Jutra rayé de la mémoire collective

Le président du conseil d’administration de Québec Cinéma, Patrick Roy en compagnie de la directrice générale de Québec Cinéma, Ségolène Roederer
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le président du conseil d’administration de Québec Cinéma, Patrick Roy en compagnie de la directrice générale de Québec Cinéma, Ségolène Roederer

Le Québec fera table rase de la mémoire du cinéaste Claude Jutra. Exit le gala et les prix éponymes, de même que les rues, les places et les parcs qui, aux quatre coins du Québec, portaient son nom jusqu’à aujourd’hui.

Quelques heures à peine après la publication du témoignage troublant d’une des présumées victimes du réalisateur dans le quotidien La Presse, la ministre de la Culture, Hélène David, a exigé mercredi matin que Québec Cinéma, responsable des feus prix Jutra, renomme la soirée consacrée au cinéma québécois. Dans son témoignage, l’homme qui a accepté de parler raconte qu’il a été agressé par Claude Jutra, qui était alors un ami de ses parents, pendant une dizaine d’années, et ce, dès l’âge de six ans.

Visiblement ébranlés par les plus récentes révélations, les responsables de l’organisme culturel ont rapidement obtempéré. « Nous avons pris la décision de modifier le nom à cause des nouveaux événements du dernier jour»,a déclaré le président du conseil d’administration de Québec Cinéma, Patrick Roy, en conférence de presse, indiquant que la décision avait été prise avant la demande de la ministre.

« La réflexion avait été amorcée à la suite de la lecture de la biographie, mais nous avions besoin de patience, de recul, de temps pour réfléchir, a dit M. Roy. Nous avions annoncé la décision de créer un comité de sages pour prendre une décision. […] Mais la lecture […] du témoignage de la victime présumée nous a poussés à prendre une décision plus rapide. J’ai été bouleversé par le courage dont a fait preuve cette personne. C’est ce qui nous a poussés à prendre la décision de changer le nom du gala. »

On décidera « très rapidement » du nouveau nom, a assuré la directrice générale de Québec Cinéma, Ségolène Roederer. « Le gala a lieu dans un mois, on va trouver un titre temporaire, non définitif, pour cette année,a-t-elle précisé. Ça s’est décidé extrêmement rapidement. Tout le monde vit une grande tristesse en ce moment, un choc important. Il fallait le faire pour que le gala demeure une fierté pour les gens du cinéma. » La directrice générale de l’organisme a toutefois refusé de révéler au Devoir si le nouveau nom rendra, à son tour, hommage à une figure emblématique du septième art québécois ou s’il sera plus générique, à l’image d’autres cérémonies comme les Oscar aux États-Unis ou l’Ours d’or remis à la Berlinale allemande.

Pareils changements entraîneront nécessairement des coûts importants. Compte tenu des délais particulièrement serrés, Québec Cinéma n’avait cependant pas déjà été en mesure d’évaluer à combien s’élèvera la facture. Car, outre le nom du gala à changer, ce sont les statuettes dorées qui devront être rebaptisées, toute la papeterie officielle, réimprimée, le logo et l’image de marque, revampés… « Nous n’avons pas encore eu le temps de faire tous les calculs nécessaires, avoue Ségolène Roederer. Mais on sait déjà que ce sera un gros morceau. »

Onde de choc

Ce branle-bas de combat ne se fera toutefois pas sans heurts, le petit milieu du cinéma québécois étant manifestement sous le choc, et ce, même si on y est nombreux à avoir avoué entretenir des soupçons à l’égard de « l’amour de Jutra pour les garçons ».

Le directeur général de la Cinémathèque québécoise, où une salle porte le nom de Claude Jutra depuis 1987, a fait savoir au Devoir que « les membres du conseil d’administration se sont consultés [mercredi] et ont pris la décision de retirer la dénomination de [leur] principale salle de projection ». « La renommée d’un agresseur faisait porter sur ses victimes un poids dont il est difficile de se dégager, a indiqué Marcel Jean par courriel. Ceux qui contribuent à sa renommée portent collectivement une responsabilité dont ils doivent s’acquitter. » D’ici au moment où son nouveau nom sera choisi, l’espace sera désigné sous le nom de « salle de projection principale ».

Même son de cloche du côté de l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision qui, à la suite des récentes révélations concernant le passé du cinéaste, a annoncé par voie de communiqué qu’il renommerait, lui aussi, « son prix [Claude-Jutra, qui deviendra le prix du] meilleur premier long métrage dans le cadre des prix Écrans canadiens ».

Réactions politiques

La volte-face rapide de Québec Cinéma a été accueillie avec un réel soulagement par la classe politique, tous paliers confondus. La ministre de la Culture, Hélène David, a affirmé qu’il s’agissait d’une « sage décision ». Elle a aussi fait savoir que, s’il y en a, « tout bâtiment administré par le gouvernement et qui porte le nom de Claude Jutra sera renommé ».

À Ottawa, la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, s’est aussi dite « bouleversée » par le témoignage de la présumée victime. « C’est extrêmement choquant comme histoire », a-t-elle affirmé alors qu’elle s’apprêtait à entrer à la période des questions aux Communes. « J’appuie non seulement la décision de Québec Cinéma, mais aussi les démarches de Mme David, ministre de la Culture du Québec », a-t-elle ajouté, indiquant du même souffle qu’elle procédait aussi à une révision au niveau fédéral.

Surprise chez Boréal

Ces multiples dommages collatéraux, répercussions découlant directement des allégations de pédophilie à l’endroit de Claude Jutra, ont pris une ampleur que les éditions du Boréal n’avaient pas du tout envisagée. « On ne s’imaginait pas que ça aurait ces répercussions-là », concède le responsable du projet chez Boréal, Jacques Godbout. « On s’attendait à une petite bombe, mais jamais à ce que ça explose comme ça ! » renchérit l’auteur Yves Lever.

Le biographe avoue pourtant qu’il n’a pas du tout été surpris par le témoignage publié mercredi dans La Presse. « Ce sont toutes des choses que je savais, admet-il. J’en sais même plus… » Pourquoi alors ne pas l’avoir inclus dans son ouvrage ? « Il y a des choses qu’on ne peut pas dire, laisse-t-il tomber, avec un léger soupir. Je me suis intéressé à l’homme derrière le mythe. Ce que j’ai découvert, c’est essentiel, mais ce n’est pas tout. […] Et, sans le défendre, Jutra a aussi été une source d’inspiration pour le milieu pendant des années. »

Questionné à savoir si, à la lumière des récents changements fracassants, il referait la même chose, le critique assure que oui. « Le terme “pédophile” aurait quand même été là. Je trouve que tout va trop vite, mais c’est une dimension importante de l’homme. Après, malheureusement, on peut difficilement séparer l’homme de l’oeuvre. Et c’est ce qu’on voit ces jours-ci. »

Les prix ailleurs

Canada anglais Les prix Écrans canadiens

États-Unis Oscar (les anecdotes varient)

France César (du nom du sculpteur de la statuette)

Allemagne Ours d’or, d’argent…

Italie Lion d’or, d’argent…
43 commentaires
  • Marc Tremblay - Abonné 18 février 2016 00 h 13

    Quelle idiotie!

    L'oeuvre de Jutra demeurera pour toujours dans la mémoire collective.

  • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 18 février 2016 02 h 37

    Et la rue Amherst?

    Cette rue devrait aussi être changée de nom le plus rapidement possible. Ce type n'a pas à être considéré comme un personnage qui a été un bienfait pour la collectivité québécoise.

    • Gilbert Turp - Abonné 18 février 2016 08 h 41

      En effet, on lui attribue des responsabilités dans des opérations de nettoyage ethnique.

    • Sylvain Auclair - Abonné 18 février 2016 10 h 03

      Tout à fait d'accord. Amherst est celui derrière l'affaire des couvertures variolées.

    • Sylvain Auclair - Abonné 18 février 2016 10 h 04

      Sans oublier Durham, qui a aussi ses rues.

    • Claude Richard - Abonné 18 février 2016 11 h 47

      Ni Monkton (ou Moncton) qui a participé à la déportation des Acadiens et à l'opération terre brûlée dans le bas du fleuve en 1759. Évidemment, si on enlevait ces noms, d'hommes 10 000 fois plus coupables que Claude Jutra, on heurterait la sensibilité de nos maîtres. Et nos rois-nègres ne le veulent pas, eux qui tirent leur pouvoir de niotre asservissement.

  • Francois Cossette - Inscrit 18 février 2016 05 h 16

    Présumé coupable ..... On repassera pour ca !!!!

    Ce a quoi on assiste présentement ce n'est ni plus ni moins qu'un lynchage publique a titre postume. Un lynchage fait par une bande d'hypocrite plus soucieux de leur image qu'autre chose. Mais dans notre societe ou l'hypocrisie s'inscrit en mode de vie il n'y a pu vraiment de surprise a avoir sur la bassesse humaine.

  • Yves Côté - Abonné 18 février 2016 06 h 07

    "Québécois"

    Que la personne en question ait raison ou pas dans son récit des choses, je ne trancherai certainement pas pour l'une ou l'autre des possibilités.
    Comme simple individu, ne disposant que des allégations des uns, des déclarations des autres et surtout, des conclusions de quelques-uns qui ont large accès aux médias, je n'ai certainement pas la capacité de le faire.
    Mais dans le contexte général actuel des choses, celui de ces attaques aussi répétées que constantes qui cherchent à effacer les traces de l'histoire si particulière d'un petit peuple tentant de résister à l'insignifiance politique qu'un autre détermine comme seule légitime de son destin, je me questionne beaucoup sur "le hasard" de la sortie d'un livre contenant un témoignage qui donne à annoncer ouvertement qu'il vaut mieux "rayer" sans procès ni preuve telle ou telle personne de notre "mémoire collective"...
    Mesure qui paraît ainsi de "gros bon sens" et qui valorise son propre argumentaire aux yeux de tous ceux et celles qui persistent encore à percevoir leur existence collective au fait, justement, qu'ils n'oublient pas...
    Comme si par une ironie de l'Histoire qui serait si bien préparée et synchronisée, les événements pouvaient nous démontrer qu'une certaine forme d'Alzeihmer était seule garante d'un si particulier et "maudit bonheur" d'exister qu'était le nôtre ?
    Seule, exeption faite du suicide...
    Ces deux effaçant l'obligation sacrée laissée en héritage par nos Anciens, de manière à ce que nous ne laissions pas de nous-mêmes à nos suivants l'idée morte de notre valeur.
    Effaçant le sens lui-même de la Devise gravée au fronton de notre Parlement à Québec aux yeux détournés de dirigeants qui ne se trouvent à leurs postes, que par la faiblesse de représentation d'un désuet et utile système électif.
    Avec un nom qui n'existe plus que sur un bout de papier épinglé au col d'une vieille veste élimée : Québécois.
    Définitivement retournée.
    Et trempée des eaux Du Fleuve...

    Merci de votre lecture.

  • Richard Maltais Desjardins - Abonné 18 février 2016 07 h 11

    Celui dont on ne doit plus prononcer le nom


    Claude Jutra n'est pas du tout effacé de la mémoire collective, qui ne savait plus guère de lui qu'il avait donné son nom à une statuette ou, au mieux, qu'il avait commis quelques films que plus personne ne regarde. C'est maintenant seulement qu'il y entre pour de bon, dans cette mémoire coupable, avec toutes ces turpitudes que l'on tient sous silence, les uns pour pouvoir s'y livrer, les autres pour ne pas y être mêlés, pour ne pas voir ce qu'on n'aurait pas la compassion d'essayer de soigner. Ce dont on ne parlait pas, même le sachant, maintenant il faut le taire. Et le bon Coderre n'a rien à envier aux gros curés de campagne aux ongles noircis qui chiaient la disgrâce avant de jeter la chaux de la miséricorde. Éventuellement. L'un dans l'autre, la vertu est sauve, la vertu se sauve. Le titre anglais de « Mon oncle Antoine », c'était « Silent night ». Grande noirceur. En sommes-nous tant sortis?

    • Yves Petit - Inscrit 18 février 2016 07 h 54

      Que de gros clichés, Richard!

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 18 février 2016 09 h 39

      Ah oui? Quoi qu'il en soit, je ne serai pas en reste...