Le ministre de la Santé doit revoir à la baisse le coût du transport, dit l’APTS

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) dénonce la hausse faramineuse des frais de transport adapté pour les personnes âgées qui fréquentent les centres de jour.
Photo: Marcin Kempski / iStock L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) dénonce la hausse faramineuse des frais de transport adapté pour les personnes âgées qui fréquentent les centres de jour.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, doit revoir à la baisse le coût du transport pour les usagers des centres de jour, réclame l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS).

« La hausse des tarifs pour le transport et les repas en centres de jour doit être annulée », s’indigne la présidente de l’APTS, Carolle Dubé. Elle dénonce la hausse faramineuse des frais de transport adapté pour les personnes âgées qui fréquentent les centres de jour, de même que l’annulation de ce service dans certains centres, ce qui oblige les usagers à se tourner vers le transportmunicipal ou leurs proches aidants. Ceci s’ajoute au transfert des services offerts dans les centres de jour vers les organismes communautaires, comme le révélait Le Devoir cette semaine.

« Si le gouvernement voulait vider les centres de jour, il ne s’y prendrait pas autrement. On réduit les heures, on transfère aux travailleurs communautaires des services qu’ils n’ont pas les moyens de rendre et on augmente les tarifs. Après, on nous dit qu’on ne touche pas aux services, c’est un mensonge », soutient Carolle Dubé.

Sous-traitance

 

Plus tôt cette semaine, la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles s’inquiétait du transfert de services publics pour personnes âgées et proches aidants vers le communautaire. « C’est l’État qui est responsable de dispenser les soins de santé et les services sociaux. Les organismes communautaires ne sont pas des sous-traitants. »

Le Parti québécois et Québec solidaire ont également réclamé le maintien des centres de jour dans le réseau de la santé.

 

Le Centre Évasion, en partenariat notamment avec la Société Alzheimer de Montréal, estime toutefois que leurs organismes sont « reconnus pour leur expertise » auprès des aînés et les proches aidants et s’indigne que l’on puisse laisser entendre qu’ils offrent des services de moins bonne qualité que les centres de jour du réseau. « Notre personnel est passionné et attentif, mais également diplômé. Nous comptons, dans nos organismes respectifs, des récréologues, techniciens en loisirs, travailleurs sociaux, infirmières spécialisées et éducateurs spécialisés certifiés. »

À voir en vidéo