L’ex-ministre Robert Dutil quitte la vie politique et passe au secteur privé

Un quatrième député libéral quitte le navire après seulement 17 mois : le député de Beauce-Sud, Robert Dutil, démissionne et passe au secteur privé.

Il en a fait l’annonce lors d’une conférence de presse mardi matin dans sa circonscription. Sa démission entre en vigueur immédiatement. Ce vétéran de l’Assemblée nationale devient vice-président principal de l’entreprise beauceronne Canam-ponts, pour laquelle il a déjà travaillé.

« J’ai eu à prendre une décision extrêmement difficile devant une opportunité professionnelle qui m’a été présentée », a-t-il déclaré.

Fait à remarquer, il a indiqué qu’il renonçait à la controversée prime de départ et qu’il en fera plutôt don à une maison de soins palliatifs.

M. Dutil a eu une longue carrière politique et été plusieurs fois ministre, et même leader parlementaire, mais le premier ministre Philippe Couillard ne lui avait pas fait de place dans son cabinet.

C’est le septième député — et le quatrième du caucus libéral — à quitter l’Assemblée nationale depuis le scrutin d’avril 2014.

Robert Dutil a été élu pour la première fois au scrutin de décembre 1985, lors du retour au pouvoir de Robert Bourassa. Il a détenu plusieurs portefeuilles sous son règne, dont celui de ministre délégué à la Santé et de ministre des Communications.

Il ne s’est pas représenté aux élections de 1994 et pendant un intermède de 14 ans, il est allé travailler en entreprise privée, notamment chez Canam.

Il a fait un retour en politique aux élections de 2008, sous Jean Charest, qui lui a confié des mandats importants, notamment celui de ministre de la Sécurité publique et de leader parlementaire.

Une élection complémentaire devra être déclenchée dans les six prochains mois pour combler le siège de Beauce-Sud.

Cette circonscription vote libéral depuis des décennies, sauf en 2007, quand l’ADQ a remporté l’élection, jusqu’au moment où Robert Dutil a fait son retour en politique au scrutin de 2008.
 


 
15 commentaires
  • Bruno Giroux - Abonné 22 septembre 2015 11 h 08

    Primes ?

    Acceptera-t-il des primes de transition comme son collègue Yves Bolduc qui lui aussi a quitté alors qu'un emploi à l'extérier de l'Assemblée nationale l'attendait ?

    • Marc Drouin - Abonné 22 septembre 2015 12 h 19

      L'article mentionne :

      "Fait à remarquer, il a indiqué qu’il renonçait à la controversée prime de départ et qu’il en fera plutôt don à une maison de soins palliatifs."

  • Bruno Giroux - Abonné 22 septembre 2015 11 h 08

    Primes ?

    Acceptera-t-il des primes de transition comme son collègue Yves Bolduc qui lui aussi a quitté alors qu'un emploi à l'extérier de l'Assemblée nationale l'attendait ?

  • Pierre Marcotte - Inscrit 22 septembre 2015 11 h 55

    Saluons le geste, tout de même

    Je me dois de saluer le fait que M. Dutil va faire don de sa prime à une maison de soins palliatifs. Je suppose toutefois qu'il en avait déjà reçu une en 1994.

    Philippe Couillard doit mener sa barque d'une main de fer, même Jean Charest ne perdait pas 1 député aux trois mois.

  • Yves Corbeil - Inscrit 22 septembre 2015 12 h 02

    Ce serait intérressant...

    Qu'ils nous disent la vraie raison de leurs départs mais pour cela on peut continué à rêver. Un autre qui est pas sur le premier trio qui quitte l'équipe. On repassera pour la franchise des raisons et l'urgence de leur situation. Peut-être ne sont-ils pas d'accord avec les grandes lignes de leur parti mais ça on ne le saura jamais n'ont plus. Enfin bonne chance avec Canam M.Dutil, c'est le plus gros joueur chez vous.

  • Francois Cossette - Inscrit 22 septembre 2015 12 h 09

    Un autre !!!!

    Un autre qui va devenir un quemandeux de subventions aupres de ses anciens collegues du plq. On sait pourquoi les compagnies vont chercher ce genre de personnage. On a vu ca tellement souvent dans le passe. C'est encore le contribuable qui va payer pendant ce temps la nos ecoles manquent de fond et on a un ministre de l'education qui ne sait tellement plus comment justifier les coupes qu'il ne fait que repeter sa cassette.

    Apres cela on demande aux citoyens de croire en la politique et aux politiciens. En ce qui me concerne ils sont tous a mettre dans le meme sac ....