Leitão songe à imposer des écotaxes

Le ministre des Finances, Carlos Leitão, veut verdir les « comportements » des Québécois au moyen de nouvelles « mesures écofiscales » : des « incitatifs » et des « incitatifs négatifs ». « Il ne faut pas avoir peur des mots », a-t-il lancé.

À quelques mois du dépôt de son troisième budget, il n’écarte pas l’idée d’instaurer ou de tirer vers le haut des « écotaxes » comme les droits d’immatriculation additionnels sur les véhicules de forte cylindrée ou la taxe sur l’essence.

L’application du principe de pollueurs-payeurs « n’arrive pas par le Saint-Esprit », a fait valoir M. Leitão lors du dévoilement de la Stratégie gouvernementale de développement durable 2015‑2020, jeudi. « Ne soyons pas naïfs, si on veut réduire — et on veut réduire — les émissions de gaz à effet de serre, il faut changer nos comportements. Et pour changer nos comportements, il faut avoir les mesures qui vont contribuer à faire ça. Ça ne viendra pas tout seul. Il faut avoir les moyens qui vont accompagner, dans certains cas forcer le changement de comportements, c’est inévitable. »

 

Fardeau fiscal

L’élu libéral se défend de vouloir alourdir le fardeau fiscal des Québécois sous le couvert de la lutte contre les changements climatiques. « Si on génère des revenus additionnels par les mesures d’écofiscalité, ces revenus-là seront recyclés dans l’économie », a promis M. Leitão.

Le gouvernement libéral chargera, dans les prochaines semaines, un groupe de travail interministériel d’élaborer la Stratégie gouvernementale en matière d’écofiscalité. « Il y a déjà des mesures d’écofiscalité en place », a rappelé le ministre de l’Environnement, David Heurtel, pointant la subvention de 8000 dollars offerte pour l’achat d’un véhicule électrique.

« On tente […] d’inciter les gens à changer leurs comportements et aussi, en même temps, de nous permettre de financer les moyens dont on a besoin pour avoir une stratégie efficace en matière de lutte contre les changements climatiques », a-t-il affirmé à quelques semaines de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris.

M. Heurtel a aussi pressé jeudi les ministères et organismes publics de faire connaître leurs plans d’action de développement durable d’ici le 31 mars 2016. Près de dix ans après l’entrée en vigueur de la Loi sur le développement durable, il veut ériger « l’État en modèle » dans la lutte contre les changements climatiques en assurant « la gestion écoresponsable des ressources matérielles et des matières résiduelles » en plus de revoir, si nécessaire, « le transport et les déplacements du personnel, les bâtiments et les infrastructures administrés par les ministères et les organismes ainsi que leurs parcs ou leurs systèmes informatiques ».

15 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 6 novembre 2015 02 h 32

    Un ambitieux dont il faut se méfier

    Attention cette homme est surtout un ambitieux et ce n'est pas moi qui le dit mais tout ceux qui le connaisse bien, il est évident qu'il cherche une faille par laquelle il pourrait rêgner et du plus haut possible, si j'avais juste la moitié de ses ambitions, je serais deja roi quelque part

    • Marc Davignon - Abonné 6 novembre 2015 10 h 39

      Annectdote. Un jeune directeur se fait poser la question suivante : est-ce que vous aimeriez être dans une classe de A ou une classe ce C. La réponse ne se fit pas attendre : «dans une classe de C, car c'est plus facile de prendre le contrôle»

      Ce qui nous rend songeurs. Est-ce que le système privilégie vraiment les gens avec une tendance sociophatique?

  • Raymond Chalifoux - Abonné 6 novembre 2015 05 h 51

    Désolé, c'est NON!

    On n'a plus une maudite cenne à vous donner! On est à sec!: "S" - "E" - "C"! Fini! Kaputt! Zéro! Cassés!

    Voyez notre niveau d'endettement individuel et dites-nous ensuite c'est lequel, le paragraphe que vous avez du mal à saisir!

    Commencez donc par éliminer les paradis fiscaux, à imposer un impôt "minimum et incontournable" aux banques, aux grandes sociétés et aux capitaux, et après vous nous reviendrez... si vous avez encore besoin d'argent, "viande-à-chien"...

    Vous voulez aider à réduire les gaz-à-mauvais-effets: All right! Alors changez de discours, d'abord, parce que celui à propos d'encore de nouvelles taxes sur le dos des Québécois a à nos oreilles des airs de.. "flatulences"; et taxez plutôt à raison de 0.25$, 0.50$, 1.00$ le litre s’il le faut, le pétrole des sables qui passera par le territoire du Québec pour aller se faire consommer AILLEURS! Comme effet pour inciter à rouler en bagnole électrique - ailleurs aussi - ce sera assez... canon, non? Icitte on est déjà converti, en dedans.

    (« Y pourront pas dire non, c’est pour l’environnement; c’est pour la Vertu! » qu’il pensait, l’argentier… : La campagne électorale fédérale qui venait juste de finir avait duré une vraie éternité, le Parti qui venait de gagner avait tenu tout au long un discours tout-à-fait différent et nouveau quant à une meilleure équité fiscale à tenter d’instaurer, mais lui, l’argentier, apparemment, y avait rien catché. Rien pantoute…)

    • Robert Beauchamp - Abonné 6 novembre 2015 12 h 16

      Ma foi ! À ce rythme ils vont finir par taxer la vertu.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 6 novembre 2015 13 h 04

      Les ministres liberaux et leur grand leader plus ils parlent plus ils s enfargent:ils devraient fermer leur trappe,au rythme ou ils vont c est sur qu'ils vont passer a la trappe.Tout le monde sera content enfin,sauf bien evidemment les rémoras innocents a la remorque du régime. J-P.Grisé

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 7 novembre 2015 07 h 16

      S'il pouvait taxer l'air, il le ferait !

      PL

  • Daniel Lemieux - Abonné 6 novembre 2015 05 h 53

    Les comptables du développement durable

    Des « revenus recyclés dans l'économie » ? Cette formule creuse illustre à quel point nos comptables au pouvoir sont à court de vocabulaire pour désigner rien de moins qu'une nouvelle ponction fiscale.

    On ne peut pas être contre la vertu, mais est-ce trop demander d'avoir l'assurance que ces revenus iraient bel et bien à la protection de l'environnement?

    Et que ces « écofrais » perçus lors d'achats d'équipement électronique servent réellement à augmenter les ressources des centres de tri et de récupération?

  • Richard Bérubé - Inscrit 6 novembre 2015 06 h 34

    Et ça commence! L'Agenda 21 de l'ONU...

    Ça c'est le début avec l'Agenda 21....les taxes supplémentaires, peut-être aussi le rassenblement ou le déplacement des populations vers des centres plus peuplés, la vente des terres agricoles à des méga entreprises de l'agro-alimentaire, on a déjà les enfants élevés par l'état...prenez un peu de temps pour aller lire sur le sujet sur le web, et écouter les contreverses ailleurs dans le monde...car ce projet onusien est universel adopté au Brésil à la conférence de Rio de Janeiro au début des années 1990....copie conforme du monde Orwélien....

  • Marc Martel - Abonné 6 novembre 2015 07 h 19

    Bravo

    Enfin une bonne décision annoncée par ce gouvernement qui ne semble pas très apte à solutionner des problèmes. Pourquoi pas une taxe éducation sur l'essence? Et une autre sur les grosses cylindrées afin d'inciter les idiots qui se promènent dans des monstres à diminuer leur consommation de pétrole.