’il pense », écrit Dominique Lebel.

Anticosti : « le plus grand secret »

L’ex-conseiller politique souligne à gros traits dans son « journal politique » l’« obsession » de l’ex-première ministre Pauline Marois pour la croissance économique, notamment au moyen de l’électrification des transports.

Il expose les coulisses de la participation du gouvernement du Québec dans une coentreprise, notamment avec Pétrolia, en vue de l’exploration de réserves d’hydrocarbures sur l’île d’Anticosti. Le projet est « piloté dans le plus grand secret par le ministère du conseil exécutif » jusqu’à l’annonce de la décision sur la prise de participations du gouvernement dans Hydrocarbures Anticosti au Conseil des ministres le mercredi 12 février 2014. « Les ministres sont soufflés. […] Ils sont médusés par l’audace de Madame », écrit M. Lebel.

L’ex-conseiller politique énumère aussi dans son ouvrage quelques obstacles à la convergence des forces indépendantistes éparpillées au Parti québécois, à Québec solidaire et à Option nationale. À ses yeux, « Québec solidaire et Option nationale tiennent un discours d’ouverture sur la place publique, mais dans la réalité c’est tout le contraire ». Au pouvoir, Pauline Marois a dit trouver « difficile de se rapprocher d’un parti qui prône la décroissance [comme QS] », mais a indiqué à un moment être « prête à tout pour que Jean-Martin Aussant revienne au Parti québécois », se souvient-il. Par ailleurs, le ministre Pierre Duchesne — aujourd’hui directeur de cabinet du chef péquiste Pierre Karl Péladeau — nourrissait la « grande obsession » d’« attirer ce nouveau parti indépendantiste [c’est-à-dire ON] vers le Parti québécois ».

M. Lebel revient évidemment sur la tragédie de Lac-Mégantic : Mme Marois a « rassembl[é], apais[é] ». « Elle est première ministre. Peut-être pour la première fois », écrit-il. Il parsème également son récit au sommet de l’État d’anecdotes, parfois instructives, parfois amusantes. Par exemple, une députée « insiste » pour apparemment discuter d’« enjeux importants » avec la chef du gouvernement. Elle est finalement reçue par Mme Marois le jeudi 14 mars 2013. « Après cinq minutes, je n’en peux plus ! […] “Il faut parler des choses importantes comme le ginseng, les champignons et l’ail des bois.” Madame écoute avec son calme et son empathie habituels. »

Dominique Lebel relate une rencontre avec le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Gaétan Barrette, durant laquelle la direction du Centre hospitalier de l’Université de Montréal lui est offerte, sans oublier un échange « direct » avec le dirigeant de Power Corporation, Paul Desmarais fils, qui se décrit comme un « nationaliste canadien-français autant que le plus grand des séparatistes ».

Son récit prend fin abruptement avec l’« humiliation totale » infligée par l’électorat à Pauline Marois le lundi 7 avril 2014. Dominique Lebel est aujourd’hui membre de l’équipe de direction du développeur de jeux vidéo Behavior Interactif.


Dominique Lebel en cinq dates

1994 Le jeune diplômé en histoire siège à l’exécutif national de l’aile jeunesse du PQ.

1998 Il met le cap vers Québec pour travailler auprès des ministres péquistes Pauline Marois et Gilles Baril.

2001 Il arrive chez Cossette, où il restera neuf années, dont les trois dernières comme responsable des bureaux de Québec et de Montréal.

2012 Il est invité par la nouvelle première ministre Pauline Marois à devenir son directeur de cabinet adjoint.

2014 Il rejoint l’équipe de direction du développeur de jeux vidéo Behaviour Interactif.

Dans l’intimité du pouvoir : Journal politique 2012-1014

Dominique Lebel, Éditions du Boréal, Sortie le 5 avril 2016, 440 pages



À voir en vidéo