Legault réclame le droit de dissoudre des mosquées

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a appelé le gouvernement libéral à prendre part à la « lutte contre l’intégrisme religieux ». Cinq jours après les attentats de Paris, il a pressé le chef du gouvernement d’amender le projet de loi antidiscours haineux afin d’octroyer le pouvoir au Tribunal des droits de la personne de « dissoudre les corporations religieuses où sont tenus des discours intégristes ou radicaux » comme des « prêches contre la démocratie ou l’égalité entre les hommes et les femmes ».

« La France, depuis dimanche, évalue la possibilité de dissoudre les mosquées où sont tenus des discours radicaux. C’est exactement ce que propose la CAQ », a souligné M. Legault lors de la période des questions.

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, dévoilera prochainement une nouvelle mouture du projet de loi 59 prévoyant des « dispositions qui vont généralement dans le sens de ce que réclame le collègue », mais conforme aux « principes » du « respect des droits des gens », et du « respect des lois », a rétorqué le premier ministre Philippe Couillard. « C’est ce principe qui nous différencie des barbares qui ont attaqué la démocratie au cours des derniers jours », a-t-il déclaré.

M. Couillard a mis en garde l’Assemblée nationale contre toute « modification législative qui, clairement, identifie et pointe une communauté plus que les autres », soit la communauté musulmane. Celle-ci ne passerait pas le test des tribunaux, a-t-il plaidé, exaspérant M. Legault. Le chef du deuxième groupe d’opposition a reproché à M. Couillard de dissimuler son « malaise de parler d’intégrisme religieux » à l’aide de la Charte des droits et libertés. « Il y a un risque réel. Il y a des imams actuellement qui prêchent avec des discours intégristes. Il faut un moment donné être capable d’agir », a fait valoir M. Legault, montrant du doigt, sans le nommer, l’imam antidémocrate Hamza Chaoui. « Il ne faut pas attendre d’être rendu à la violence. »

Cible du terrorisme

Les attaques du groupe armé État islamique à Paris ont suscité des inquiétudes légitimes au sein de la société québécoise, a fait valoir M. Couillard, après avoir été appelé à réagir à un sondage Léger commandé par TVA Nouvelles. Pas moins de 73 % des Québécois craignent que des attentats — peut-être favorisés par l’infiltration de terroristes parmi les 25 000 réfugiés syriens attendus — surviennent au Canada, selon le coup de sonde. « J’espère que personne au Québec ne pense qu’on n’est pas potentiellement, nous aussi, des cibles du terrorisme », a-t-il affirmé, réitérant notamment son souhait de voir des « actions militaires de toutes sortes »contre le groupe EI. « Mais ça ne doit jamais, jamais, jamais nous faire dévier de nos principes fondamentaux : qu’on est une société d’accueil, une société ouverte, une société généreuse », a-t-il poursuivi.

3650 réfugiés

D’ailleurs, M. Couillard a dit jeudi n’avoir « aucun doute » sur l’arrivée de 3650 déplacés de guerre d’ici le 31 décembre prochain au Québec. En bref, l’objectif fixé par le ministère de l’Immigration en septembre dernier sera « fort probablement » atteint. « Alors, sur la première tranche [3650], je n’ai aucun doute. Sur la tranche supplémentaire [2100],qui va dépendre de l’annonce du fédéral, bien, ça dépendra notamment des ressources disponibles et de la façon dont on peut ensemble travailler », a-t-il expliqué.

Le ministre de la Sécurité publique intérimaire, Pierre Moreau, s’est, pour sa part, refusé à « faire des prédictions ». « Je n’ai pas une boule de cristal. » Il a toutefois convenu que 2400 certificats de sélection auront été octroyés en date du 18 décembre prochain. Pour les 1250 autres, « ça va venir après », a-t-il indiqué. « Le temps des Fêtes peut avoir un impact sur l’évolution de quelque dossier que ce soit. Il y a un ralentissement, c’est évident », a-t-il fait remarquer.

Journées annulées

Le gouvernement québécois a annulé les Journées du Québec à Paris, prévues samedi et dimanche. 28 entreprises québécoises devaient y participer. « Les fonctionnaires ont pris cette décision pour une question de sécurité », a indiqué le ministre Sam Hamad.

« Des célibataires, pas trop »

Le premier ministre a accueilli avec circonspection le souhait du maire de Québec, Régis Labeaume, d’accueillir « des orphelins, ensuite des familles avec des enfants, puis des célibataires, pas trop, [mais pas de] gars de 20 ans frustrés ». « Je veux parler à M. Labeaume. Il va préciser ses propos certainement », a dit M. Couillard jeudi. « Il exprime peut-être son désir d’avoir des enfants qui ont vraiment besoin de protection », a suggéré de son côté la ministre de l’Immigration, Kathleen Weil.

 
3 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 19 novembre 2015 08 h 36

    "Dissoudre" une mosquée ?

    Pas réfléchi trois secondes avant de parler. Ils vont se réunir secrètement quelquepart ailleurs !

    • Réal Ouellet - Inscrit 19 novembre 2015 15 h 17

      On fait quoi? On laisse faire?

      Je crois que le laisser-faire est la pire des options. On voit très bien ce qui est arrivé en France avec les banlieux.

      On voit très bien ce qui est arrivé aussi en Angleterre avec le multiculturalisme, qui correspond en fait au laisser-faire sur le plan socio-culturel, et aujourd'hui considéré comme un échec.

  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 19 novembre 2015 12 h 57

    Secrètement ailleurs, pis après...

    La Charte Canadienne des droits et libertés

    Garantie des droits et libertés

    Article 1.
    La charte canadienne des droits et libertés garantit les droits et libertés qui y sont énoncés. Ils ne peuvent être restreint que par une règle de droits, dans les limites qui soient raisonnables et dont la justification puisse se démontrer dans le cadre d'une société libre et démocratique.

    Article 2.

    Libertés fondamentales
    2. Chacun a les libertés fondamentales suivante:

    a)...
    b)...
    c) liberté de réunion pacifique
    d)...
    une réunion pour prêcher contre l'égalité des femmes ou contre la démocratie n'est pas une réunion pacifique où qu'elle se tienne.

    Droits à l'égalité
    Article 15. (1) La loi ne fait acception de personne et s'applique également à tous, et tous ont droit à la même protection et au même bénéfice de la loi, indépendamment de toute discrimination, notamment des discriminations fondées sur la race, l'origine nationale ou ethnique, la couleur, la religion, le sexe, l'âge ou les déficiences mentales ou physiques.

    et voir l'article 24 (2).

    C'est ti assez claire ?
    Notre systtème de justice peut fermer les mosquées, les maisons de réunion non pacifique et tout ce qui va contre la charte des droits.