Les animaux sont doués de sensibilité, tranchent les élus

La SPCA espère que le ministre Paradis utilisera la nouvelle loi pour interdire l’enchaînement en permanence des chiens.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La SPCA espère que le ministre Paradis utilisera la nouvelle loi pour interdire l’enchaînement en permanence des chiens.

Québec — L’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité, vendredi, le projet de loi 54 sur la protection des animaux, une loi qui redéfinit l’animal en tant qu’être « doué de sensibilité »Le ministre de l’Agriculture, Pierre Paradis, souhaite que cette nouvelle loi aide à faire passer le Québec de l’une des juridictions les plus laxistes en Amérique du Nord en matière de règles sur le bien-être animal à l’une des plus strictes. La province traîne la triste réputation d’être la capitale des usines à chiots du continent.

Plus tôt cette année, M. Paradis s’était dit inspiré par le Manitoba, l’Ontario et la Colombie-Britannique, qui ont les lois les plus sévères pour la protection des animaux au pays.

Il avait aussi cité la France, qui a mis à jour ses propres lois en janvier dernier, pour changer le statut des animaux de biens meubles à êtres sensibles.

Le projet de loi 54 affirmait que les animaux ne sont « pas des biens », mais « des êtres doués de sensibilité » qui « ont des impératifs biologiques »Cela peut sembler évident pour beaucoup, mais jusqu’à ce vendredi, un animal au Québec avait les mêmes droits qu’un meuble.

À voir en vidéo