Les bloquistes en conseil général le 1er juillet

Il s’agira d’un ralliement de motivation à l’approche du prochain scrutin fédéral.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Il s’agira d’un ralliement de motivation à l’approche du prochain scrutin fédéral.

Le conseil général spécial du Bloc québécois se déroulera à Nicolet… le 1er juillet.

Contrairement aux apparences, ce moment n’a pas été choisi pour faire un pied de nez aux nombreux fédéralistes qui célébreront alors la fête du Canada, mais bien pour un motif nettement plus terre à terre. Selon le député de la circonscription de Bas-Richelieu–Nicolet–Bécancour, Louis Plamondon, cette date a été retenueparce que « la plupart des gens seront en congé et qu’ils vont donc être plus disponibles pour une réunion ».

Le but premier de cette rencontre sera d’approuver une résolution prévoyant de scinder les fonctions de chef et de président du parti qui incombent respectivement à Gilles Duceppe et à Mario Beaulieu depuis le 10 juin.

En entrevue, M. Plamondon a spécifié que ce sera également un excellent prétexte pour dresser le portrait des coffres de la formation.

Il a ajouté qu’il s’agira « bien sûr d’un ralliement de motivation » à l’approche du prochain scrutin fédéral.

En ce qui a trait aux préparatifs en prévision de ce grand rendez-vous avec l’électorat, ils s’accéléreront sérieusement à compter du mois d’août dans les rangs bloquistes. « On sera très actifs sur le terrain pour s’assurer que le plan financier va être bien respecté et surtout pour finaliser les investitures », a expliqué Louis Plamondon.

Ce vieux routier de la scène politique fédérale a d’ores et déjà garanti que son parti disposerait de candidats dans l’ensemble des circonscriptions du Québec.

À voir en vidéo

11 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 29 juin 2015 06 h 56

    Contrairement aux apparences

    Étrange tout de même cette façon d'écrire en relevant un détail qu’on décrit «insignifiant» en y attirant l'attention «particulièrement». C'est comme dire «Ne pensez pas à un éléphant rose».

    Il y a aussi : «Au Québec, les québécois fêtent la fête du Canada en déménageant». Cette phrase étudiée par un psychologue pourrait donner la conclusion que : «Les québécois, à la fête de Canada n'ont le goût que d'être ailleurs». Une étude pourrait être commandée pour savoir si «Tous ceux qui déménagent le 1er juillet sont-ils séparatistes ?» Et «Tous ceux qui demeurent dans leur logis le 1er juillet sont-ils fédéralistes ?»

    Étonnant les rapprochements qu'on peut faire n'est-ce pas.

    PL

  • Patrick Boulanger - Abonné 29 juin 2015 08 h 21

    " Le but premier de cette rencontre sera d’approuver une résolution prévoyant de scinder les fonctions de chef et de président du parti qui incombent respectivement à Gilles Duceppe et à Mario Beaulieu depuis le 10 juin. " (Le Devoir)?

    Le BQ scinde les fonctions de chef et de président du parti pour ensuite les approuver en conseil général. Il me semble que cette formation politique fait les choses à l'envers dans ce dossier-là. Par ailleurs, il serait bien que le BQ inscrive bientôt dans ses statuts que ce sont les membres du parti qui décident du nouveau chef et non le président et certaines personnes influentes au sein du parti. Il va sans dire que la façon dont M. Duceppe a accédé à la tête du BQ n'est pas des plus démocratique et déshonore à mon sens passablement le parti.

    • Gilles Théberge - Abonné 29 juin 2015 11 h 38

      Je ne comprends pas votre étonnement monsieur Boulanger. Votre parti n'a-t-il pas par tradition deux personnes occupant les fonctions de chef et de porte parole?

      Comme vous n'êtes pas un partisan du Bloc et que vous allez appuyer comme vous l'affirmez régulièrement ici le parti fédéraliste centralisateur dirigé par un adversaire acharné de l'Indépendance du Québec Tom Mulcair, et cela malgré le fait que vous soyez actif dans un parti officiellement souverainiste, QS, en quoi cela vous affecte-t-il?

    • Patrick Boulanger - Abonné 29 juin 2015 15 h 35

      @ M. Théberge

      " Je ne comprends pas votre étonnement monsieur Boulanger. Votre parti n'a-t-il pas par tradition deux personnes occupant les fonctions de chef et de porte parole? " (M. Théberge)?

      M. Théberge, le lien entre votre question et mon commentaire précédent n'est pas évident.

      " Comme vous n'êtes pas un partisan du Bloc et que vous allez appuyer comme vous l'affirmez régulièrement ici le parti fédéraliste centralisateur dirigé par un adversaire acharné de l'Indépendance du Québec Tom Mulcair, et cela malgré le fait que vous soyez actif dans un parti officiellement souverainiste, QS, en quoi cela vous affecte-t-il? " (M. Théberge)?

      M. Théberge, vous me semblez de mauvaise foi. Je vous invite à trouver un seul de mes commentaires sur ce site où je me présente comme un partisan du NPD. Bonne chance!

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 30 juin 2015 08 h 33

      Je me contenterai que d'essayer d'en trouver un «pour» le bloc, M. Boulanger.

      PL

  • Nicole Carle - Inscrit 29 juin 2015 10 h 42

    l'indépendance?

    Si les Québécois ont vraiment à coeur l'indépendance du Québec ils devraient tous voter Bloc lors de l'élection Fédéral cette automne .

    Vive le Québec...libre!


    Nicole carle trois-rivières.

    • Denis Martin - Abonné 29 juin 2015 11 h 56

      Voter pour le Bloc en 2015, c'est une petite gâterie politique qui risque de se payer très cher et pendant des années. La prochaine élection n'est pas un simple sondage d'opinion ni une tribune où chacun peut exprimer ses convictions nationalistes : chaque vote pour Gilles Duceppe est une atout de plus dans la main de Stephen Harper, un pas de plus vers l'émiettement du vote progressiste québécois. Et quatre années de plus de pouvoir conservateur, c'est la garantie d'assauts renforcés contre nos acquis sociaux et notre environnement.

      Le Bloc à Ottawa, c'était sympathique il y a dix ans, quand les enjeux fédéraux étaient secondaires, que la planète même n'était pas menacée par l'incurie du pouvoir fédéral ; aujourd'hui, il faut faire preuve de plus de discernement et voir les priorités. Les enjeux dépassent largement nos frontières et l'urgence est de sauver ce qui reste après le carnage conservateur de la dernière décennie. Même un Québec indépendant aura intérêt à se débarrasser de la flibuste conservatrice. Ne jouons pas avec le feu !

    • Hélène Paulette - Abonnée 29 juin 2015 18 h 51

      Or donc, monsieur Martin, les enjeux fédéraux étaient secondaires il y a dix ans... Vous me surprenez. Sachez que les enjeux fédéraux ont de tous temps été importants et que le Bloc nous a toujours bien défendus. Je suppose que sur Wiki vous trouverez à lire sur les nombreux dossiers portés par Duceppe, que le ROC nous enviait d'ailleurs...

  • Pierre Tapp - Inscrit 29 juin 2015 12 h 24

    Le Bloc pour encore 6 mois.

    Nous vivons tous un moment historique, pour la 2e fois nous allons assister au décès du Bloc Québécois. Quand après le prochain scrutin, Gilles Duceppe nous expliquera qu'il quitte (sic) ses fonctions de chef, que nous avons fait une erreur et que les intérêts du Québec seront plus que jamais en danger, avec la défaite des derniers bloquistes, nous pourrons peut-être enfin passer à un temps nouveau.

    Le Bloc est malheureusement devenu un vieux parti poussiéreux. Il devait rester pour peu de temps et maintenant on s'incruste dans cette formule que même René Lévesque refusait de s'associer.

    J'ai cru en la souveraineté, je me suis battu autrefois pour elle, peut-être me reste t'il quelques graines viables de souveraineté en moi mais je sais que Le Bloc Québécois et le Parti Québécois ne sont pas les terreaux qui permettraient à ces faibles semences de croîtrent.

    Harel, Landry, Duceppe,comme trois vieux colonialistes d'une autre époque, vous devez laisser le flambeau à d'autres personnes, à des idées différentes des vôtres et si la souveraineté redevient la solution, nous saurons bien le découvrir.

    Je ne crois pas au messie qui viendra sauver la nation mais je crois en cette nation qui a toujours su garder sa langue et la tête haute quand on tentait de nous écraser. Fédéralistes ou souverainistes, nous pouvons être fiers de ce que nous sommes et encore plus de ce que deviendrons.

  • Marc Bouchard-Marquis - Inscrit 29 juin 2015 18 h 07

    Voté Block ou Bloc!

    Aux prochaines élections fédérales tous voterons Block ou Bloc.

    En effet, il aura d'un côté, le Block Canadian, composé des fédéralistes du Liberal Party, du Conservative Party et du NDP..ainsi que de leurs "jumeaux" du Québec, le PLQ, la CAQ et une partie de l'électorat de Québec Solidaire.

    Tandis que de l'autre côté, il y aura le Bloc Québécois, composé des indépendandistes du PQ, de l'ON et d'une partie l'électorat de Québec Solidaire...et bien entendu, au fédéral le Bloc Québécois avec Gilles Duceppe et Mario Beaulieu.

    Chaque citoyen devrait donc voter selon ses convictions pour un des deux Block-Bloc.

    • Cyr Guillaume - Inscrit 1 juillet 2015 00 h 19

      On ne peut mieux résumer la situation que cela en effet! Beau résumé M.Bouchard.