La CAQ change d'identité

Le nouveau logo de la Coalition avenir Québec
Photo: Le nouveau logo de la Coalition avenir Québec
À l’aube de son quatrième anniversaire de naissance, la Coalition avenir Québec se dote d’une nouvelle identité visuelle « résolument autonomiste, nationaliste, non-souverainiste ».

Après avoir mis au rancart son logo arc-en-ciel, le parti de François Legault a adopté un logotype « CAQ » tout bleu (cyan 90) écrit en « Brandon grotesque ». Il a donné des allures de phylactère à la lettre « Q », dans laquelle une fleur de lys blanche est dessinée.

« On prend une position dorénavant résolument autonomiste, nationaliste, non souverainiste », a fait valoir le président de la formation politique, Stéphane Le Bouyonnec, en marge du conseil général de la CAQ. Le bleu retenu par la CAQ est « moins dur » que celui adopté par le Parti québécois, a fait remarquer l’ancien député de La Prairie dans une salle de conférence de l’Hôtel Château royal de Laval. 

L’ancien logo était « joli », « plein de couleurs », mais « identifiait mal » les caquistes, selon lui. « Notre logo n’était pas pratique. Il faut aussi dire ça », a-t-il fait valoir. « [Maintenant] notre nom est dans le logo. Le logo est le nom. C’est beaucoup plus clair », a-t-il ajouté.

Document truffé de fautes

« [L]e logo reflète parfaitement l’image de l’ambition et de l’espoir que nous avons pour un Québec plus moderne qui inspire confiance auprès de tous les citoyens tout en demeurant ambitieux et ouverts sur le monde », peut-on lire dans le Livre de marque conçu par la firme Stand Mtl. 

Le document « confidentiel » est truffé de fautes. Interpellé à ce sujet par les journalistes, M. Le Bouyonnec s’est dit « pris par surprise » et a promis « de faire enquête ». Le Livre de marque a été déposé par erreur dans la pochette de presse électronique, a par la suite expliqué l’attaché de presse de M. Legault, Guillaume Simard-Leduc. « C’est plein de fautes. C’est déplorable. Ce n’est pas un document de la CAQ », a-t-il soutenu.

La firme Stand Mtl est d’avis que « la CAQ est respectée pour ses idées, mais a de la difficulté à inspirer ». « Pour une majorité de Québécoises et de Québécois, il est encore difficile d’imaginer la CAQ au pouvoir. Le parti doit donc passer d’une position de troisième joueur efficace à celle d’un parti hautement différencié et capable de gouverner dans les cœurs et les esprits des familles et travailleurs du Québec », explique-t-elle candidement.

Legault «optimiste»

La CAQ tend la main aux « nationalistes déçus » du Parti libéral du Québec et aux « pragmatiques » du Parti québécois, a réitéré M. Le Bouyonnec.

Le chef caquiste, François Legault, s’est dit « optimiste comme [il ne l’a] pas été depuis longtemps » quant à la capacité du Québec de rapatrier des pouvoirs d’Ottawa. « Il faut y aller par étapes », a-t-il plaidé. La « première étape » consisterait à conclure des « ententes bilatérales » prévoyant le transfert de pouvoirs en matière d’immigration et de langue au Québec, tandis que la « dernière étape » serait la reconnaissance « à l’unanimité » de la « nation [québécoise] » par le reste du Canada, a-t-il résumé. « Il ne faut pas exclure que ce soit tout [fait] à l’intérieur d’un premier mandat », a précisé M. Legault. « Les choses vont changer dans les prochains mois avec l’arrivée de Justin Trudeau. On va voir sûrement beaucoup Mélanie Joly [et] beaucoup de promotion du Canada. »

Propositions battues

Réunis en conseil général, les membres de la Coalition avenir Québec ont battu samedi la proposition controversée du comité d’action local de la circonscription Groulx de réduire le nombre d’élus à l’Assemblée nationale et celle de l’association Mauricie-et-Centre-du-Québec d’instaurer le vote obligatoire.

Les 400 participants ont en revanche appuyé l’idée de mettre en branle une procédure de révocation d’un député « ayant perdu la confiance de la population de sa circonscription ». Une majorité absolue des électeurs d’une circonscription pourrait ainsi montrer la porte à leur député par la voie d’une pétition.

Le parti politique de François Legault s’est aussi rallié à l’idée d’adopter un mode de scrutin proportionnel mixte pour corriger les distorsions entre les votes recueillis et le nombre de candidats élus par chaque parti politique observés lors d’élections générales. « Un certain nombre des 125 sièges pourraient être attribués à des représentants élus de circonscription — comme c’est le cas à l’heure actuelle — tandis qu’une autre partie des élus proviendrait de candidats choisis par le parti et inscrits sur des listes régionales. »

Les membres de la CAQ veulent également convaincre Ottawa de ne plus nommer de lieutenant-gouverneur du Québec. En cas de vacance du vice-trône, l’administrateur du Québec convoquerait, prorogerait et dissoudrait l’Assemblée nationale, sanctionnerait les lois et ratifierait les décrets.
24 commentaires
  • Christian Montmarquette - Abonné 7 novembre 2015 16 h 39

    La CAQ : Un parti «non-politique» résolument «affairiste»


    D'après ce qu'on peut constater, la CAQ se cherche encore une identité politique dans «la craque» entre si et le do du piano, et entre le souverainisme et le fédéralisme..?

    Mais franchement, tant qu'à tourner autour du pot, Legault aurait mieux fait d'y aller directement avec un parti politique «non-politique», et résolument «affairiste»; parce que c'est exactement ce que la CAQ est, et qu'elle a toujours été.

    - Pourquoi tenir tant à se draper dans la vertu nationaliste quand on en a aucune?

    La CAQ n'est que la représentante des intérêts du «1%» et des entreprises.

    Dommage qu'il y ait encore tant de citoyens qui se laissent berner autant par un logo que par un Legault..

    Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 8 novembre 2015 12 h 39

      « La CAQ est à la droite, ce que Québec Solidaire est à la gauche, ce ne sont pas des partis, mais des lobbys. » - Christiane Gervais

      - Et quelle est donc votre définition d'un parti politique?

      Parce que pour autant que je sache, il faut détenir «1%» du vote populaire pour être officiellement reconnu comme parti politique au Québec par le directeur général des élections. Alors que QS détient «13%» des intentions de votes Québec.

      À moins que vous ne reconnaissiez même pas le DGÉQ au Québec..

      - Quel bel esprit démocratique vous détenez Mme Gervais!


      - CM

    • Richard Génois Chalifoux - Inscrit 8 novembre 2015 12 h 43


      Un nouveau logo avec une fleur de lys dans le Q, la CAQ se donne une nouvelle identité visuelle résolument autonomiste, nationaliste, non-souverainiste, jovialiste et étapiste dont la « dernière étape » serait la reconnaissance « à l’unanimité » de la « nation [québécoise] » par le reste du Canada.

      On ne parle plus ici de clarté mais d’unanimité.

      Et François Legault se dit optimiste.

      À la description de sa nouvelle identité, la CAQ devrait aussi ajouter : surréaliste.

    • Jean Jacques Roy - Abonné 8 novembre 2015 17 h 38

      L'écran de fumée de François Legault.
      La CAQ, pense pouvoir obtenir d'Ottawa un statut "particulier" pour le Québec au sein de la Confédération canadienne: culture, langue, choix des immigrants et autonomie fiscale... Et en retour, Québec signerait la Constitution Canadienne des années 80.
      Du nouveau par rapport aux demandes traditionnelles du Québec? Oui, l'insistance de François Legault pour marquer le nationalisme identitaire concernant la sélection des immigrant.es au Québec! Et enfin, question de bien marquer le fédéralisme de la CAQ, l'ouverture de Legault à régler la question nationale en signant la Constitution canadienne des années 80!
      Au fond, que recherche François Legault? Uniquement à reformuler le même contenu du discours espérant capter des transfuges en provenance soit du PLQ ou/et soit du PQ. De là la nouvelle étiquette bleu nationaliste-autonomiste-fédéraliste!
      On retrouve donc l'ancienne "troisième" voie sur la droite de l'ADQ et qui se glisserait entre le PQ et le PLQ. Dans ses calculs, François Legault part de l'hypothèse que le PQ est ossifié à la droite avec un bassin d'irréductibles qui tend à amincir et que la gauche souverainiste de QS ne constituerait pas un danger.

      Pourtant, Monsieur Legault, il est peut-être là le danger! Et si les masses populaires du Québec décident une fois pour toute de décrocher des politiques néolibérales, des déficits zéro et des plans d'austérité! Vers quel parti croyez-vous que les masses populaires vont se tourner? La prochaine surprise sera QS.

    • Richard Génois Chalifoux - Inscrit 8 novembre 2015 19 h 28

      @ Jean Jacques Roy
      Il n’est pas du tout certain que les votes que pourrait perdre la CAQ aux prochaines élections provinciales se transforment en votes castristes même si c’est ce que souhaiterait la famille Desmarais.

  • Lucien Cimon - Abonné 7 novembre 2015 16 h 53

    Après s'être essayé à imiter les libéraux, voici qu'on tente sa chance avec une fade imitation du PQ dans sa période la plus timide.
    On va faire rejouer le vieux film du fédéralisme renouvelé...
    Il y aurait du Desmarais là-dessous qu'on ne serait pas surpris.

    • Robert Beauchamp - Abonné 7 novembre 2015 22 h 20

      Charles Sirois serait donc dans le même sillage?

  • Colette Pagé - Inscrite 7 novembre 2015 17 h 03

    D'indépendantiste pressé à étapisme rêveur !

    N'est-il pas surprenant de constater qu'un pressé indépendantiste puisse se transformer du jour au lendemain par électoraliste en un fervent étapiste. Comme s'il avait oublié que plus les Québécois sont fédéralistes moins le ROC est accommodant. Aurait-il oublié les paroles de Léon Dion à l'effet que sans couteaux sous la gorge le ROC ne bouge pas. Personne ne souhaite rouvrir le panier de crabes du dossier constitutionnel. Tout cette démarche sent l'improvisation et de revenir dans le paysage médiatique.

  • Tristan Roy - Abonné 7 novembre 2015 17 h 35

    Couleur "brandon grotesque"

    Couleur "brandon grotesque" tout à fait appropriée qui reflètera particulièrement M. Legault.

  • Marc Leclair - Inscrit 7 novembre 2015 18 h 12

    Ouf!

    C'est raté pour le logo!

    • Clermont Domingue - Abonné 8 novembre 2015 10 h 30

      Oui, ce n'est pas parce que la CAQ s'est mis une fleur au Q que ce parti deviendra plus pertinent.