Québec baissera l’impôt et haussera la TVQ

Le ministre québécois des Finances, Carlos Leitao
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le ministre québécois des Finances, Carlos Leitao

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, a annoncé jeudi que le gouvernement diminuera l’impôt sur le revenu, une baisse qui sera suivie d’une augmentation de la taxe de vente du Québec.

M. Leitao a déclaré que cette réforme permettra de mettre en œuvre les recommandations du rapport de la commission d’examen sur la fiscalité québécoise, présenté en mars.

Le ministre a affirmé qu’une hausse de la TVQ d’environ 1 % qui doit générer 1 milliard $ de revenus pour le gouvernement, sera précédée par une baisse des impôts pour une somme comparable.

M. Leitao a fait cette annonce avant de participer à une commission parlementaire chargée d’entendre les membres de la commission d’examen de la fiscalité, présidée par Luc Godbout.

«Mon intention, c’est de mettre en application les réformes proposées par la commission Godbout, a-t-il dit. (...) La réforme se tient dans son ensemble, c’est-à-dire pour baisser l’impôt sur le revenu, ce qui est ce que nous voulons faire, on a besoin de financer cette baisse par une hausse de taxes à consommation. C’est ça le cœur de la réforme.»

Selon le ministre, ces changements pourraient être présentés d’ici au prochain budget, pour une mise en œuvre au cours du mandat du gouvernement, qui se termine en 2018.

Cette réforme se fera à coût nul pour l’État, mais elle doit augmenter le revenu disponible des ménages, ce qui augmentera le produit intérieur brut, a estimé M. Leitao.

«Un tel changement de taxe, soit une baisse de l’impôt sur le revenu accompagnée d’une hausse des taxes à consommation, un tel changement c’est la chose la plus logique et la plus efficace à faire», a-t-il dit.

Le directeur de cabinet adjoint du ministre, Dominic Cormier, a affirmé par la suite qu’il ne faut pas conclure des propos du ministre qu’il a pris la décision d’aller de l’avant avec cette réforme.

«On n’a pas dit qu’on allait le faire, on n’a pas dit qu’on n’allait pas le faire, a-t-il dit. Là où on est rendu, c’est à l’étape des consultations.»

M. Cormier a été expliqué que l’objectif des consultations est de dégager un consensus.

«Aujourd’hui on n’a rien annoncé, a-t-il dit. Présentement il n’y a aucune annonce d’intention qui a été donnée.»

À voir en vidéo