Allégations envers des policiers: Couillard lance un appel au calme

Le premier ministre Philippe Couillard a lancé un appel au calme, mercredi matin, à la sortie d’une rencontre avec des représentants des Premières Nations du Québec et du Labrador.

M. Couillard a, par ailleurs, confirmé, la nomination de la professeure de l’Université Laval, Fannie Lafontaine, à titre d’observatrice indépendante pour surveiller le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) qui mène l’enquête en lien avec des allégations formulées contre des policiers de la Sûreté du Québec.

Le 23 octobre, le SPVM avait reçu le mandat, par la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, d’enquêter dans ce dossier qui impliquait un autre corps policier.

Le premier ministre s’est entretenu pendant un peu plus de deux heures avec les dirigeants autochtones dans un hôtel du centre-ville de Montréal.

M. Couillard a souhaité de meilleures relations entre les autochtones et les policiers.

Le Chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, a dit qu’un appel au calme du genre était «essentiel».

Il a souhaité l’amélioration des liens entre les policiers et les communautés. Il a rapporté certains éléments «positifs» qui sont ressortis de la rencontre de mercredi matin, notamment au sujet du soutien et de la sécurité des membres des communautés autochtones.

La rencontre visait à faire le point sur les mesures prises par Québec à la suite des allégations de sévices formulées par des femmes autochtones de Val-d’Or visant des policiers de la Sûreté du Québec.

«Ce n’est que le début de ce que nous avons à faire au cours des prochaines semaines, des prochains mois», a lancé M. Couillard.

M. Couillard a rappelé l’importance de la participation du gouvernement fédéral pour améliorer les conditions de vie des Premières nations à travers le pays.

M. Picard a invité le nouveau premier ministre du Canada, Justin Trudeau, à se prononcer dès que possible sur la possibilité de mettre sur pied une commission d’enquête nationale sur la violence faite aux femmes autochtones.

Philippe Couillard a réitéré sa confiance envers les corps policiers pour veiller à la sécurité des femmes autochtones. Certains programmes sont actuellement mis en place, selon lui, notamment le port de caméras et la collaboration de travailleurs sociaux aux côtés des policiers.

3 commentaires
  • - Inscrit 4 novembre 2015 14 h 22

    Pas de hauteur ! un notable de paroisse !


    Vraiment, les Québécois aurait droit à un PM qui a au moins un peu de tenue. On ne dorait pas un premier ministre, mais un gérant de municipalité. Que des banalités Il souhaite améliorer les relations entre les autochtones et les policiers, réitère sa confiance envers les policiers, veut envoyer des travailleurs sociaux et souhaite que le fédéral intervienne ! Quelle hauteur de vue !

    Rien dans ce qui transpire de cette rencontre ne va au-delà des pâquerettes, de la plate gestion de province ! Rien sur le nécessaire dialogue entre les autochtones et la société québécoise, rien sur les racines des problèmes que vivent les autochtones, rien sur les jeunes autochtones, pas l’ombre d’une compassion pour ces femmes molestées et bafouées par la police, que de l’administration à la petite semaine, de la politique de notable de paroisse !

    C’est ça Philippe Couillard, un notable de paroisse !

  • - Inscrit 4 novembre 2015 14 h 42

    Des valiums svp ...

    Un appel au calme ! Un peu plus et le gros docteur promettait des valiums à l'ensenble des femmes autochtones !

  • Guy Chicoine - Abonné 5 novembre 2015 03 h 25

    Laxisme et mauvaise foi (encore❗️)

    La procrastination de m. Couillard est déplorable. Attendre qu'on examine la disparition et le décès de femmes autochtones AVANT d'examiner ce qui se passe durant qu'elles sont VIVANTES ... Une mauvaise foi libérale.
    Une impasse logique ... une aberration incompréhensible, un laxisme dégradant ‼️