Marine Le Pen trouve des points communs entre le Front national et les souverainistes

Même si la chef du Front national (FN) s’est fait rembarrer par les élus péquistes, Marine Le Pen croit que son parti, qui se porte à la défense de la souveraineté française, a des atomes crochus avec les souverainistes québécois.

« Nous sommes les défenseurs de la souveraineté », a affirmé Marine Le Pen lors d’une conférence de presse à Québec. « Nous nous rendons compte que le combat que nous menons contre Bruxelles pour retrouver notre souveraineté française s’assimile bien souvent au combat qu’ils [les Québécois] mènent contre Ottawa pour retrouver la souveraineté du Québec », a affirmé Marine Le Pen lors d’un conférence de presse à Québec.

« Il y a des points communs », a soutenu la chef du FN. « Ces points communs, que ce soit la souveraineté ou que ce soit la défense de la langue française, devraient nécessiter des contacts. J’espère que ces contacts auront lieu. » L’essor d’une francophonie « de la résistance » est un autre enjeu qui devrait faire l’objet d’échanges entre le FN et les représentants des partis politiques au Québec.

En revanche, Marine Le Pen a dit qu’elle ne leur avait rien demandé. « Je ne suis pas venue pour faire la tournée des popotes des responsables politiques québécois », a-t-elle lancé au sujet de l’ostracisme dont elle fait l’objet. Du leader parlementaire du PQ, Bernard Drainville, qui lui a suggéré de « rembarquer illico » dans l’avion qui l’a menée au Québec, elle juge qu’il a fait preuve de « goujaterie ».

Que le maire de Québec, Régis Labeaume, refuse de la rencontrer n’a rien d’étonnant, a-t-elle avancé. « Que l’oligarchie québécoise et canadienne ne soit pas très heureuse de me voir, je n’en doute pas une seconde. Et j’allais dire que s’ils étaient contents de me voir, j’en serais presque inquiète puisque, par définition, je représente justement la voix de la liberté des peuples qui ne veulent plus être soumis aux exigences de cette oligarchie. »

Rencontre embarrassante

La chef du FN a rencontré quatre jeunes membres du PQ, une rencontre dont s’est dissocié le chef péquiste, Pierre Karl Péladeau, parlant de gens « ne représentant qu’eux-mêmes et n’occupant aucune fonction au parti », a-t-il précisé.

Ces jeunes, a rapporté Marine Le Pen, lui ont indiqué « qu’il existait manifestement pas mal de tabous, des sujets qu’on n’a pas le droit d’aborder au Québec sans se faire insulter par la litanie traditionnelle que vous connaissez tous — fascistes, xénophobes, repliés sur eux-mêmes, bla-bla-bla-bla —, ce qu’on connaît, nous au Front national, depuis 30 ans. »

Alors qu’elle débutait, la conférence de presse de la chef du FN a été prise d’assaut par une quinzaine de manifestants, brandissant des banderoles et criant : « La jeunesse emmerde le Front national », « FN facho, tolérance zéro ». Les manifestants ont été repoussés manu militari. « On s’est bien amusés, les gamins, allez vous coucher. Une petite douche et au lit », a raillé Marine Le Pen.

Comme son chef, le député de Rosemont, Jean-François Lisée, en marge d’une conférence de presse à Montréal, a voulu gommer ces embarrassants rapprochements entre le PQ et le FN. « Je suis sûr que l’Arabie saoudite est en faveur de l’unité canadienne. Est-ce que ça rend les fédéralistes plus près des pratiques de l’Arabie saoudite ? », a comparé le député de Rosemont.

Marine Le Pen est arrivée au Québec en tant que chef du FN. Puis, comme députée européenne — elle préside un groupe d’une trentaine de députés de partis d’extrême droite appelé Europe des nations et des libertés —, elle doit rejoindre lundi une délégation de la Commission du commerce international du Parlement européen. À ce titre, Marine Le Pen visitera les installations de Bombardier et doit rencontrer des représentants du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, ainsi que Pierre Marc Johnson, le négociateur québécois de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne, un accord auquel la chef du FN s’oppose vigoureusement.

Avec Marie-Michèle Sioui

14 commentaires
  • Daniel Gagnon - Abonné 21 mars 2016 07 h 30

    Le traîneau à chiens de Madame Le Pen

    On dit que Madame Le Pen conduira même un traîneau chiens!

    En quoi nos quelques arpents de neige intéressent-ils maintenant Madame Le Pen?

    Qu'a-t-elle à nous offrir, sinon son racisme et, comme un miroir aux alouettes, son projet de détruire la démocratie en Europe?

    • Gilles Théberge - Abonné 21 mars 2016 14 h 46

      Voyez-vous monsieur Gagnon, rencontrer des gens qui ne veulent même pas entendre les argements de madame, je trouve que ca vaut pas cher le voyage.

      Que savez-vous de son «Racisme»!? Avez vous entendu ses argumments?

      Quest-ce qu'elle dit au juste que vous refusez d'entendre?

      Et si ça ne vous plaît pas vous pouvez toujours critiquer. Après l'avoir entendue...

      Audi alteram partem... Ça vous dit quelque chose...?

    • Richard Lupien - Abonné 21 mars 2016 17 h 18

      Voyez-vous monsieur Théberge, son discours nous l,avons maintes fois entendu, le meme que son père, fachiste itou.
      C,est le même discours des petainistes des années trente. On connait la suite.
      N,essayez donc pas de jouer sur la peur et la fausse condescendance.

      Richard Lupien

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 22 mars 2016 06 h 31

      Est-ce qu'il y a quelque chose que vous n'avez pas déjà entendu de Mme Le Pen, M. Théberge ?
      À combien de fois répétées l'argument perd-il de sa valeur ?
      10 fois, 100 fois, 1000 fois ?
      Jusqu'à quel point devez-vous rencontrer la controverse afin de vous faire une idée ?

      PL

  • Raynald Blais - Abonné 21 mars 2016 09 h 11

    ÀQUIPROFITELECRIME?

    Croire que le Québec peut être épargné de la peste noire revient à oublier le passé, les années précédant la dernière guerre, les années de la "Grande Dépression" quand les chemises brunes marchaient sans gêne dans les rues. Dans les années trente, les fascistes ont su profiter de l'incapacité de la bourgeoisie à résoudre les graves problèmes de la crise économique. L'austérité, le chômage, l'insécurité, les peurs, tolérés et même encouragés à ce moment, devenaient un contexte rêvé pour la propagande d’extrême droite. Son avenir semblait assuré puisque l'on n'avait aucune solution praticable pour vaincre cette crise. Tout au plus, avait-on un plan pour s'éviter les désagréments en les reportant sur le dos du peuple.
    Dans ce chaos, les fascistes, en divisant le peuple, deviennent un rempart sûr pour la bourgeoisie qui tentent de dissimuler son incapacité à résoudre la crise.

    • - Inscrit 21 mars 2016 12 h 32

      La peste brune, comme la peste rouge, se sont nourries, comme vous le laisser penser, de l'état de dépravation de régimes politiques incapables d'établir un lien de confiance avec les citoyens. Ceux-ci, orphelins de leurs institutions, dépossédés d'emprise sur leur destin sont tentés de prêter oreille au discours démagogique taillé sur mesure pour répondre aux angoisses et aux fantasmes.

      C'est pourquoi le populisme, jouant sur l'irrationel, est si dangereux pour les démocraties.

    • Raynald Blais - Abonné 21 mars 2016 21 h 43

      "La peste brune, comme la peste rouge, se sont nourries, comme vous le laisser penser, de l'état de dépravation de régimes politiques incapables d'établir un lien de confiance avec les citoyens."

      Ce n'est pas l'état de dépravation de régimes politiques, comme vous voulez le penser, qui a nourri (selon ce que j'ai écrit) la peste noire, mais bien l'économie moribonde des années trente que la bourgeoisie était incapable de relancer.

  • Gilles Delisle - Abonné 21 mars 2016 10 h 02

    L'attitude malheureuse d'un parlementaire québécois

    Depuis qu'il a été rabroué avec son projet de Chartre. M. Drainville n'en finit plus de porter sa culpabilité ridicule, pourtant, son projet de chartre était nécessaire et un jour ou l'autre, ce projet devra être ramené sur le tapis sous une autre forme peut-être, mais pour le "mieux vivre ensemble" comme disait l'autre. Qu'il aime ou qu'il n'aime pas Marine Le Pen, son comportement disgracieux avec la venue d'une parlementaire étrangère était inacceptable.

  • Yves Côté - Abonné 21 mars 2016 10 h 17

    Et c'est ainsi que...

    Et c'est ainsi que selon moi, Pierre-Marc Johnson tombe à pied joint dans le piège qui sert à déshonorer la fonction qui lui est attribuée...
    Quel manque de vision historique et de perspective politique !

  • Maxime Parisotto - Inscrit 21 mars 2016 11 h 43

    Je trouve que plusieurs Québecois sont naifs et se laissent berner par cette dame.
    Que de belles paroles, en effet, pourquoi n'aurait-on pas le droit de se questionner sur l'immigration, la mondialisation, les élites corompues?
    On est tous d'accord là-dessus. On a tous envie que ça change.

    Mais ça reste un parti fasciste, la dame se laisse volontier prendre en "selfie" avec des militants néonazis. Le parti est lié à la droite catholique Française, il y a même des royalistes. Le parti prone la discrimination organisée. Pour ce parti, tout ce qui n'est pas Français, blanc, catholique, est inférieur.
    Jean-Marie le Pen, père de Marine et fondateur du FN est toujours dans les parages. Charmant personnage qui invitait à manger des anciens waffen SS à sa tables dans les années 60-70, La même table ou était assise la petite Marine. Il a fondé le parti sur le refus de l'indépendance Algérienne.

    Le FN est financé indirectement par Poutine via des banques Russes liées au pouvoir. La même Russie qui cherche à déstabiliser l'union Européenne pour diminuer son influence en Europe de l'Est. Marine est très liée au pouivoir Russe (pour la nationalisme on repassera...).

    Marine le Pen est pour la torture, pour la peine de mort, contre les homosexuels, et admire Donald Trump.
    Son programme est ultranationaliste. Raciste. Certes il est aussi social, elle prétend se battre pour les petites gens.
    National-socialiste donc. En allemand on traduit ça par Nazionalsocialismus. Nazi.
    Mais elle parle bien et a l'air gentille. Elle dit les vraies affaires, elle. Tout un programme!
    Tout va bien alors...évidemment elle ne peut pas se permettre de parler comme son père et de faire sans-cesse des blague racistes ou antisémites. Elle veut le pouvoir, elle ne peut pas passer pour une raciste/fasciste. Ça s'apelle de la ruse et avoir une bonne stratégie.

    Si vous l'aimez tant, allez donc habiter en France!

    • Gilles Théberge - Abonné 21 mars 2016 16 h 00

      C'est le fun, vous semblez connaître son programme politique mieux que la plupart des gens qui la critiquent.

      Au fait, saviez-vous que Mitterand avait participé au gouvermenet de Vichy? Hé oui, il avait l'art de se refaire une virginité!

      Il y a d'autres mais ça serait trop long de tous les nommer ici. Plus on lit, plus on apprends n'est-ce pas?

      Comme quoi les raccourcis qui sont pris pour diaboliser cette femme sont suspects. Même Yves Boisvert ce midi à «midi info» a été incapable de porter un jugement équiibré sur la dame. Y a rien que madame Buzetti qui a équilibré les choses...

      Étrange, très étrange cette incapacité de la plupart des interlocuteurs québécois d'acceuilir cette politicienne avec un minimum de respect.

      Pendant ce temps, on est d'accord à vendre des armes de guerre à l'Arabie Saoudite, ou je vous rappelle que l'on décapite les gens. Sans compter les autres exactions.

      Même les Nazis ne faisaient pas ça...

    • Stéphanie Deguise - Inscrite 21 mars 2016 16 h 11

      Je vous remercie M.Parisotto de cette contribution éducative . J'ai participé à l'une des méga-manifestations anti-LePen (père) de 1995, lors d'un premier long voyage qui fut pour moi un véritable éveil politique. J'étais alors convaincue qu'un tel parti était inimaginable chez nous. Si je peux me réjouir du fait que nos dirigeants refusent de rencontrer LePen fille, de nombreux commentateurs sympathiques à la dame, présents sur différents médias, sont passablement inquiétants. J'ose espérer que cette décourageante réceptivité n'est que le fait d'une ignorance passagère...

    • Maxime Parisotto - Inscrit 21 mars 2016 18 h 00

      Mitterand n'a pas été au gouvernement de Vichy. En France, tout le monde le sait que Miterrand a été fonctionnaire sous Vichy. C'est pas beaucoup mieux, mais ce que vous dites c'est inexact.
      Mitterand a CRÉE le FN pour faire perdre la droite.
      Mais ça n'a aucun rapport avec le sujet de l'article d'aujourd'hui.
      En passant je suis Français d'origine, et Québécois d'adoption.

      La question de savoir si le FN est un parti de fasciste raciste n'est pas une vraie question. L'histoire du parti, les personnes qui le dirigent ainsi que ses activités sont assez claires.
      Mais tout ça ne concerne que les Français. Que je sache Mme le Pen ne compte pas prendre le pouvoir ici. Elle est juste venue foutre le bordel, comme à son habitude. Elle défend le Français pour la 1ere fois de sa vie. C'est très drôle.

      En passant les Nazis ont fait pas mal de choses dégueulasses, et franchement c'est pas une compétition avec les islamistes.

      La plupart des gens qui dénoncent la diabolisation du FN crient au complot, souvent un complot juif ou maçonique d'ailleurs.