Bernard Drainville se retire de la course

Le député de Marie-Victorin, Bernard Drainville, se retire de la course à la direction du Parti québécois. À un mois de l’élection du prochain chef du PQ, l’ex-ministre se rallie au favori de la campagne à la chefferie, Pierre Karl Péladeau.

« J’y allais pour gagner. Ceux qui me connaissent savent que je joue pour gagner. Toujours. J’ai tout donné, comme mon équipe, mais il faut se rendre à l’évidence: dans les dernières semaines, le vote s’est cristallisé et Pierre-Karl a rassemblé une nette majorité derrière lui », a déclaré M. Drainville lors d’une conférence de presse mercredi après-midi. « Continuer la course en sachant cela n’aurait pas eu de sens. Pour continuer, y’aurait fallu mener une campagne très dure, trop dure. Il ne faut pas être trop égoïste là-dedans. Il faut penser à l’équipe, à notre parti et à la cause qu’on porte », a-t-il ajouté.

À ce moment-ci, cinq des sept députés ayant donné leur appui à sa candidature gagneront aussi le camp de M. Péladeau. Il s’agit de Sylvain Gaudreault (Jonquière), Alain Therrien (Sanguinet), Mathieu Traversy (Terrebonne), Sylvain Roy (Bonaventure) et Guy Leclair (Beauharnois) font partie du lot. Les députes d’Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, et de Berthier, André Villeneuve, poursuivaient quant à eux leur réflexion mercredi après-midi.

La décision de Bernard Drainville suscite l’étonnement dans les rangs du PQ. L’élu de Marie-Victorin avait recommandé jeudi dernier aux militants péquistes de ne pas céder « à la tentation de s’accrocher à un sauveur », qui pourrait n’être qu’« un mirage », mais plutôt de choisir un chef capable de faire gagner le PQ « au jour un ». M. Drainville a ouvert trois jours plus tard (dimanche) un local de campagne dans l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve à Montréal. Pourtant, il songeait déjà à abandonner la course à la chefferie. Ses députés alliés ont été associés à sa réflexion lundi et mardi. 

« J’ai rapidement réuni mon équipe et nous avons convenu que notre tâche pour la suite était de continuer à porter nos idées, tout en amorçant dès maintenant le rassemblement. J’ai rencontré Pierre-Karl et nous avons eu des discussions très franches et amicales pour éclaircir certaines questions et préparer la suite. Je dois dire que ça a porté ses fruits », a soutenu M. Drainville, accompagné de sa garde rapprochée.

Aux yeux de Pierre Karl Péladeau, le ralliement de Bernard Drainville et de cinq autres députés montre l’importance accordée au « rassemblement » par son équipe. « Ça, c’est très important. Nous avons un objectif commun, celui de faire l’indépendance. Travaillons tous ensemble pour y arriver », a affirmé M. Péladeau. M. Drainville a pris « une décision courageuse », a-t-il fait valoir.

L’appui de Bernard Drainville — bénéficiant de la faveur de près d’un sympathisant du PQ sur dix, selon un récent sondage Léger — pourrait permettre à Pierre Karl Péladeau d’éviter un second tour de scrutin. L’actionnaire de contrôle de Québecor devra convaincre 50% + 1 des membres en règle du PQ — actuellement au nombre de 70 400 — afin d’être élu le 15 mai prochain. Sinon, il croisera le fer avec Alexandre Cloutier, Martine Ouellet ou Pierre Céré lors d’un deuxième tour quelques jours plus tard.

D'autres détails suivront.

À voir en vidéo