Les libéraux accusés de se «harperiser»

Les partis de l’opposition ont accusé les libéraux de recourir à la « méthode Harper », lundi, avec l’utilisation de la procédure exceptionnelle du bâillon.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Les partis de l’opposition ont accusé les libéraux de recourir à la « méthode Harper », lundi, avec l’utilisation de la procédure exceptionnelle du bâillon.

Les partis d’opposition à l’Assemblée nationale ont accusé lundi le gouvernement libéral de « harperiser » la vie politique québécoise en coupant court aux débats parlementaires à coups de bâillons et de projets de loi « mammouth ».

« Ce n’est pas parce qu’un gouvernement est majoritaire que ça lui donne le droit d’être autoritaire », a lâché l’élue solidaire Françoise David à quelques heures de l’adoption sans débats du projet de loi 28. « Deux bâillons en trois mois [projets de loi 10 et 28], ça annonce quoi pour les trois prochaines années ? » a-t-elle demandé.

À l’extérieur, quelques dizaines de manifestants prenaient part à une procession funèbre de la démocratie québécoise.

Le chef de l’opposition officielle, Stéphane Bédard, a reproché au gouvernement libéral de faire un geste « ignoble » en déclenchant la procédure législative d’exception après seulement une dizaine d’heures d’étude article par article du projet de loi 28, défendu par le ministre des Finances, Carlos Leitão. « On est en train littéralement de “harperiser ” notre Parlement », a-t-il dénoncé lors de la période de questions et de réponses orales. D’ailleurs, l’étude des 337 articles du projet de loi suivait un rythme normal en commission parlementaire, selon les trois formations politiques d’opposition. Celles-ci ont toutes réfuté les accusations d’obstruction du Parti libéral du Québec.

Le Parti québécois et la Coalition avenir Québec ont tenté de convaincre le président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon, d’empêcher le recours au bâillon afin d’adopter à toute vapeur un projet de loi prévoyant la modification d’environ 60 lois québécoises, mais sans succès.

Le règlement de l’Assemblée nationale empêche l’utilisation de la procédure législative d’exception pour plus d’un projet de loi, ont-ils rappelé. « Le gouvernement a profité de la loi sur le budget pour inclure quatre autres projets de loi qui portent sur des décisions controversées du gouvernement libéral, mais qui ne sont aucunement liés au budget 2014 », a soutenu M. Bédard.

« Le fait qu’un projet de loi contienne plus d’un principe ne rend pas une motion de procédure d’exception irrecevable », a tranché M. Chagnon. « Bon, bien, alors tout le programme législatif d’un gouvernement pourrait être dans une loi. Bonjour si on adopte ce principe ! Et on pourrait le passer dans un bâillon », a alors fait valoir la leader parlementaire du PQ, Agnès Maltais.

Le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, a également accusé les libéraux de vouloir museler les élus des partis d’opposition. « Honte à vous », a-t-il lancé, balayant du regard les élus libéraux assis face à lui dans le Salon bleu.

Modulation des tarifs de garde

La nouvelle « Loi concernant principalement la mise en oeuvre de certaines dispositions du discours sur le budget du 4 juin 2014 et visant le retour à l’équilibre budgétaire en 2015-2016 » renferme notamment la nouvelle grille tarifaire des services de garde éducatifs à l’enfance, modulée en fonction des revenus des parents.

La grande majorité des parents devront payer de quelques cents à 12,70 $ par jour en sus de la contribution de base de 7,30 $ exigée actuellement par les centres de la petite enfance (CPE), les services de garde en milieu familial et les garderies privées subventionnées. En contrepartie, le gouvernement du Québec touchera des recettes supplémentaires de 14 millions par mois ou de 168 millions par année.

Tout délai dans l’adoption du projet de loi 28 prive l’État de 1 million de dollars par jour, a répété le premier ministre Philippe Couillard lundi. « Le principe de ce projet de loi, il se résume à un l apostrophe et deux mots : “l’équilibre budgétaire” », a-t-il martelé.

Le chef de la CAQ, François Legault, a égratigné M. Couillard pour avoir renié sa parole en promettant d’alléger le fardeau fiscal des Québécois une fois au pouvoir. En tirant vers le haut les tarifs de garde, « il vient rompre une promesse importante », a-t-il déploré.

La loi 28 prévoit entre autres:

– l’abolition des conférences régionales des élus (CRE) et des centres locaux de développement (CLD);

– la reconduction du gel de la rémunération additionnelle fondée sur le rendement du personnel de direction de ministères et d’organismes;

– la publication d’un rapport préélectoral sur la situation financière de l’État et d’une l’analyse de celui-ci par le vérificateur général;

– la création du fonds spécial Capital Mines Hydrocarbures;

– la modification des règles de gouvernance applicables à Fondaction et du Fonds de solidarité FTQ.
14 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 21 avril 2015 01 h 47

    Ils ont l'habitude de s'en contenter

    Que voulez-vous qu'ils fassent d'autres, enfin, je vais essayer de ne pas les nommer, mais est-ce que ce n'était pas prévisible, n'était-il pas évident qu'ils étaient du même cru, en politique il y a trois positions, la fuite en avant, le surplace ou la régression, en fait pour certaines personnes reculer apparait la valeur la moins risquée car les peuples n'ont pas le gout a la revolte, ne dit on pas que ce sont les bourgeois qui font les révolutions, les affaires étant présentes, ils ont l'habitude de s'en contenter, n'est ce pas inscrit dans notre histoire

  • Daniel Bérubé - Inscrit 21 avril 2015 04 h 24

    Les partis élus majoritairement

    ont aujourd'hui beaucoup trop de pouvoir, où ils peuvent avoir toutes prédominances avec seulement le tiers des votes. Avec tout les changements dans les lois apportés depuis des décénies, les bases même de la politique seraient complètement a changer, et voir à être adapté à un milieu ayant plus de 2 partis en place.

    S'il n'y avait que 2 partis, un parti élus majoritairement signifirait plus de la moitié, d'où la justification d'un pouvoir supérieur.

  • Christian Montmarquette - Abonné 21 avril 2015 04 h 29

    Opacité minière sous bâillon : Les libéraux complices des voleurs de l'État

    L'article n'en fait pas mention, mais que le public sache bien qu'avec la loi 28 les compagnies minières n’auront désormais plus à fournir de renseignements sur la valeur des richesses naturelles extraites du sous-sol québécois.

    Autrement dit, les libéraux aident les abuseurs à dépouiller le Québec de ses richesses minières en en cachant leurs valeurs.

    Aussi incroyable qu'impensable..

    Nous sommes en 2015, et aussi bien dire que nous voilà revenus aux années 1950 et à l'époque de Maurice Duplessis, où le Québec vendait son minerais de fer un cent la tonne!

    Et j'aurais une petite question pour Philippe Couillard à faire relayer par un journaliste..

    - C'était écrit «où» dans le programme du Parti libéral? ..que le gouvernement accorderait aux entreprises minières le droit de cesser de fournir les renseignements sur la valeur des richesses extraites du sous-sol québécois?

    Parce que si ce n'était écrit nulle part...

    Les libéraux n'ont pas de mandat pour procéder.

    Christian Montmarquette

    • Donald Bordeleau - Abonné 21 avril 2015 18 h 39

      Comme le disait notre premier ministre tantôt Monsieur Couillard, on parle de 350 bons emplois protégés, on passera à 442 avec le nouvel investissement qui été fait », a-t-il aussi plaidé. Après avoir engloutit 700 millions et l’effondrement du quai de Lavalin. Des poursuites sont en cour pour plusieurs dizaines de millions.


      Monsieur Couillard semble bien au courant du dossier de cette mine en parlant des emplois à créer. La nouvelle production ne sera pas rentable, elle servira à la minière de payer les dettes et les poursuites.


      Comme l'a écrit le journal les Affaires lors de sa visite en Chine, l'automne dernier (octobre 2014); """Profitant de son passage à Pékin dans le cadre de sa mission commerciale en Chine, le premier ministre du Québec Philippe Couillard rencontrera vendredi la haute direction de la minière chinoise Jilin Jien Nickel."""" Ce qu'il n'aurait pas dû faire sur le plan éthique en intervenant dans ce dossier.

      Et là M. Couillard dirige un gouvernement qui allonge 100 millions $ à cette même entreprise ? Vraiment, cela a toutes les apparences d'un problème .... y a-t-il eu un retour d'ascenseur. ?

      Quant à la création d'emplois au Nunavik (Baie d'Ungava). Disons que depuis 2010 il est question de création d'emplois permanents, mais rien n'est moins certain comme un coup de dé.


      http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/res


      Le secteur minier a perdu cette année 2000 emplois, 10 % des emplois. De plus le secteur minier est endetté comme la mine Nickel Nunavik qui va utilisé le 100 millions pour que la minière utilise sa production des prochaines années pour payer ses dettes.


      Vraiment rentable le secteur minier?

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 21 avril 2015 05 h 08

    … austérité !

    « Le principe de ce projet de loi, il se résume à un l apostrophe et deux mots : “l’équilibre budgétaire” » (Philippe Couillard, pm, PLB)

    Bien que cette quête budgétaire soit visée ou contestée ou non, rien ne saurait l’excuser ni légitimer tout recours de bâillon à des fins de politiques austères, et autres : RIEN !

    De ce « rien », on-dirait que l’actuelle gouvernance fait exprès pour alimenter ou provoquer, du sein de la population et services, l’indécence, la discorde, la confrontation et l’…

    … austérité ! - 21 avril 2015 -

  • Sylvain Bolduc - Inscrit 21 avril 2015 06 h 49

    ASSNAT ???

    Avec le gouvernement Couillard, l'Assemblée Nationale est malheureusement le théâtre du ridicule. Il n'y a AUCUNE possibilité de faire avancer les choses par le dialogue. Ce n'est que du lancer de bouette, d'injures et d'insultes toutes bien calculées avec des "beaux" punchs à saveurs de slogans minables. Le gouvernement est sur le point de traîter l'opposition de mangeurs de bébés....allophones!!!

    Des enfants de la maternelle et du primaire à leur place seraient beaucoup plus productifs et ouverts au dialogue que le PLQ. De plus je trouve déplorable que ce gouvernement est payé pour faire les clows au salon bleu avec notre argent.

    Vivement un nouveau système proportionel au Qc pour faire avancer les débats car en ce moment oui, les libéraux sont des descendants d'Harper et ce n'est pas très édifiant pour la démocratie. À bas la démocrature libérale!!!