Le monde politique salue un homme «influent»

Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne Le ministre Gaétan Barrette a affirmé qu’il n’a manqué aucune des interventions de Jean Lapierre à la radio de Cogeco depuis qu’il est en poste.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a encore une fois salué le talent de communicateur et d’analyste politique de Jean Lapierre, mercredi matin, au lendemain de son décès subit, des suites d’un écrasement d’avion aux îles de la Madeleine.

« Jean Lapierre avait son style à lui, sa façon d’être à lui, sa vie à lui, son passage politique à lui. Tout ça en faisait un personnage unique », a lancé le premier ministre, à Québec. Dans ses chroniques et ses analyses, « il donnait le ton » aux sujets qui allaient dominer la journée, a-t-il estimé.

Le premier ministre du Québec a aussi noté qu’il n’a jamais senti de mesquinerie chez le commentateur, qui était apte à « prendre une distance par rapport à sa propre expérience politique ». Et il a fait remarquer que comme homme, Jean Lapierre était aussi « un homme jovial, un bon vivant ».

De son côté, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a souligné que le décès de Jean Lapierre « laissera un grand vide dans le monde politique et médiatique, au Québec comme dans le reste du pays ».

« J’ai eu le plaisir et la chance de côtoyer Jean à plusieurs reprises au cours des années passées. Le pays se souviendra de lui comme un homme politique doué, connu et aimé de tous. Nous garderons en mémoire l’engagement et le dévouement dont il a fait preuve tout au long de sa carrière », a-t-il dit.

Puis, le premier ministre du pays s’est fait plus philosophe, dans le contexte où M. Lapierre est décédé en même temps que son épouse, deux de ses frères et sa soeur. « Ces moments difficiles nous rappellent à quel point la vie est précieuse. Nous nous devons de profiter de la vie et d’apprécier chaque jour qui s’offre à nous », a-t-il conclu.

À son tour, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a donné une idée de l’importance qu’il accordait aux analyses politiques de Jean Lapierre à la radio de Cogeco : « Je n’en ai pas raté une depuis que je suis en poste, même en vacances — parce qu’elles sont sur Internet —, et le matin et le soir », a-t-il lancé.

Jean Lapierre « avait une influence sur l’opinion générale », a conclu le ministre de la Santé.

Le ministre des Transports, Jacques Daoust, a voulu faire ressortir un aspect moins connu des nombreux « contacts » qu’avait Jean Lapierre : « Je peux vous dire, pour avoir côtoyé le monde des affaires pendant 43 ans : c’était aussi le confident de grands présidents d’entreprises. »

Le ministre des Finances, Carlos Leitão, l’a dépeint comme « quelqu’un qui était toujours respectueux ; c’est un choc, c’est bouleversant ».

La vice-première ministre, Lise Thériault, a dit croire que « M. Lapierre avait le don de nous faire réfléchir ».

La ministre de l’Économie, Dominique Anglade, était encore secouée : « On a de la difficulté à penser qu’il n’est plus avec nous aujourd’hui parce que son image est tellement vivante. On le sent très présent encore. »

Son décès « laissera un grand vide », a commenté le premier ministre Justin Trudeau.

9 commentaires

Consultez la suite du dossier

  • Pierre Valois - Abonné 31 mars 2016 02 h 35

    Falardeau

    Devant tout de concert d'éloges sur l'homme politique (et je compatis avec le tourment de toute sa famille sur la perte d'un être cher), je m'ennuie d'un Falardeau qui aurait dénoncé ce déluge de témoignages rouge-byzantins sur une homme, qui, ma foi, a fait bien moins que le père Benoit Lacroix pour la pensée au Québec, pour ne parler que du dernier homme de profonde pensée qui nous ait quitté récemment.

    Et ne me laissez pas reculer trop loin dans les notices nécrologiques. Il y perdra au change.

    Un Lapierre influent? Non. Y croire, ce serait concrétiser le règne et la domination du centre d'achat sur l'université. Non merci pour moi.

    • Pierre Labelle - Inscrit 31 mars 2016 10 h 57

      Oui moi aussi je regrette Falardeau qui nous aurait ramener les deux pieds sur terre. Devant ce raz de marée d'éloges et d'anecdotes, je ne peut que reconnaître ce goût (mauvais?) que trop d'entre-nous avons encore pour la fabrication d'idoles. Portrait du colonisé peut-être.....

    • Alain Massicotte - Abonné 1 avril 2016 20 h 46

      Vous m'enlever les mots de la bouche,quel justesse dans vos propos,j'espère qu vous serez lu par le plus grand nombre de personne!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!1Alain Massicotte

    • Alain Massicotte - Abonné 1 avril 2016 20 h 53

      Moi aussi je regrette Falardeau qui ne se serait pas montrer si admiratif pour Jean Lapierre qui entretenait leFLOU dans ses opinions politiques :loin d'être franc comme fALARDEAU,je regrette qu'il soit décédé celà pour sa famille mais pour moi il n.était qu'un écran de fumée pour le populisme !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Alain Massicotte

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 31 mars 2016 04 h 22

    Salut, salut Jean !

    « M. Lapierre avait le don de nous faire réfléchir » (Lise Thériault, vice-première ministre, PLQ)

    Bien qu’il possédait ce merveilleux don, on-dirait que, parfois, la présente gouvernance aimait comme réfléchir autrement ou ailleurs !

    Bien qu’il ait été un homme influent, un « mentor » pour certaines personnes, il demeure qu’il ne pouvait forcer, à lui-seul, les autorités politiques à agir comme ailleurs et autrement !

    Bien qu’il était beau et charmant et qu’il s’exprimait avec un langage coloré ou engagé et dérangeant, est-il audacieux d’opiner que la classe politique actuelle tarderait à s’embellir d’intégrité, de cordialité, de sagesse ?

    De tous ces « bien qu’il », Jean aurait été Jean, avec ou sans la bénédiction quémandée ou espérée et autorisée d’autrui !

    Salut, salut Jean ! - 31 mars 2016 -

  • Patrick Daganaud - Abonné 31 mars 2016 05 h 53

    Laissez-le reposer en paix

    Tous devraient envisager un silence respectueux devant la tragédie.

  • Denis Paquette - Abonné 31 mars 2016 10 h 39

    Que la vie ne le massacre pas trop

    Les événements des derniers jour vont peut être le faire refléchir, enfin je dis peut-être, de toutes les facons il fera parti de l'histoire comme nous tous , il a perdu un peu de poids, son égo s'en trouve-t-il amélioré

  • Colette Pagé - Inscrite 31 mars 2016 10 h 53

    Un homme qui faisait réfléchir la VPM !

    La bonne nouvelle et ce n'était pas une mince tâche, Monsieur Lapierre faisait réfléchir la VPM. Tout un contrat !

    Tant d'éloges pour un seul homme. Ce qui pour certains s'apparentent à de la démesure. Qu'il repose en paix !