1300 organisations communautaires manifestent contre l’austérité

Des manifestantes sur la rue Sherbrooke à Montréal mardi
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Des manifestantes sur la rue Sherbrooke à Montréal mardi

Banderoles, chants, harangues, sifflets : plusieurs milliers de défenseurs de 1300 organismes voués aux plus démunis se sont rassemblés mardi devant les bureaux du premier ministre Couillard à Montréal pour protester contre les effets des mesures d’austérité du gouvernement libéral.

« Nous fermons aujourd’hui parce que nous voulons rester ouverts et que nous demandons de l’ouverture. » L’austérité affecte entre autres durement les handicapés, les analphabètes, les mères célibataires, les itinérants et les personnes âgées, plaident-ils.

« C’est toujours ben pas dans leurs poches qu’on va aller chercher de l’argent pour survivre », plaidait une manifestante qui constate par ailleurs que le communautaire est perçu par ce gouvernement comme un sous-traitant de la misère humaine. Les organismes voués à les aider souffrent soudain d’un trop-plein.

« Ça ne s’était jamais vu autant de groupes communautaires en grève en même temps, a expliqué François Saillant, porte-parole de l’événement. Cet été, des centaines de groupes ont dû fermer pour plusieurs semaines faute de moyens. Il ne faut pas que ces fermetures deviennent permanentes. » Ce filet de sécurité sociale joué par nombre de bénévoles apparaît au bord de la déchirure fatale, plaident ceux qui le défendent maintenant dans la rue.

La manifestation s’est dirigée dans la rue Sherbrooke jusqu’à la place Émilie-Gamelin, ancien haut lieu des secours caritatifs dans l’histoire du Québec. D’autres manifestations ont eu lieu par ailleurs au même moment ailleurs au Québec.