Ouellet rapatrie des orphelins de Drainville

«Martine représente bien ces valeurs de social-démocratie verte qui sont les miennes», a affirmé Kathleen Nadeau-Richard.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir «Martine représente bien ces valeurs de social-démocratie verte qui sont les miennes», a affirmé Kathleen Nadeau-Richard.

C’était une formalité. Dimanche en fin d’avant-midi, Martine Ouellet a rencontré Jacques Léonard, président de la course à la chefferie du parti québécois, officialisant du coup sa candidature. Flanquée de nouveaux appuis venus du camp de Bernard Drainville, qui a récemment déclaré forfait, Mme Ouellet s’est présentée comme porte-étendard d’une « social-démocratie verte ».

« Notre équipe fait la meilleure course au niveau des idées, a d’entrée de jeu affirmé la députée de Vachon. Au niveau de la clarté aussi. Je suis la candidate pour la social-démocratie verte et pour la réalisation de l’indépendance avec une démarche transparente dans le premier mandat. Les appuis s’additionnent », a-t-elle poursuivi en rappelant notamment la sortie à ses côtés vendredi des représentants de quatre centrales syndicales.


« Au mois de février, j’ai reçu des appuis de l’équipe de Jean-François Lisée. Aujourd’hui, j’en reçois de l’équipe de Bernard Drainville. »

Il s’agit de Christian Sicotte Généreux, président du PQ dans Saint-Henri–Sainte-Anne, du de SPQ Libre et de Kathleen Nadeau-Richard, présidente régionale jeune pour la Montérégie.

Pour le premier, c’est entre autres la « profondeur de vision et de champ dans les propositions », sa « connaissance de l’économie », et sa « rigueur politique et intellectuelle », qui justifient son adhésion.

« Martine représente bien ces valeurs de social-démocratie verte qui sont les miennes, a ajouté la seconde. Elle a toutes les caractéristiques d’une leader. Elle est la seule femme à s’être présentée à la course à la chefferie. J’appuie totalement ses idées au niveau des travailleurs, de la retraite, des jeunes, de l’environnement, et surtout de son plan pour l’indépendance. »

Question de chiffres

Encore récemment tous deux de l’équipe Drainville, ces derniers ont d’évidence refuser de se rallier à l’équipe de Pierre Karl Péladeau, contrairement à M. Drainville. Favori dans la course, l’ex-président de Québecor a d’ailleurs été jugé imbattable tant par Bernard Drainville que par Jean-François Lisée avant lui. Les « chiffres » compilés par l’un et l’autre aspirants déchus leur auraient en effet clairement indiqué que la lutte était vaine. Martine Ouellet dispose-t-elle d’autres données, ou alors, les lit-elle autrement?

« On ne les lit pas de la même manière. Et, vous savez, les sondages, ça change vite. Si les sondages avaient été fiables à l’époque, nous serions au gouvernement actuellement et ce serait pas mal mieux pour le Québec. On ne ferait pas du saccage comme le font les libéraux, a déclaré la candidate dans un élan de passion. Moi, je veux vraiment recentrer le Parti québécois sur la social-démocratie verte et sur l’indépendance. Je veux qu’on s’assume. C’est la seule façon de gagner tant [l’élection] en 2018 que l’indépendance. Je suis la candidate qui a la meilleure connaissance de l’État pour être capable de passer du rêve à la réalité, il faut savoir concrétiser les idées ; savoir les faire atterrir sur le terrain », a-t-elle fait valoir en réitérant son intention de faire campagne jusqu’au bout.

« On poursuit avec le premier tour et on va travailler fort afin qu’il y en ait un deuxième. »

Pour autant, la porte-parole du PQ en matière de transports, d’électrification des transports et de stratégie maritime n’a pas formellement écarté la possibilité d’une alliance avec l’un des quatre candidats, Alexandre Cloutier, donné « solide deuxième » derrière Pierre Karl Péladeau.

On ne les lit pas de la même manière. Et, vous savez, les sondages, ça change vite. Si les sondages avaient été fiables à l’époque, nous serions au gouvernement actuellement et ce serait pas mal mieux pour le Québec. On ne ferait pas du saccage comme le font les libéraux.

12 commentaires
  • Christian Montmarquette - Abonné 27 avril 2015 08 h 26

    Candidate de la social-démocratie verte.. Vraiment?

    « Je suis la candidate pour la social-démocratie verte » Martine Ouellet s'auto-étiquette-telle nous prenant, comme le reste du contingent des élus-es péquistes, pour des amnésiques chroniques.

    Et bien, si tel est bien le cas.. Il faut croire que nous n'avons pas la même définition, ni de la social-démocratie, ni de la.. « verdure...»

    En effet, comment une soi-disant «candidate de la social-démocratie verte» a-elle fait pour demeuré solidaire d'un parti qui n'a jamais cessé de s'attaquer aux prestataires de l'aide sociale; a laissé les itinérants dans la rue; qui a coupé 17 millions dans le transport aux personnes handicapées; imposé les mêmes politiques d'austérité que le Parti libéral et est demeuré favorable au pétrole?

    S'cusez-là..

    Mais, comme candidate de la «social-démocratie verte»...

    On repassera!

    Christian Montmarquette

    Référence :

    «Québec ne tournera pas le dos au pétrole» :

    http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-s

    LE BUDGET MARCEAU : Austérité préélectorale à Québec :

    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/400644/bu

    .

    • Richard Blais - Inscrit 27 avril 2015 15 h 01

      Le discours de Monsieur Christian Montmarquette ressemble à s'y méprendre aux discours des fédéralistes rescapés du Titanic qui recherchent une bouée de secours devant l'ampleur de la catastrophe de l'héritage néo-libéral et d'austérité que le Québec s'apprête à vivre. Et heureusement l'espoir de façons de faire différentes de Martine Ouellet sur le Québec de demain convaint de plus de en plus de personnes de faire autrement

  • Carol Patch-Neveu - Inscrite 27 avril 2015 08 h 39

    Mince consolation !

    Le vote se divisera tellement, il y a fort à parier qu'un second tour n'aura pas lieu. Le couronnement de PKP est assuré en un seul tour. Martine Ouellet est une candidate admirable, elle a un parcours de vie impressionnant. J'admire sa détermination, mais non son déni de la réalité dans laquelle nous plonge le désistement de Bernard Drainville et qui impose la lucidité. La mathématicienne en elle devrait revoir son calcul des probabilités. Ce que je retiendrai de cette saga à la chefferie, c'est que la candidature de PKP n'a pas fait l'unanimité, mince consolation !

    Carol Patch-Neveu.

    • Serge Morin - Inscrit 27 avril 2015 13 h 21

      L'unanimité n'est pas un objectif dans cette course.
      Mais la crainte engendrée par PKP semble faire l'unanimité chez ses adversaires hors PQ.

  • Yves Côté - Abonné 27 avril 2015 13 h 19

    Avec elle, c'est le retour du PQ populaire, militant et ouvert...

    Madame Ouellet, c'est le retour du PQ populaire, militant et ouvert.
    Si elle est élue, beaucoup d'Anciens reprendront leur carte et à l'énergie de la jeunesse, celle-là qu'ils ont eux-mêmes naguère investi dans ce parti et surtout dans le projet de pays, ils y ajouteront en plus cette connaissance que ne peut apporter que l'expérience et les années.
    C'est la raison pour laquelle, comme la prière du politicien le précise, elle devra absolument se méfier de "ses amis", puisque contre ses ennemis, elle a toutes capacités pour les mettre en pièces sur le plan argumentaire et mobilisateur.
    Vive le Québec libre !

    • Pierre M de Ruelle - Inscrit 27 avril 2015 19 h 47

      Vous avez parfaitement raison, les gagnants vont vers les gagnants, et les perdants vers les perdants.
      PKP doit bien rire dans sa barbe...

  • Daniel Bérubé - Abonné 27 avril 2015 14 h 39

    Ne lâchez pas Mme. Ouellet !

    Peut-être les jeunes verront-ils de nouvelles espérances face aux changements qu'ils désirent dans ce peuple qu'ils formeront demain... actuellement, beaucoup de jeunes s'en désintéressent, mais vous apportez des idées neuves, des idées très souvent défendues par les jeunes 18-35 ans. Une chose aussi a espérer dans vos changements, c'est "la ligne de partie", mais... pas facile du tout si ce n'est l'ensemble des partis qui l'annexent à leurs nouvelles règles...

    Bonne chance !

  • Claude Perron - Abonné 27 avril 2015 16 h 07

    Bravo Madame Martine Ouellet

    La course n'est pas terminé et j'en suis pour une social-démocratie verte et. J'invite les autres candidats à la chefferie à lire votre livre.L'avenir du Québec n'est pas moins d'État mais Mieux d'état