Le gouvernement accusé de bâillonner la critique des religions

Le Mouvement laïque québécois (MLQ) reproche à la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, de « s’attaqu [er] principalement à la critique des religions, plus précisément à la critique de l’islam » au moyen du projet de loi 59.

Le projet de loi antidiscours haineux « brime » ainsi les« libertés fondamentales »,dont la liberté d’expression et la liberté de conscience, est d’avis le groupe de pression politique faisant la promotion de « la laïcisation complète de l’État ». « Plutôt que de combattre les discours haineux [le projet de loi] les encouragera, favoriseramême leur prolifération. »

Le MLQ presse le gouvernement libéral de lutter contre « la prolifération des discours haineux et l’endoctrinement terroriste ». « [L]’ennemi actuel, c’est le terrorisme islamiste et la propagande qui l’accompagne et non la critique contre ce radicalisme religieux », insiste-t-il. À cet égard, le projet de loi 59 s’avérera à coup sûr « inefficace » puisqu’il cible exclusivement les discours haineux ou incitant à la violence tenus en public.« [L’]endoctrinement se fait en secret », souligne le MLQ.

Le projet de loi 59 impose des « restrictions importantes à la liberté d’expression », déplore également la Ligue des droits et libertés. « S’il est évident qu’un acte violent ne peut être permis sous prétexte de liberté d’expression, un discours violent peut l’être à la condition qu’il n’exhorte pas au crime. Reste à évaluer, et voilà l’objet réel du projet de loi 59, les cas de discours violent haineux », a soutenu le président de la Ligue, Christian Nadeau, dans une lettre ouverte mardi.

L’adoption du projet de loi 59 ne marquerait pas un « retour à la censure » au Québec, a répété Mme Vallée tout au long des consultations publiques. La définition du « discours haineux », que le gouvernement libéral veut proscrire, n’apparaît pas dans le projet de loi 59, mais a été largement balisée par la Cour suprême, a-t-ilsouligné. « [Elle] ne sort pas d’un chapeau », a-t-elle affirmé.

À voir en vidéo