Les Forums jeunesse passent à la trappe

Sam Hamad
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Sam Hamad

Le gouvernement Couillard a signé l’arrêt de mort des 19 Forums jeunesse du Québec, mercredi, par le biais d’une annonce-surprise. Qualifiant de « coupe à blanc » la décision, les administrateurs de ces organismes voués à la participation citoyenne des jeunes déplorent avoir été tenus dans l’ignorance tout au long de la réflexion gouvernementale.

« Le plus ironique, c’est que notre mission visait notamment à favoriser le dialogue entre le gouvernement et les jeunes… Et ça s’est terminé sans aucune discussion, pas un mot », laisse tomber Élise-Ariane Cabirol, présidente de la Table de concertation des forums jeunesse régionaux du Québec. Les présidents des Forums ont appris tôt en journée, lors d’une conférence téléphonique, que leur financement sera transféré aux carrefours jeunesse-emploi. Fondées il y a 15 ans sous un gouvernement péquiste, les 19 administrations ont jusqu’au 30 juin pour mettre fin aux ententes qu’elles géraient.

Rumeurs persistantes

Des rumeurs persistantes faisaient craindre depuis quelques semaines le pire aux administrateurs, dont les nombreux appels au cabinet du premier ministre, aussi responsable des dossiers jeunesse, restaient sans retour. « Ce matin, on s’est contenté de nous dire que le gouvernement ne veut plus investir dans la concertation », dit Mme Cabirol.

Elle rappelle que 80 employés de moins de 35 ans et 300 jeunes bénévoles s’impliquaient dans ces instances, qui permettaient la mise sur pied de divers projets citoyens, tels que des consultations publiques, des ateliers et forums de discussion, où des arguments étaient étayés par les jeunes et ensuite relayés aux décideurs.

En plus d’être exclus de la réflexion sur leur avenir, les leaders des Forums déplorent les messages positifs qui les ont induits en erreur. Le Secrétariat à la jeunesse leur aurait fait parvenir en février une lettre confirmant la reconduction du financement. Le cabinet du ministre, au début du mois de mars, aurait même confirmé verbalement la survie des Forums, alors qu’il mettait la hache dans plusieurs autres organismes de concertation régionale, dont les Conférences régionales des élus et les Centres locaux de développement.

Sam Hamad se justifie

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Sam Hamad, a justifié la manoeuvre de son gouvernement en expliquant l’importance de se concentrer sur la situation de l’emploi des jeunes. « À l’heure actuelle, il y a environ 200 000 jeunes de 15 à 29 ans qui ne sont ni aux études ni en emploi,a-t-il souligné dans un communiqué de presse. Dans l’optique où des centaines de milliers de postes seront à pourvoir au cours des prochaines années, nous avons le devoir de prendre les moyens nécessaires pour favoriser l’intégration professionnelle et sociale de notre jeunesse. »

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière d’emploi et de jeunesse, Dave Turcotte, s’est dit révolté par le « mépris » et l’« attitude cavalière » du gouvernement dans ce dossier. « C’est ignoble de traiter ainsi des jeunes bénévoles qui s’impliquaient dans un organisme qui favorisait la relève d’administrateurs et l’éducation à la citoyenneté… après on se demande pourquoi les jeunes sont démobilisés », a dénoncé le député péquiste.

Il ne voit pas d’un bon oeil le transfert de l’enveloppe budgétaire aux carrefours jeunesse-emploi, qui ont un « mandat complètement différent », soit d’aider les jeunes à trouver de l’emploi à travers des interventions individuelles. « Comment vont-ils intégrer à leurs activités des forums de discussion, des rencontres avec le gouvernement ? Il va falloir créer une nouvelle structure dans leur structure ? Ce serait absurde, et le pire, c’est que c’est sûrement ça qui va se passer », soupire M. Turcotte.

2 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 23 avril 2015 08 h 40

    Des jeunes qui pensent

    Des jeunes qui pensent et qui ont des responsabilités citoyennes, voilà le profil que notre gouvernement ne veut pas voir.
    Ils veulent des consommateurs serviles et influençables : Go Habs, Go.

  • Johanne St-Amour - Inscrite 23 avril 2015 08 h 46

    Réingénierie couillardienne!

    Voilà! Un coup bas, un coup dans le dos! Un autre!