La manifestation de samedi laisse Couillard de glace

Baie-Comeau — Le poids de plusieurs dizaines de milliers de travailleurs descendus dans les rues de Montréal, samedi, pour réclamer une meilleure convention collective ne semble pas faire plier le gouvernement de Philippe Couillard : le premier ministre a insisté, dimanche, sur l’importance d’un « règlement négocié » et de l’ouverture des représentants syndicaux.

M. Couillard a réagi aux négociations lorsqu’il était de passage à Baie-Comeau. Il a répété ce qu’il avait à dire la veille aux dizaines de milliers de travailleurs du secteur public qui ont déferlé dans les rues de Montréal, samedi. Le règlement d’une nouvelle entente de travail sera négocié dans le sens d’une meilleure efficacité des services publics.

« Je l’ai dit plusieurs fois, je vais le répéter, on peut améliorer, je crois de façon intéressante, ce qu’on a mis sur la table comme offre initiale — si on convient ensemble de nouvelles façons de faire et de façons plus efficaces de donner les services publics. Nous, on travaille sur un scénario de règlement négocié. Et pour ça, faut que les gens soient à table, fassent des progrès. »

 

Guerre de chiffres

Le gouvernement Couillard offre à l’ensemble des employés de l’État deux années de gel, suivies de trois années avec des augmentations de 1 % par année, soit 3 % sur 5 ans. Le front commun des secteurs public et parapublic réclame plutôt 4,5 % d’augmentation par année pendant trois ans, soit 13,5 % d’augmentation sur trois ans.

Pas moins de 384 autobus ont été nolisés provenant de toutes les régions du Québec, samedi pour transporter les travailleurs jusqu’au pied du mont Royal, sans compter les manifestants qui provenaient de la grande région de Montréal. Le front commun des secteurs public et parapublic voulait ainsi exprimer son mécontentement, après plusieurs mois de négociations infructueuses avec les représentants gouvernementaux.

Un rassemblement d’envergure qui s’est déroulé dans le calme

Des dizaines de milliers de travailleurs du secteur public — 150 000 selon les organisateurs — ont manifesté samedi, à Montréal, dans le but de mettre de la pression sur le gouvernement dans le cadre des négociations pour le renouvellement de leurs conventions collectives. Et ils ont aussi dénoncé les compressions budgétaires qui touchent l’ensemble des services. La marche a commencé à 12 h 30 au pied du mont Royal et les manifestants se sont dirigés vers les bureaux du premier ministre Philippe Couillard, au centre-ville. Tout s’est déroulé calmement ; de nombreux enfants étaient présents. Il s’agissait certainement d’une des plus grandes manifestations des dernières années.


À voir en vidéo