Veillées à la chandelle

Une cinquantaine de personnes étaient rassemblées mardi soir devant le siège social de la Caisse de dépôt et placement du Québec dont l’édifice portera le nom de Jacques Parizeau.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Une cinquantaine de personnes étaient rassemblées mardi soir devant le siège social de la Caisse de dépôt et placement du Québec dont l’édifice portera le nom de Jacques Parizeau.

Après le coup, les hommages. À Québec et Montréal, près de 200 personnes ont tenu à se recueillir, mardi soir, au cours de deux veillées à la chandelle tenues simultanément devant l’Assemblée nationale et le siège social de la Caisse de dépôt et placement. Des hommages simples, sobres, à l’image de Jacques Parizeau, décédé la veille.

À l’instigation du parti Option nationale, dont M. Parizeau avait soutenu la création en 2011, près de 150 personnes ont pris part à une vigile devant l’Assemblée nationale, à Québec, un événement auquel ont participé les chefs du Parti québécois, du Bloc québécois, de Québec solidaire et d’Option nationale, tout comme de nombreux députés de la grande famille indépendantiste.

Une seconde veillée, plus modeste, se déroulait au même moment à Montréal, devant la Caisse de dépôt et placement du Québec, dont le bâtiment sera sous peu renommé Édifice Jacques-Parizeau. « M. Parizeau a marqué des gens de tous les âges. On voulait donner une chance aux Montréalais qui le souhaitaient de se recueillir, eux aussi », a expliqué Viviane Martinova-Croteau, vice-présidente du comité exécutif d’Option nationale.

« C’était très important pour moi d’être ici. Jacques Parizeau fut l’un des grands hommes du Québec moderne », a relaté Jean-Christophe Langlois, brandissant un drapeau fleurdelisé.

Organisée en l’espace de quelques heures à peine, la vigile de Montréal a rassemblé une cinquantaine de personnes, des jeunes pour la plupart, venues partager leur peine. Une participation en deçà des attentes des organisateurs, mais qui sera suivie de nombreux autres hommages, a assuré le militant et syndicaliste Jocelyn Desjardins, qui oeuvre actuellement à la tenue d’une grande soirée hommage à Jacques Parizeau, alliant performances artistiques et lectures de textes marquants de Jacques Parizeau. Les détails du spectacle, qui pourrait se tenir « dimanche ou lundi », devraient être connus au cours des prochains jours. « Le Québec n’oubliera pas M. Parizeau », a-t-il dit.