Couillard met le Québec en garde contre ses «démons»

Philippe Couillard a fait un discours devant le consulat de France, à Québec, samedi, entouré de Denis Coderre, Régis Labeaume, Christine St-Pierre, Nicolas Chibaeff (consul) et Pierre Karl Péladeau.
Photo: Francis Vachon La Presse canadienne Philippe Couillard a fait un discours devant le consulat de France, à Québec, samedi, entouré de Denis Coderre, Régis Labeaume, Christine St-Pierre, Nicolas Chibaeff (consul) et Pierre Karl Péladeau.

Le chef libéral, Philippe Couillard, croit qu’en proposant des politiques censées correspondre aux voeux de la population, le Parti québécois et la Coalition avenir Québec ont encouragé le « démon » de l’intolérance à l’endroit des nouveaux arrivants.

« Parfois, et même parfois involontairement, en adoptant certaines politiques qui semblent faciles, qui semblent répondre à ce qu’on croit être le souhait de la population, on pose des gestes qui attisent les braises de ces démons qu’on a chez nous », a affirmé Philippe Couillard au cours de la conférence de presse qui a clôturé le Conseil général du Parti libéral du Québec.

Le chef libéral a indiqué qu’il éprouvait toujours une « inquiétude » face à l’intolérance au Québec. « Il ne faut pas nier qu’on a chez nous les mêmes démons [que ceux] que les autres sociétés démocratiques connaissent, dont la peur de l’autre, dont la tentation facile du rejet de l’étranger, dont la xénophobie », a-t-il dit. La bannière qui a été déployée à Québec pour s’opposer à l’accueil de réfugiés syriens ainsi que la pétition qui circule dans le même but en sont des manifestations.

Les leaders politiques doivent tenir un discours « qui nous élève au-dessus de ce niveau et qui rappelle à la population l’importance, au contraire, de la notion d’accueil », les a-t-il exhortés, estimant qu’il s’agirait d’une « récupération inacceptable » que « d’exploiter ces démons-là, de souffler sur ces braises ».

Charte des valeurs

Devant ses militants, dimanche, Philippe Couillard a fustigé le PQ pour sa proposition, c’est-à-dire celle de Jean-François Lisée, d’imposer un délai d’un an à un nouvel arrivant pour obtenir le droit de vote dans un référendum, ainsi que la CAQ qui veut imposer un examen de français aux immigrants trois ans après leur arrivée et procéder à leur expulsion en cas d’échec. En matière d’accueil des immigrants, les deux partis « ont un lourd passif » dont « cet épisode regrettable de la Charte des valeurs qui a vraiment divisé les Québécois », a-t-il fait valoir.

Or le Québec a toujours été une terre d’accueil pour les réfugiés, qu’il s’agisse des boat-people, des Libanais ou des Haïtiens, a-t-il rappelé. Il a réitéré la volonté de son gouvernement d’accueillir 6000 réfugiés syriens. Si les inquiétudes que soulève leur accueil sur le plan de la sécurité sont « légitimes », selon lui, les vérifications dont se charge le gouvernement fédéral à cet égard sont suffisantes, d’autant que ces réfugiés sont « les premières victimes directes de cette terreur épouvantable ».

Engagement militaire du Canada

Comme il l’avait fait samedi, Philippe Couillard a affirmé que « les actions unilatérales non concertées » des pays dans les conflits en Syrie et en Irak avaient parfois « des effets très négatifs ». Cette approche « fragmentée » fait le jeu du groupe État islamique, estime-t-il. Le Canada ne peut rester étranger à cette lutte contre « cet ennemi mortel » et doit se joindre à une offensive multilatérale d’une coalition contre EI. « Ce que la communauté internationale demande au Canada de faire, il faut le faire », a-t-il soutenu. « Il pourrait s’agir d’autres rôles que des rôles combattants », a évoqué Philippe Couillard, qui ne fera pas pression sur Justin Trudeau pour qu’il épouse ses vues.

En adoptant certaines politiques qui semblent faciles, [...] on pose des gestes qui attisent les braises de ces démons.

30 commentaires
  • Cyr Guillaume - Inscrit 16 novembre 2015 00 h 49

    De la condescendance bien mal placé

    Est-ce que P.Couillard connait la signification du mots partagé? Comme dans compétence partagé au sujet de l'immigration ?Mais non encore une fois, aucune vision à court où moyen terme, et laissons le fédéral aller! Franchement qu'il légifère donc sur la neutralité religieuse tant promis avant de faire la promotion de son laxisme libéral.

  • Jean Lapointe - Abonné 16 novembre 2015 06 h 58

    Quel culot !

    « Il ne faut pas nier qu’on a chez nous les mêmes démons [que ceux] que les autres sociétés démocratiques connaissent, dont la peur de l’autre, dont la tentation facile du rejet de l’étranger, dont la xénophobie .» (Philippe Couillard)

    Il faut en avoir du culot pour dire de pareilles sornettes.

    Philippe Couillard est très mal placé pour nous faire la morale.

    Il devrait plutôt regarder ce qu'il fait lui-même avant de blâmer la population.

    S'il est un fait incontestable c'est que les Québécois ont toujours été accueillants pour les étrangers qui sont venus s'établir au Québec.

    La Charte des valeurs allait dans ce sens. Elle était loin d'être une erreur. Elle se voulait au contraire un moyen de favoriser encore plus le vivre-ensemble. Elle était en continuité avec notre passé.

    Mais ce sont les libéraux tenants du multiculturalisme à la Trudeau qui sont venus tout gâter.

    Les Québécois forment un peuple solidaire et ils ont toujours été prêts à intégrer tous ceux qui ont désiré se joindre à eux.

    Les intolérants ce sont les libéraux qui nient tout simplement l' existence du peuple québécois. Ils nient une réalité reconnue même par des étrangers.

    Les intolérants ce sont les libéraux qui tentent de nous forcer à oublier notre histoire pour faire de nous de simples membres d' une «communauté» de langue française au Canada.

    Les intolérants ce sont les libéraux qui essayent de faire du Québec une simple province comme les autres comme s'il ne s'était rien passé depuis en particulier les années 60.

    Si les libéraux n'étaient pas au pouvoir les Québécois ouvriraient grandes leurs portes aux Syriens. Ce sont eux qui ont tout gâché en instaurant un système d'austérité pour le moins contestable et un régime quasiement dictatorial à Québec.

    A cause des politiques des libéraux, il y a des problèmes comme jamais dans les écoles et les hôpitaux. Ce n'est quand même pas par hasard si les grèves et les manifestations se multiplient.

    • Bernard Morin - Abonné 16 novembre 2015 08 h 38

      Monsieur Couillard vient d'élever d'un cran sa bassesse politique!

    • Christine Rychlik - Inscrite 16 novembre 2015 14 h 04

      Pourqoi M Couillard désire départager les,Québécois entre, eux et nous. Ne doit'il pas comme chef de l'état Québécois être une force unificatrice lors des épreuves et nous enseigner la voi de la cohésion? Ce moment est'il approprié de partir en campagne électoral.

  • Guy Lafond - Inscrit 16 novembre 2015 07 h 37

    De l'intolérance?


    À l'honorable Phiippe Couillard,

    En ce qui concerne l'amour et la tolérance, je ne crois pas que la nation québécoise a à recevoir de leçon de Québec, du reste du Canada ou de tout autre état.

    Le Québec a une des meilleures réputations pour l'accueil et l'intégration de ses nouveaux résidents.

    J'habite à Ottawa, Ontario, depuis 2008. C'est une ville magnifique mais je ne m'y sens pas tout à fait chez moi.

    Mes droits les plus fondamentaux y sont bafoués régulièrement.

    Mon employeur m'empêche de retourner au travail en prétextant que je ne vais pas bien. J'ai subi des évaluations et il n'y a absolument rien qui m'empêche de retourner au travail.

    Je ne suis pas un alcoolique. Je ne fais pas usage de drogues. Je n'ai jamais été violent envers mon ex-épouse ou mon enfant. Je ne suis pas un joueur compulsif. Je suis seulement un père aimant qui fait son devoir.

    J'ai été bani de l'école de ma fille. Depuis octobre 2012, je dois demander la permission avant d'y mettre les pieds.

    Je ne peux plus faire de bénévolat comme avant dans ma communauté. La police d'Ottawa croit que je ne suis pas tout à fait apte à encadrer mon enfant ou d'autres enfants.

    La justice en Ontario m'a enlevé la garde de ma fille. Mes visites à ma fille sont supervisées par des gens trillés sur le volet.

    Pourtant, j'ai fait toutes les démarches médicales demandées afin de rassurer mon employeur et la justice en Ontario. J'ai en main des preuves écrites attestant que je suis en très bonne santé physique et mentale.

    Je m'exprime très bien en anglais. J'encourage parfois des Ontariens à faire des efforts pour maîtriser leur seconde langue officielle.

    J'attends toujours la traduction française du jugement de la Cour supérieure d'Ottawa à propos de mon divorce.

    Il m'arrive de faire de la politique. Si M. Jean Chrétien a aimé évoluer dans une fosse aux lions, moi j'aimerais plutôt pouvoir rouler librement à vélo dans Ottawa avec ma fille à mes côtés.

    (Un Québéc

    • Ginette Bertrand - Inscrite 16 novembre 2015 10 h 52

      Pauvre monsieur Lafond, l'énumération de vos malheurs personnels et familiaux n'a rien à voir avec le sujet de l'article et, si on peut y compatir, cela fait guère avancer le débat.

    • Guy Lafond - Inscrit 16 novembre 2015 19 h 49

      Mme Bertrand je suis parfait bilingue j'aime le bowling. Et je chasse les démons en Ontario. Je peux?

  • Sylvain Auclair - Abonné 16 novembre 2015 08 h 01

    Intolérance?

    Allez voir les statistiques officielles. Il y a beaucoup plus de crimes haineux, per capita, en Ontario qu'au Québec, que ce soient des crimes basés sur la religion, la race ou l'orientation sexuelle. Et ce sont les Québécois qu'on accuse d'intolérance, encore et toujours.

    En fait, on dirait que c'est M. Couillard qui ne tolère pas... les Québécois.

  • François Dugal - Inscrit 16 novembre 2015 08 h 09

    La Parole du Chef

    "Les actions unilatérales non-concertées" - Philippe Couillard
    (What did he say?)