Valls et Fabius saluent la mémoire de Parizeau

Une semaine après le décès de Jacques Parizeau, le premier ministre Manuel Valls et le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius ont exprimé leurs condoléances. Dans une lettre datée du 5 juin, mais rendue publique seulement mardi matin, Manuel Valls rend hommage à « un grand Québécois » qui a « consacré sa vie à renforcer et à développer le Québec, son économie et sa société ». Au nom du gouvernement, il salue aussi un homme qui « entretenait de longue date des liens forts avec » la France.

Sur un ton plus personnel, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a aussi salué mardi l’« artisan des grandes réformes de la Révolution tranquille » ainsi qu’un homme qui a « contribué fortement au développement de la relation si particulière entre nos deux gouvernements, nos entreprises, nos citoyens ». Jeune premier ministre, Laurent Fabius croisa Jacques Parizeau à l’époque où la France faisait pression pour que, après des années de blocage, le Québec siège de plein droit aux sommets de la Francophonie.

De passage à Montréal, la ministre de l’Écologie Ségolène Royal a aussi signé un livre de condoléances où elle « souhaite, au nom de la France, que nous écrivions une nouvelle page de cette belle coopération que Jacques Parizeau nous lègue ». À Paris, une soixantaine de personnes ont signé le livre ouvert à la Délégation générale, dont la Franco-Canadienne Axelle Lemaire, ministre chargée du Numérique.

Aux funérailles, la France était représentée par le consul général de France à Québec, Nicolas Chibaeff. Lors du décès de René Lévesque, en 1987, François Mitterrand avait dépêché les anciens premiers ministres Pierre Mauroy et Jacques Chaban-Delmas. Ce dernier, en tant que président de l’Assemblée nationale, était alors le quatrième personnage de la République en ordre protocolaire.

4 commentaires
  • Catherine Paquet - Abonnée 10 juin 2015 08 h 57

    On se souvient...

    ...mais ça prend beaucoup de temps!

    • André Nadon - Inscrit 10 juin 2015 10 h 07

      Félicitations M. Paquet,
      Vous avez fait un excellent travail de sape, au ministère des Affaires étrangères du Canada pour banaliser le Québec.
      Ça me rappelle les menaces du sous-ministre du même ministère envers l'ambassadeur de l'Algérie approuvant les politiques de René Lévesque.
      '' Real politics'' comme on dit en langage diplomatique.

  • Lise Bélanger - Abonnée 10 juin 2015 09 h 15

    Une semaine pour réagir. C'est une giffle, bien sur, mais ô combien méritée!

    Il n'y a pas que M. Couillard qui a envenimé nos relations France-Québec , en autre, en ne se présentant pas à la marche pour Charlie Hebdo et en modifiant les critères pour les étudiants français au Québec mais aussi les Visas imposés par Ottawa pour les travailleurs et.... étudiants temporaires au Canada qui ont nuis de façon substantielle à la venue des étudiants français pour stage au Québec.

    Mais également la grande ombre noire des Desmarais qui ont fait élire un président et tente à nouveau à le faire élire(M. Sarkosy). Président (futur!) qui n'a aucune intention de favoriser les relations Québec-France, pas plus que de reconnaître la légitimité de l'indépendance du Québec lorsque la situation politique le demandera.

    Le gouvernement a refusé un cadeau extraordinaire de la France (Fontaine) et c'était une giffle à la France. Etc...On récolte ce que l'on sème.

    Et bien voilà! M. Desmarais joue de ses marionnettes québécoises et françaises, fédérales et provinciales, pour éviter ou empêcher toute reconnaissance du Québec comme pays et cela ça se prépare en nuisant aux relations France-Québec.

    Le Québec n'aura aucun plan de bonnes relations Québec-France avec les partis libéral, CAQ et QS. C'est tragique et dangereux.

    Comment la France peut-elle avoir envie de relations avec une petite province qui élit des partis fédéralistes qui travaillent à la minorisation de son propre peuple avec des oeillères difficilement compréhensibles en ce qui concerne la peuple québécois?

    La France désire un rapport d'égal à égal entre le Québec et elle-même. Sinon, il ne reste qu'à traiter avec le Canada, tout simplement. Voilà la tâche libérale ou QS ou CAQ à l'oeuvre! Voilà l'attitude qu'à eu M. Sarkozy envers le Québec.

    Si on veut être respecté il faut d'abord respecté les autres. En envoyant des giffles à la France il faut s'attendre à en recevoir.

  • Marie-Josée Blondin - Inscrite 10 juin 2015 09 h 38

    Vive le Québec! Vive la France!

    Enfin! de nos lointains cousins, un hommage à la mémoire de Jacques Parizeau, notre ancien Premier Ministre francophile.

    Souhaitons que le gouvernement de M. Couillard rétablisse des liens plus chaleureux et significatifs qu'entretenaient ses prédécesseurs avec la France, notre ancienne mère-patrie. Notamment, en matière de facilitation d'échange bilatéral pour les étudiants universitaires, stages y compris. Il faut rétablir les ponts entre nos deux Etats. Nous avons besoin de l'État de France, comme appui diplomatique à notre projet de souveraineté nationale.