Il faut respecter le choix du tchador, dit Vallée

La ministre de la Justice et ministre responsable de la Condition féminine, Stéphanie Vallée, estime que le port du tchador est un choix qu’il faut respecter même si d’aucuns estiment que ce vêtement est un symbole de l’asservissement de la femme.

« Évidemment, le tchador, pour bien des gens, constitue un signe d’oppression de la femme, a reconnu Stéphanie Vallée dans un point de presse. Il y a des femmes qui sont forcées de le porter, mais il y a des femmes qui le portent d’une façon volontaire. Et ça aussi, on doit respecter ça. Il ne nous appartient pas de déterminer et de juger les gens. »

À l’Assemblée nationale, tant le Parti québécois que la Coalition avenir Québec se sont élevés contre le projet de loi 62 sur la neutralité religieuse de l’État qui se limite à imposer la règle du visage découvert pour fournir et recevoir des services publics. Sans qu’aucun signe religieux ou vêtement ne soit mentionné, l’interdiction vaut pour la burqa et le niqab, mais pas pour le tchador, ce vêtement noir qui couvre le corps de la tête aux pieds mais qui laisse le visage découvert.

La porte-parole de l’opposition officielle en matière de laïcité, Agnès Maltais, a dénoncé ce « recul qui est totalement inacceptable », rappelant que le rapport du comité dirigé par le député libéral et ancien bâtonnier Gilles Ouimet avait recommandé d’interdire le tchador dans le secteur public. En janvier 2014, le chef libéral Philippe Couillard avait repris à son compte cette recommandation.

Le chef de la CAQ, François Legault, a demandé au premier ministre de faire un compromis en acceptant la recommandation de la commission Bouchard-Taylor, soit d’interdire aux agents de l’État qui exercent un pouvoir de coercition, comme les policiers, de porter des signes religieux. Philippe Couillard a refusé. « Jamais, jamais je ne m’engagerais dans une surenchère visant à brimer les libertés fondamentales des Québécois et Québécoises. »

19 commentaires
  • Robert Lauzon - Abonné 12 juin 2015 04 h 06

    Couillard, sans couilles

    Un pleutre, un sans-génie, sans aucune conscience sociale, le gouvernement Couillard est un trouillard pétochard.

    Le Québec peut et mérite tellement mieux

  • André Chevalier - Abonné 12 juin 2015 05 h 11

    Un raisonnement qui ne tient pas la route.


    Si le port du tchador est un choix pour certaines femmes, elles ont donc le choix de l'enlever pour exercer un emploi. Si c'est une obligation exercé par leur milieu pour certaines femmes, il faut l'interdire dans la fonction publique pour les libérer de cette oppression.

    • Lise Bélanger - Abonnée 12 juin 2015 11 h 12

      Tellement bien dit!

  • Robert Laroche - Abonné 12 juin 2015 07 h 35

    Une manipulation politique

    Le tchador est avant tout un vêtement issu d’un milieu culturel et un emblème d’un choix politique. Il ne découle pas d’une obligation religieuse. Porté au Québec il est geste politique. L'introduire comme vous et le PLQ le faite dans une loi a pour fonction première de flatter une certaine clientèle et non de légiférer avec équité et justice pour le bien commun de la société québécoise. Il est plus que temps d'arrêter de nous compter des histoires.

    • Jacques Boulanger - Inscrit 12 juin 2015 12 h 01

      « Porté au Québec il est geste politique »

      Il me semblait qu'au Québec, on interdisait le port d'insigne politique dans la fonction publique ? Est-ce à dire que cela est dorénavant permis ? Je pourrai alors porter mon t-shirt : «Vive le Québec libre ».

      Parce que quand je verrai une fonctionnaire porter le tchador, je me dirai voilà une bonne et loyale libérale.

  • Bernard Terreault - Abonné 12 juin 2015 08 h 13

    Ce sont les flics de Montréal qui ont raison

    Les pantalons de bouffon, ce n'est juste qu'un vêtement, après tout.

  • Michel Bouchard - Abonné 12 juin 2015 08 h 21

    Dans ce cas.....

    Dans ce cas, la ministre Vallée devrait déposer un projet de loi pour que toutes les femmes soient en tchador !

    • Robert Laroche - Abonné 12 juin 2015 10 h 03

      Il serait préférable d'inviter les femmes noire africaine de venir avec leur magnifique vêtement plein de formes et de couleurs.