Investitures disputées à Chicoutimi

Tant au Parti libéral du Québec qu’au Parti québécois, les investitures seront disputées pour le choix de leur candidat dans la circonscription de Chicoutimi en vue de l’élection partielle rendue nécessaire par la démission du député péquiste Stéphane Bédard.

Vendredi, Francyne T. Gobeil, une proche du maire de Saguenay, Jean Tremblay, a annoncé qu’elle avait déposé son bulletin de candidature. L’assemblée d’investiture libérale aura lieu le 6 mars. « Nous avons la chance de pouvoir faire partie de l’équipe gouvernementale de Philippe Couillard et nous devons la saisir », a fait valoir la candidate dans un communiqué.

À l’heure actuelle, Francyne Gobeil gère les subventions aux organismes pour le compte de la Ville de Saguenay. Elle fut la directrice de cabinet du maire. Elle affronte Serge Bergeron, le directeur général de la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets.

Au Parti québécois, Mireille Jean, cofondatrice d’une entreprise de haute technologie, a confirmé sa candidature. En 2005, elle s’était présentée sous la bannière Vision nouvelle contre Jean Tremblay. Elle fait face à Élise Gauthier, une militante péquiste et bloquiste qui s’est portée candidate du Bloc québécois dans Chicoutimi-Le Fjord lors de la dernière élection. L’assemblée d’investiture péquiste est prévue pour le 14 mars.

Point d’investiture à la Coalition avenir Québec. Le candidat, « c’est le choix du chef », a-t-on indiqué à son cabinet. François Legault n’a pas encore désigné son poulain, qui devra venir de la région. À Québec solidaire, Pierre Dostie fut élu candidat sans opposition. Cet ancien directeur de la santé mentale au CSSS de Jonquière s’était présenté aux élections de 2003 et de 2012.

La date du scrutin n’est pas encore connue. Le premier ministre Philippe Couillard doit déclencher l’élection au plus tard six mois après que la circonscription est devenue vacante, le 22 octobre dernier.