Éducation: attentes élevées, livraison modeste

La somme de 500 millions pour les services aux élèves sera répartie en trois parts égales pour les années 2016-2017, 2017-2018 et 2018-2019.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir La somme de 500 millions pour les services aux élèves sera répartie en trois parts égales pour les années 2016-2017, 2017-2018 et 2018-2019.

Les attentes étaient élevées dans le milieu de l’éducation quant aux réinvestissements qu’avait fait miroiter le premier ministre Philippe Couillard. Le budget Leitão en annonce quelques-uns, mais de façon modeste.

En fait, une somme de 1,2 milliard de dollars y sera réinvestie sur trois ans, à raison de 500 millions pour les services aux élèves et 700 millions pour les infrastructures scolaires.

La somme de 500 millions pour les services aux élèves sera répartie en trois parts égales pour les années 2016-2017, 2017-2018 et 2018-2019.

Une part d’environ 300 des 500 millions pour ces trois années sera consacrée à l’accompagnement des élèves, afin de contrer le décrochage scolaire.

De même, une part de 120 millions pour trois ans servira à stimuler la réussite des élèves, cette fois par la pratique d’activités physiques et la fréquentation d’activités culturelles. La somme de 40 millions pour chacune de ces années ira principalement aux universités, soit 25 millions, puis à l’activité physique dans les écoles (8 millions), au partenariat avec la société civile (4 millions) et au contact avec les arts et la culture (3 millions).

La dernière portion de ces 500 millions sur trois ans, soit 80 millions, doit permettre de renforcer les liens entre le milieu de l’éducation et le marché du travail — un objectif cher au gouvernement Couillard.

Plus précisément, cette dernière somme servira aux centres collégiaux de transfert de technologie — des centres fort appréciés dans leur milieu — de même qu’à favoriser l’insertion professionnelle par divers projets.

Infrastructures scolaires

Pour ce qui est des 700 millions sur trois ans consacrés aux infrastructures scolaires, la part du lion, soit 500 millions, ira au maintien des actifs dans les commissions scolaires et dans l’enseignement supérieur.

De nombreux reportages ont déjà fait état de moisissures dans les écoles, particulièrement à Montréal, sans compter les toitures qui coulent, la peinture écaillée et les cours d’écoles délabrées.

Une part de 100 millions des 700 millions servira à rendre les écoles « plus écoresponsables ». Le parc immobilier étant souvent âgé et mal isolé, plusieurs rénovations peuvent être faites à ce chapitre.

Une autre somme de 50 millions doit permettre de construire de nouveaux gymnases dans les écoles.

Finalement, une autre somme de 50 millions sera consacrée à la construction d’installations sportives et récréatives.

De même, l’aide aux élèves en difficulté a souventes fois défrayé les manchettes au cours des derniers mois. Encore récemment, elle a fait l’objet de la laborieuse négociation dans le secteur public, aux tables sectorielles. Les enseignants réclament depuis des années davantage de soutien pour les élèves ayant des difficultés d’apprentissage.

Sur trois ans, une somme totale de 159 millions sera consacrée à l’accompagnement des élèves en difficulté, « notamment dans les milieux défavorisés », précise-t-on dans le budget Leitão.

Déjà, à la fin de l’année dernière, Québec avait annoncé l’ajout d’une somme de 80 millions — une somme que les syndicats de l’enseignement avaient qualifiée de grenailles par rapport aux besoins.

Finalement, le budget Leitão réserve une petite somme de 60 millions aux Centres de la petite enfance et aux garderies subventionnées, mais celle-ci doit servir à faire la transition vers le nouveau mode de financement.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.