Dix-huit mois de prison pour Lise Thibault

Lise Thibault a été escortée hors de la salle d’audience, menottes aux poings, après l’énoncé de sa sentence, mercredi à Québec.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Lise Thibault a été escortée hors de la salle d’audience, menottes aux poings, après l’énoncé de sa sentence, mercredi à Québec.

Poussée par la « cupidité », l’ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault a entretenu durant son règne une « culture de la tromperie » au sommet de l’État du Québec. « Elle avait un devoir de transparence, de prévoyance et de sagesse. Or, la preuve révèle qu’elle en fit tout autrement », a souligné le juge Carol St-Cyr avant d’envoyer l’ancienne vice-reine en prison mercredi.

Le magistrat a condamné Mme Thibault à une peine d’emprisonnement de 18 mois, et ce, moins d’un an après qu’elle eut reconnu sa culpabilité pour des fraudes et abus de confiance totalisant 411 247 $. Il a aussi obligé la femme de 76 ans à rembourser 200 000 $ au gouvernement du Canada et 100 000 $ au gouvernement du Québec.

« Il est important que le public sache qu’il s’agit d’une conduite hautement répréhensible », a fait valoir M. St-Cyr devant une soixantaine de personnes ayant accouru au palais de justice de Québec pour connaître le dénouement — ou un nouveau rebondissement — de l’affaire La Reine c. Lise Trudel Thibault.

Mme Thibault a eu recours à un « stratagème » lui permettant de mettre la main sur des « sommes d’argent substantielles pour son intérêt personnel ou celui de sa famille » entre 1998 et 2007, a noté le magistrat de la Cour du Québec. Elle a par exemple inscrit sur une demande de remboursement de dépenses la mention : « Réception offerte pour souligner le 7e anniversaire de la nomination de Lise Thibault… » alors qu’elle prenait part aux festivités entourant le 40e anniversaire de naissance de sa fille Anne-Marie. Elle a aussi réclamé à tort le remboursement des dépenses liées à des visites à la cabane à sucre, des vacances sous le soleil, des voyages de golf et de pêche ou des soupers familiaux.

Menottes aux poings

L’ex-lieutenante-gouverneure est demeurée impassible tout au long de la lecture de l’énoncé de la sentence par le juge St-Cyr. La femme clouée à son fauteuil roulant a par la suite été escortée hors de la salle d’audience, les menottes aux poings, tandis que son avocat, Marc Labelle, s’est pressé vers le greffe de la Cour d’appel où il a exprimé sa volonté d’en appeler de la peine de 18 mois d’emprisonnement imposée à sa cliente.

Le procureur de la Couronne, Marcel Guimont, n’écartait pas la possibilité de l’imiter.

MM. Guimont et Labelle avaient respectivement réclamé une peine d’emprisonnement de quatre années et de 12 mois à purger dans la collectivité pour Mme Thibault.

Remords « plutôt mitigés »

Le magistrat ne s’est pas ému de la « stigmatisation » et de l’« opprobre » subis par Mme Thibault au fil des dernières années. Il a réfuté l’argument selon lequel Mme Thibault a déjà « été punie d’une façon raisonnable et suffisante, compte tenu de la couverture médiatique et de l’ostracisme qu’elle subit ».

Enfin, le tribunal a reproché à Mme Thibault de ne pas avoir « réalisé l’ampleur et l’importance de la fonction [de lieutenant-gouverneur] en oubliant que le premier rôle d’un souverain et de ses mandataires est de donner le bon exemple à ses sujets ». À l’origine, la maxime « The King can do no wrong » signifiait « that the King was not privileged to commit illegal acts » [que le roi n’a pas le privilège de commettre des actes illégaux], a-t-il fait remarquer.

700 000 $
Dépenses injustifiées durant le règne de Mme Thibault, selon les vérificateurs du Canada et du Québec.
Lise Thibault s’est livrée à différentes «manœuvres» afin de «masquer le but réel de certaines dépenses». «L’accusée savait que certaines de ses demandes de remboursement ne pouvaient être considérées comme ayant été faites dans l’exercice de ses fonctions officielles, mais elle les a sciemment présentées à ce titre, contournant ainsi les règles.» «La présomption d’intégrité rattachée à la fonction de lieutenant-gouverneur aura permis à l’accusée Lise Thibault de bénéficier de montants d’argent auxquels elle n’avait pas droit, et ce, pendant de nombreuses années.»

— Le juge Carol St-Cyr


À voir en vidéo