Appel à bonifier le cours «Québec 101»

La Coalition avenir Québec estime qu’il faut aider les immigrants à s’intégrer non seulement pour préserver les valeurs québécoises, mais aussi pour ouvrir le marché du travail aux nouveaux arrivants.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La Coalition avenir Québec estime qu’il faut aider les immigrants à s’intégrer non seulement pour préserver les valeurs québécoises, mais aussi pour ouvrir le marché du travail aux nouveaux arrivants.

Le gouvernement devrait bonifier les cours d’intégration aux immigrants et même les rendre obligatoires, plaide la Coalition avenir Québec (CAQ).

Le parti de François Legault a dénoncé la réduction de 25 % du nombre de cours offerts aux nouveaux arrivants, annoncée en catimini le 22 juin, à la veille des vacances d’été. Le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) diminue l’offre de formation aux immigrants pour la simple raison que la demande est à la baisse, a expliqué le cabinet de la ministre Kathleen Weil.

Trop facile comme explication, souligne Simon Jolin-Barrette, porte-parole de la CAQ en matière d’immigration. Le député de Borduas a proposé en mars dernier une vaste refonte des politiques d’intégration des nouveaux arrivants, qui prévoit un coup de barre dans l’accompagnement des immigrants.

« Le gouvernement Couillard abandonne les immigrants plutôt que de les accompagner », dit le député, qui était avocat et étudiant au doctorat en droit constitutionnel à l’Université de Montréal avant d’être élu, en avril 2014.

Le représentant de la CAQ est d’accord avec Stephan Reichhold, de la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI) : Québec devrait faire plus pour inciter les nouveaux arrivants à suivre les cours d’intégration à la société québécoise et de francisation qui sont offerts. Le député va même plus loin : la participation au cours Objectif intégration devrait être obligatoire, et la formation encore plus étoffée.

« Il faut passer davantage de temps à enseigner les valeurs inscrites dans la Charte québécoise des droits et libertés », dit Simon Jolin-Barrette.

Valeurs québécoises

En 2013-2014, à peine 10 350 des 40 000 immigrants de 18 ans et plus ont suivi ce cours, indique le projet de politique d’immigration de la CAQ. La participation au cours est facultative et le MIDI fait bien peu d’efforts pour stimuler la participation, déplore de son côté Stephan Reichhold.

Cette formation se veut une sorte de « Québec 101 ». Les immigrants apprennent des valeurs québécoises comme l’égalité hommes-femmes, les conjoints de fait, les conjoints de même sexe, la non-violence à l’égard des femmes et des enfants et même l’importance de la poignée de main. Le cours aide aussi les nouveaux arrivants à trouver du travail, à inscrire leurs enfants à l’école et à obtenir une carte d’assurance maladie, notamment.

Il faut aider les immigrants à s’intégrer non seulement pour préserver les valeurs québécoises, mais aussi pour ouvrir le marché du travail aux nouveaux arrivants, fait valoir la CAQ. Le taux de chômage des néo-Québécois est systématiquement plus élevé que celui des Québécois de souche, note le rapport de la CAQ : 7,1 % des 15 ans et plus étaient au chômage en 2014, comparativement à 11,1 % pour les immigrants de la même catégorie d’âge. Le Québec peine aussi à retenir ses nouveaux arrivants, par rapport aux trois autres provinces les plus populeuses (Ontario, Colombie-Britannique et Alberta) : seulement 75 % des immigrants admis au Québec entre 2003 et 2012 y demeuraient toujours en 2014, note la CAQ.

Le parti de François Legault recommande la mise sur pied de stages en entreprise ou dans des organismes publics pour les nouveaux Québécois. « Il faut jumeler les entreprises et les immigrants », dit Simon Jolin-Barrette.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

50 000
Nombre annuel d’immigrants souhaité par Québec pour 2012-2015
42,6%
Proportion des nouveaux arrivants qui ne connaissaient pas le français à leur arrivée en 2013
10 350
Nombre d’immigrants qui ont suivi le cours Objectif intégration en 2013

Source: CAQ, Un nouveau pacte pour moderniser la politique d’immigration du Québec, mars 2015
3 commentaires
  • Claudette Gascon - Inscrit 26 juin 2015 09 h 29

    Jumeler entreprises et immigrants : bravo!

    Immigrants et société d'accueil : les deux parties ont intérêt à se connaître. Une intégration harmonieuse profite à tous, mais c'est à la société d'accueil de l'organiser, de se présenter et d'indiquer les façons de faire. La CAQ a mille fois raison. Autrement, ce pourrait devenir un jeu de domination.

    Claudette Gascon, abonnée

  • André Nadon - Abonné 26 juin 2015 10 h 04

    Ambivalence de la CAQ

    La CAQ dénonce les coupures dans le budget d'intégration des immigrants tout en dénonçant les discours nationalistes de la Saint-Jean trop politique à leur goût.
    La Saint-Jean est pourtant la fête de la Nation québécoise à majorité francophone.
    Comment intégrer les nouveaux immigrants dans la Nation si la majorité reste silencieuse alors que la voix de la minorité est tonitruante et vindicative à l'égard de cette majorité?
    À vouloir courir deux lièvres à la fois, on risque de les manquer tous les deux.

  • Gilles Théberge - Abonné 26 juin 2015 11 h 34

    C'est pourtant simple

    Quand nous serons indépendants et donc autonome, on aura des politiques d'intégration des immigrants qui intègreront les immigrants.

    C'est dur à comprendre pour Legault. Peut-être qu'il aime être un martyr...