La CAQ tend la main aux Québécois insatisfaits du gouvernement libéral

Le chef de la Coalition avenir Québec François Legault Sam Hamad n’a pas bien fait de «maintenir des liens» avec M. Côté. 
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le chef de la Coalition avenir Québec François Legault Sam Hamad n’a pas bien fait de «maintenir des liens» avec M. Côté. 

Le chef de la Coalition avenir Québec a lancé un appel aux Québécois insatisfaits du gouvernement libéral, affirmant qu’ils « n’étaient pas forcés de voter » pour le parti qui dirige le Québec depuis près de douze ans — ou pour un parti souverainiste.

« Échec », « dernière décennie perdue », « gouvernement usé »: François Legault n’a pas ménagé ses expressions pour décrire les années au pouvoir du Parti libéral du Québec (PLQ) lors d’une conférence de presse, dimanche, dans un centre commercial de Longueuil, en banlieue de Montréal.

Armé d’un sondage commandé par la CAQ, M. Legault a souligné que les Québécois étaient insatisfaits du Parti libéral sur plusieurs dossiers, dont la santé et l’économie.

Or, d’autres sondages récents suggèrent que le Parti libéral est bien en tête des sondages et la CAQ doit se contenter d’une troisième place derrière le Parti Québécois. M. Legault explique ce « monopole libéral » par la prédominance constante de la question nationale, ce qui avantage les libéraux qui se disent résolument contre la souveraineté.

Souveraineté 

Selon le chef caquiste, les libéraux utilisent l’argument de la « peur du référendum » pour convaincre les électeurs de voter pour eux. Mais « faire peur au monde » n’est pas un programme politique en soi, a lancé M. Legault.

Il a ajouté que, pour lui, la question de la souveraineté est « un peu réglée » parce que les deux tiers des Québécois voudraient rester au sein du Canada.

« Ce n’est pas suffisant d’être contre la souveraineté du Québec. Il faut être pour un projet économique, pour un projet en éducation, pour un projet en santé », a-t-il souligné.

François Legault a d’ailleurs diminué les attentes quant à l’élection partielle dans la circonscription de Chicoutimi. « Chicoutimi, c’est un château fort [péquiste] encore là, il y a beaucoup de gens qui sont encore à rêver au pays imaginaire », a-t-il soutenu.

« Si ce n’est pas cette fois-ci, moi, j’ai très bon espoir qu’en 2018, Chicoutimi va devenir caquiste », a-t-il poursuivi.

Le vote par anticipation à Chicoutimi a commencé vendredi dernier et il se poursuivra jusqu’au 7 avril en vue de l’élection qui se tiendra le 11 avril. Au dernier scrutin, le péquiste bien connu Stéphane Bédard avait remporté l’élection par plus de 1000 voix contre son plus proche rival libéral. La CAQ avait terminé en troisième place.

Manque de jugement 

François Legault estime que Sam Hamad a « manqué de jugement » en s’entourant de Marc-Yvan Côté, qui avait été banni du Parti libéral du Canada plusieurs années plus tôt. Mais il croit que le premier ministre Philippe Couillard a autant « manqué de jugement » en réitérant sa confiance en son ministre.

Le chef caquiste réagissait dimanche pour la première fois depuis l’annonce de Sam Hamad, président du Conseil du trésor, qui a décidé de se retirer temporairement du cabinet pendant la durée de l’enquête du Commissaire à l’éthique et à la déontologie à son sujet.

M. Hamad s’est retrouvé dans l’eau chaude, la semaine dernière, lorsque l’émission Enquête a rendu publics des courriels écrits par Marc-Yvan Côté qui semblaient démontrer que le ministre du Développement économique à l’époque aurait contribué à pousser l’octroi d’une subvention à l’entreprise Premier Tech, dont M. Côté était vice-président.

   

Selon M. Legault, « le moins qu’on puisse dire », c’est que Sam Hamad n’a pas bien fait de « maintenir des liens » avec M. Côté et M. Couillard n’aurait pas dû donner « toute sa confiance » envers son ministre avant même de connaître les résultats de l’enquête du Commissaire.

Il a ajouté que le premier ministre Couillard préférait « protéger son amitié » avec Sam Hamad et le Parti libéral plutôt que d’agir « comme un vrai premier ministre du Québec ».

6 commentaires
  • Pierre Beaulieu - Abonné 3 avril 2016 14 h 45

    Ce que les Québécois veulent

    C'est que l'on se mette tous ensembles, au nom de la démocratie, pour se débarasser du PLQ une fois pour toute.
    Il n'y a plus rien de bon dans ce parti. On n'y trouve que des groupes d'intérêts qui trafiquent pour eux et leurs petits amis.
    Dehors la magouille! Ça presse!

  • Jacques Lamarche - Inscrit 3 avril 2016 15 h 42

    Pour devenir premier ministre, M. Legault, ...

    Vous suppliez les souverainistes de faire une croix sur le projet de l'indépendance et de joindre vos rangs! Et esssentiellement parce que le PLQ est pourri, comme vous dites! La raison pour changer de camp semble bien mince! Parce que vous, vous seriez un VRAI premier ministre!

    Difficile de voir une différence significative entre votre idéologie et celle des libéraux! Entre leurs objectifs et les vôtres! Entre ce dont vous rêviez et ce que M. Couillard a accompli!

    En faisant cavalier seul, vous ne faites que diviser le vote francophone et servir la cause ¨libérale¨! Mais en vous alliant à PKP, vous pourriez changer le rapport de force et faire du Québec un pays! Vous le pourriez!

    • - Inscrit 4 avril 2016 12 h 45

      Vous venez de dire que Legault et Couillard c'est bonnet-blanc blanc-bonnet.

      Soyez conséquent et plutôt que de demander à Legault de rejoindre le PQ, demandez-lui de rejoindre son parti-frère, le PLQ. Ainsi les Québécois verrons où loge la CAQ et que représente ce parti, qui est l'inspirateur de la politique funeste que ce gouvernement applique depuis deux ans.

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 3 avril 2016 18 h 02

    Plc et Plq.

    Meme style,memes manigances pour empecher le Quebec de s épanouir depuis Lord Durham et les quebecois tombent dans le piege du fédéralisme canadien comme des enfants analphabetes.Bref ils s en rendent compte mais ils ne veulent rien entendre,rien voiret rien sawoir sauf écouter les Couillard,Charest,Chretien:tous super anti-quebecois .

  • Patrick Daganaud - Abonné 4 avril 2016 03 h 05

    La CAQ a nourri le cheptel libéral

    La CAQ a largement nourri le cheptel libéral : même menu, même idéologie.

    Aussi crédible que le PLQ...

  • - Inscrit 4 avril 2016 12 h 38

    L'arroseur arrosé !

    La CAQ est l'antichambre du parti libéral. Les mêmes "idées", la même fixation sur la privatisation, le même manque d'imagination ! La CAQ est tellement inspiratrice des politiques du gouvernement Couillard que Couillard a même suggéré à Legault de rejoindre son parti ... avec Anglade et Barrette.

    La CAQ, c'est le machin imaginé par les libéraux inquiets de la déconfiture du gouvernement Charest. Maintenant que l'establishment d'affaire ne doute plus de la force politique des libéraux, on a commencé à faire le grand déménagement de la CAQ vers la maison-mère libèrale.

    Et le plus pathétique, c'est que Legault lui-même n'a jamais compris ce jeu de passe-passe ! C'est pourquoi, en critiquant l'incompétence économique des libéraux, c'est sa propre incompétence qu'il attaque !