La CAQ veut financer les services en mettant fin à l’incorporation des médecins

Pour la Coalition avenir Québec (CAQ), il est grand temps de mettre un terme à l’incorporation des médecins.

Selon le porte-parole caquiste en matière de santé et de services sociaux et député de Lévis, François Paradis, la marge de manoeuvre financière qui serait dégagée grâce à l’imposition d’une telle mesure pourrait servir à améliorer le financement des soins à domicile dans la province.

M. Paradis estime que ce ne serait vraiment pas un luxe.

Il précise que, s’il se fie aux données colligées par la CAQ, « il y a 16 500 personnes au bas mot » qui patientent pour avoir accès à des soins à la maison.

Le député caquiste de Lévis juge qu’il faut que les médecins fassent leur bout de chemin, à l’instar des Québécois moyens, afin de raccourcir cette liste d’attente.

Aux yeux de François Paradis et de ses collègues de la Coalition avenir Québec, c’est carrément « une question de bien commun ».

« On le sait tous comment ça se passe. Les Québécois ont un fardeau. Ils ont un pouvoir d’achat diminué. Le gouvernement leur en demande toujours davantage avec 1001 taxes directes et indirectes. [Dans ce contexte], on veut que les médecins [payés par la Régie de l’assurance maladie du Québec] n’aient plus la possibilité, comme la majorité des citoyens, de s’incorporer et d’aller chercher des avantages fiscaux », lance-t-il.

M. Paradis avance qu’en injectant les fonds qui pourraient ainsi être obtenus dans les soins à domicile, bien des « gens vulnérables » éviteraient de voir leur quotidien être bouleversé.

« [Pour eux, ça ferait] la différence entre continuer à la maison ou se retrouver en centre d’hébergement ou à l’hôpital », souligne-t-il.

6 commentaires
  • Francois Cossette - Inscrit 6 mars 2016 14 h 53

    Bien hate de voir ca !!!

    Avec les docteurs au pouvoir on peut toujours rever !!!!
    Couilard et Barette aiment bien mieux vider les poches de la classe moyenne que de s'attaquer aux privileges DE LEURS AMIS.

    • André Tremblay - Abonné 6 mars 2016 16 h 42

      En effet. C'est comme demander au premier renard qui vient de se servir dans le poulailler de fermer la porte pour le deuxième renard qui le suit...

  • Christian Labrie - Abonné 6 mars 2016 14 h 57

    Et les avocats?

    Le gouvernement irait chercher encore plus de sous si il mettait fin aussi à l'incorporation des dentistes, pharmaciens, avocats et j'en passe. L'accessibilité aux soins ne concerne pas seulement les médecins. Mettre fin à l'incorporation des médecins seulement serait de la discrimination basée sur la profession. C'est peut-être pas dans la charte des droits, mais le sentiment d'être objet de discrimination n'est pas moins pénible.

    • Jean-Yves Arès - Abonné 7 mars 2016 11 h 18

      Heu..., c'est que ceux que vous nommez là sont des entreprises a part entière et que les revenus qu'ils encaissent sont loin loin loin de représenter leur ''salaire'', et que ces revenus sont bien réellement des revenus d'entreprise.

      La différence que la CAQ prétend, et qu'on ne retrouve pas dans l'article ici, c'est que les revenus des médecins ne seraient pas vraiment des revenus d'entreprises puisque que la révenus viennent d'un seul client, qu'il n'y a pas de risque de mauvaise créance, et que les conditions de rénumérations sont fixés par l'État.

      Cet argumentaire est un peu court et passablement populiste, ce qui évite de se référer aux conditions fiscales qui permettent a tout individu d'incorporer son entreprise pour démontrer qu'il y aurait un traitement de faveur dédié aux médecins.

  • Nicole Delisle - Abonné 6 mars 2016 15 h 01

    Il est temps que quelqu'un réagisse à cette absurdité!

    Pourquoi ceux qui gagnent les plus gros salaires actuellement auraient-ils le droit de
    s'incorporer et ainsi payer beaucoup moins d'impôts? Ils privent la province des fonds
    nécessaires pour assurer des services sociaux de qualité. Si eux ont cette possibilité,
    alors pourquoi d'autres travailleurs ne l'ont-ils pas? C'est de la pure discrimination et
    une injustice flagrante. Comment un gouvernement peut-il accepter une telle chose
    et instaurer un régime d'austérité sans précédent, en prétendant de façon mensongère que "chacun doit faire sa part" pour rétablir les finances du Québec? Des médecins au pouvoir qui ne sont là que pour avantager leurs confrères au détriment
    du reste de la population, comment devrait-on interpréter cela? Poser la question, c'est y répondre! Et combien parmi ces médecins ont aussi peut-être des avoirs cachés dans des paradis fiscaux? Cela serait terriblement indigne d'eux et particulièrement un manque flagrant d'éthique.

  • Jean-Marc Tremblay - Abonné 6 mars 2016 23 h 19

    bravo pour l'idée mais. ..


    Bravo pour l'idée, mais bonne chance. La corporations des médecins au Québec, c'est un peu comme la RNA ("rifle national association") au États-Unis: Très puissant lobby qui a, ou bien trop d'amis au pouvoir, ou bien trop de manières de garder le pouvoir en otage....