L'aide sociale pourrait relever d'Emploi-Québec

Québec envisage d'aller plus loin encore dans son nouvel empressement à remettre à l'action les bénéficiaires de l'aide sociale, en intégrant les services de la Sécurité du revenu à l'agence gouvernementale Emploi-Québec.

Le ministre de l'Emploi, de la Solidarité sociale et de la Famille, Claude Béchard, a confirmé hier en conférence de presse que, dans le cadre de la «réingénierie» de l'État, ce changement permettra plus de souplesse dans la gestion des dossiers d'aide sociale et des économies avec une réduction du personnel-cadre.

«On travaille déjà là-dessus, les liens entre Emploi-Québec et la Sécurité du revenu. Il va y avoir des regroupements et les gens vont être appelés à travailler de plus en plus près. [...] Si on fusionne Emploi-Québec et la Sécurité du revenu pour en arriver à une gestion intégrée, c'est clair qu'il y aura en même temps moins de gens — ce qui peut se faire par attrition — et de meilleurs services», a expliqué le ministre Béchard.

En juillet dernier, le ministre Béchard a lancé l'opération «Place à l'emploi» et, du coup, sa «nouvelle philosophie» qui consiste à valoriser l'effort et à partager la responsabilité. Dans les faits, les assistés sociaux jugés aptes au travail doivent suivre une formation ou accepter un emploi, sans quoi leur chèque mensuel est amputé.

«Maintenant, en 24 heures, on répond à tous les nouveaux demandeurs d'aide sociale. [...] Un des premiers facteurs de réussite, c'est de les remettre à l'action aussitôt», a soutenu le ministre. Les chiffres mesurant les effets réels de cette opération ne sont pas encore disponibles, a précisé M. Béchard, qui assure toutefois que le changement est qualitatif.

À l'origine, Québec prévoyait ainsi réduire de 25 500 le nombre de ménages prestataires d'aide sociale. Depuis, on parle plutôt de sortir entre 6000 et 8000 ménages de l'aide sociale.

Le regroupement de la Sécurité du revenu et d'Emploi-Québec (153 centres locaux d'emploi - CLE) apparaît comme une étape logique à l'implantation de Place à l'emploi. Claude Béchard ambitionne même de voir la nouvelle structure devenir un guichet unique de différents services gouvernementaux.

«C'est une belle porte pour offrir plus de services aux citoyens dans différents domaines. Au sein des comités de pilotage de réingénierie, c'est sur quoi on travaille. Il faut se servir de ce guichet unique pour offrir, au delà des services d'employabilité, de formation et de sécurité du revenu, d'autres services aussi», a ajouté M. Béchard.

Ce dernier a apporté ces précisions alors qu'il présentait son bilan de l'emploi en 2003 et les perspectives pour l'année qui débute. Dans l'ensemble, le ministre a jugé que le Québec avait eu une performance honorable en créant 57 200 nouveaux emplois. Il en prévoit tout autant pour 2004.